Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

COMMUNION BÉTHANIE - Page 5

  • Premier dimanche de l’Avent 2018

    Évangile du jour : Luc 21,25-28.34-36 « Votre rédemption approche »

    En ce temps-là, Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles. Sur terre, les nations seront affolées et désemparées par le fracas de la mer et des flots. Les hommes mourront de peur dans l’attente de ce qui doit arriver au monde, car les puissances des cieux seront ébranlées. Alors, on verra le Fils de l’homme venir dans une nuée, avec puissance et grande gloire. Quand ces événements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche.
    Tenez-vous sur vos gardes, de crainte que votre cœur ne s’alourdisse dans les beuveries, l’ivresse et les soucis de la vie, et que ce jour-là ne tombe sur vous à l’improviste comme un filet ; il s’abattra, en effet, sur tous les habitants de la terre entière. Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous aurez la force d’échapper à tout ce qui doit arriver, et de vous tenir debout devant le Fils de l’homme. »

    2018-12-02-Avent-1-ciel-brumeux.jpg



    Valérie
    Mince, je croyais que le temps de L'Avent était un temps joyeux, un temps de fête ! Dans cet Évangile, il n'est question que de désastre, de « nations affolées et désemparées par le fracas de la mer et des flots », d' « hommes [qui] mourront de peur dans l'attente de ce qui doit arriver », de mise en garde. C'est limite glauque. Certes, ça me fait penser à l'état du monde aujourd’hui, mais on est dans l'attente de quoi finalement ?

    Laetitia
    Moi je lis : « Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles. »
    C'est comme si Dieu nous prenait par la main, de dimanche en dimanche, pour nous aider à comprendre ce qui se passe à Noël. Au premier dimanche, on n'est pas encore prêt.

    Valérie
    D'où l'idée de rester éveillé(e)s et de prier ? Mais pour être prêt à quoi ? C'est pas acquis que Noël est une fête !?

    Laetitia
    Dans ce texte du premier dimanche de l'Avent, il nous est déjà annoncé le retour du Christ à la fin des temps. C'est comme si on grillait toutes les étapes alors que Jésus n'est pas encore né, enfin, selon le calendrier liturgique.

    Valérie
    Donc avant d'avancer vers la fête, on prend d'abord la mesure de la gravité de ce qui va advenir. C'est ça ?

    Laetitia
    Oui ! On ne se précipite pas vers la fête, on y va lentement, dans une lente progression. Les dimanches suivant, les textes d’Évangile vont nous inviter à nous préparer intérieurement à nous émerveiller de la naissance d'un bébé qui n'est rien moins que le fils de Dieu.

    Valérie
    Ça me ramène à ce qu'a vécu ma fille cette année. Elle a eu à intégrer la mort de sa grand-mère – ma maman – tout en se préparant à donner la vie. D'une certaine façon, elle a fait l'expérience de cette vérité là : « Quand on donne la vie, on donne la mort. » Les deux sont intimement liés.
    C'est comme s'il fallait consentir à la fin, l'accepter, pour pouvoir s'émerveiller du début...

    Laetitia et Valérie
    Et vous, chacun, chacune, qu'auriez-vous à accepter aujourd’hui dans vos vies ?
    Quel poids, quelle lourdeur à déposer en Lui, avant de cheminer plus léger, légère, vers l'émerveillement ? Le temps serait-il à un peu plus de lenteur ?

    Laetitia et Valérie

  • Journée de la lutte contre le sida – 1er décembre 2018

    2018-12-01-SIDA.jpgEn ce jour de la lutte mondiale contre le sida, nous prions pour celles et ceux touchés par cette maladie.
    Le sida n’est pas mort. Il fait toujours mourir.
    Un jeune ami m’a confié cette année sa séropositivité, une confidence que je n’oublierai pas. Quel courage de se livrer avec autant de simplicité, sans peur ni honte. Je crois maintenant que ce témoignage n’est pas seulement un moyen pour lui d’être en vérité avec moi, il est une leçon de vie, une force pour se recentrer sur l’essentiel. Vers ce Dieu qui n’est qu’amour, une source inépuisable.
    Son combat est aussi le nôtre. Lutter pour la dignité, lutter pour l’accueil et lutter pour la liberté.
    Nous entrons dans ce temps qui nous prépare à la rencontre de ce Dieu qui s’est fait petit enfant. Il nous apprend à faire un pas vers ceux qui nous sont étrangers. C’est un bel exemple de conversion pour changer nos cœurs et nos regards.
    La rencontre de l’autre nous apprend une certaine solitude. Il nous faut plaider pour la véritable rencontre avec l’autre. Celle qui se nourrit d’affection et d’abandons. Celle qui a besoin de temps, de volonté et d’intelligence. C’est l’amour qui rend libre. C’est lui qui guérit.

    Kévin

     


    2018-12-01-enfant-prodigue.jpg« Mon Père,
    Je m'abandonne à toi,
    fais de moi ce qu'il te plaira.
    Quoi que tu fasses de moi,
    je te remercie.
    Je suis prêt à tout, j'accepte tout.
    Pourvu que ta volonté se fasse en moi,
    en toutes tes créatures,
    je ne désire rien d'autre, mon Dieu.
    Je remets mon âme entre tes mains.
    Je te la donne, mon Dieu,
    avec tout l'amour de mon cœur,
    parce que je t'aime,
    et que ce (cela) m'est un besoin d'amour
    de me donner,
    de me remettre entre tes mains
    sans mesure,
    avec une infinie confiance
    car tu es mon Père. »

    Charles de Foucauld

     

  • Pause prière - pause regard du 29 novembre 2018

    La prière est une magnifique respiration…
    Celle d’un cœur qui aime.

    Dieu, nul ne l’a jamais contemplé.
    Si nous nous aimons les uns les autres,
    Dieu demeure en nous,
    et son amour, en nous, est accompli.
    1 Jean 4, 12

    Les frères et sœurs de la Communion Béthanie


    2018-11-29-fraternité.jpgOn dit que Tu nous parles, mais je n’ai jamais entendu ta voix de mes propres oreilles. Les seules voix que j’entende, ce sont des voix fraternelles qui me disent les paroles essentielles.
    On dit que Tu te manifestes mais je n’ai jamais vu ton visage de mes propres yeux. Les seuls visages que je vois ce sont des visages fraternels qui rient, qui pleurent et qui chantent.
    On dit que Tu t’assoies à notre table, mais je n’ai jamais rompu avec toi le pain de mes propres mains. Les seules tables que je fréquente ce sont des tables fraternelles où il fait bon se restaurer de joie et d’amitié.
    On dit que Tu fais route avec nous, mais je ne t’ai jamais surpris à mêler tes pas à ma propre marche. Les seuls compagnons que je connaisse ce sont des êtres fraternels qui partagent le vent, la pluie et le soleil.
    On dit que Tu nous aimes, mais je n’ai jamais senti ta main se poser sur mes propres épaules. Les seules mains que j’éprouve, ce sont les mains fraternelles qui étreignent, consolent et accompagnent.
    On dit que Tu nous sauves, mais je ne t’ai jamais vu intervenir dans mes propres malheurs. Les seuls sauveurs que je rencontre, ce sont des cœurs fraternels qui écoutent, encouragent et stimulent.
    Mais si c’est Toi, ô mon Dieu, qui m’offre ces voix, ces visages, ces tables, ces compagnons, ces mains et ces cœurs fraternels, alors, au cœur du silence et de l’absence, Tu deviens, par tous ces frères, parole et présence…

    Jacques Musset

    0000 2017-01 Prière.jpgSeigneur, nous te louons pour :
    les gestes de solidarité,
    les actes de charité,
    les regards de bienveillance,
    l'écoute sans jugement,
    la chasteté relationnelle, proximité respectueuse et juste distance,
    notre monde, notre Église lorsqu'ils deviennent « écho système » de fraternité.

    Seigneur, devant toi : la paix sociale en Europe, en France, la réconciliation en République centrafricaine, les personnes qui vivent avec le VIH, les soignants, les chercheurs, les associations qui luttent contre le Sida, D., W., D., A., V., notre ami F.-X. en sa fête, B., M.-T., L., I., I., P., père L. sur son chemin d'éternité.

  • Pause méditation du 26 novembre 2018

    Et le verbe se fait chair.
    Comment cela s'incarne t'il dans mon esprit, mon âme et mon corps ?
    Comment je laisse l'Esprit Saint habiter : la nature de mes pensées, la nature de mes sentiments et la nature de mes énergies dans mon corps ?


    2018-11-26-Silvacane.jpgAbbaye de Silvacane

     

     
    « J'étais encore inachevé, tu me voyais ; sur ton livre, tous mes jours étaient inscrits, recensés avant qu'un seul ne soit ! » Psaume 138

    Ta Présence, Seigneur,

    Pourquoi ai-je l’impression que Tu veilles toujours sur moi ? Est-ce de la prétention de ma part ?
    Pourtant certains jours, la vie ne me paraît pas si simple. Des choses m’exaspèrent, des moments sont difficiles, pesants. A l’inverse d’autres moments sont merveilleux, plaisants, légers ! Quels que soient mes jours, je sens que Tu es là.

    Je ne sais pas où Tu m'amènes et, cependant, je sens que Tu me tiens la main et que Tu ne me lâcheras pas.

    Aide-moi Seigneur à toujours conserver l'espérance.
    Merci mon Dieu de ta bienveillance !

    Elisabeth S.

  • Pause prière - pause regard du 22 novembre 2018

    La prière est une magnifique respiration…
    Celle d’un cœur qui aime.


    17. Alors le roi ordonna d’emmener Daniel, et on le jeta dans la fosse aux lions. Le roi prit la parole et dit à Daniel : « Ton Dieu, que tu sers avec constance, lui te délivrera. »

    22-23. Alors Daniel parla au roi : « O roi ! Vis à jamais ! Mon Dieu a envoyé son ange ; il a fermé la gueule des lions et ceux-ci ne m’ont fait aucun mal, car j’avais été trouvé juste devant lui ; et vis-à-vis de toi non plus, ô roi, je n’avais fait aucun mal.

    Daniel 6, 2-29

    Les frères et sœurs de la Communion Béthanie

    2018-11-22-le-cœur-du-cœur.jpgSi quelqu'un se trouve alors sans Dieu,
    sans pensée, sans images, sans mots,
    reste du moins pour lui
    ce lieu de vérité :
    aimer son frère qu'il voit.

    S'il ne parvient pas à aimer
    parce qu'il est noué dans sa détresse,
    seul, amer, affolé,
    reste du moins ceci :
    de désirer l'amour.

    Et si ce même désir
    lui est inaccessible,
    à cause de la tristesse et de la cruauté
    où il est comme englouti,
    reste encore qu'il peut désirer
    de désirer l'amour.

    Et il se peut que ce désir humilié,
    justement parce qu'il a perdu toute prétention,
    touche le cœur du cœur
    de la divine tendresse.

    Maurice Bellet

     

    0000 2017-01 Prière.jpgSeigneur, nous te louons pour :
    ton silence, expression de ta délicatesse,
    ta pudeur, respect de notre liberté,
    ta discrétion, espace de notre croissance,
    ta miséricorde, le déjà-là de ton Royaume.

     

    Seigneur, devant toi : E. sur son chemin d'éternité et sa famille, notre ami L., N., C., H., V., F. A., R., M., T., Colomban en sa fête, notre ami R., ton Église qui est en Algérie, l'unité des chrétiens, les personnes qui travaillent dans le mouvement œcuménique, le dialogue fraternel entre les religions.

  • Pause méditation du 19 novembre 2018

    Et le verbe se fait chair.
    Comment cela s'incarne t'il dans mon esprit, mon âme et mon corps ?
    Comment je laisse l'Esprit Saint habiter : la nature de mes pensées, la nature de mes sentiments et la nature de mes énergies dans mon corps ?


    2018-11-19-Silvacane.jpgAbbaye de Silvacane

     

     

     

     


    … et le verbe se fait chair


    « Sachez que le fils de l’homme est proche, à votre porte... » Marc 13, 29.

    Oui, bientôt Noël, l’Amour va s’Incarner, afin que son Règne vienne...sur cette terre submergée par la haine et la violence.
    Il frappe à ma porte... Suis-je prêt(e) à l’accueillir pour l’Incarner un peu plus chaque jour, ici et maintenant ?
    Car « Voici que je me tiens à la porte et je frappe : si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je souperai avec lui et lui avec moi.» (Apocalypse 3, 20). Alors tous nos désirs seront comblés ainsi que ceux de l’humaine humanité.

    « Paix aux hommes de bonne volonté. »


    Isabelle M.

  • Pause prière - pause regard du 15 novembre 2018

     

    La prière est une magnifique respiration…
    Celle d’un cœur qui aime.

    [Les deux disciples] se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur ne brûlait-il pas en nous tandis qu’il nous parlait en chemin et nous ouvrait les Écritures ? »
    Luc 24, 32.

    Les frères et sœurs de la Communion Béthanie

    Être là…

    2018-11-15-nous-abreuver-à-la-Source.jpgÊtre là, Seigneur, lorsque la nuit tombe.
    Être là, comme une espérance : peut-être allons-nous toucher le bord de Ta lumière …
    Être là, Seigneur, dans la nuit, avec au fond de soi cette formidable espérance : peut-être allons-nous aider un homme, très loin de nous, à vivre.
    Être là, Seigneur, n’ayant presque plus de parole, comme au fond du cœur qui aime, n’ayant plus de regard ailleurs que sur ce point de feu d’où émerge la vie qui nous change en flamme.
    Être là, Seigneur, comme un point tranquille tourné vers Toi.
    Être là avec tous ceux qui nous tiennent à cœur, et savoir que nous nous entraînons tous dans Ta lumière, et pas un instant n’est perdu.
    Être là, Seigneur, nous abreuver à la Source qui indéfiniment coule.

    Dieu de paix dont la paix n’est pas de ce monde, Dieu d’une vie qui abolira toute mort, Dieu compagnon qui Te tient tous les jours en nous, et entre nous, sois avec nous maintenant et pour l’éternité.
    Ainsi-soit-il.

    Sœur Myriam (1925-2010)

    0000 2017-01 Prière.jpg

     

    Seigneur, nous te louons pour :
    le don de ton cœur doux et humble,
    le don du cœur du Père,
    le don du cœur de Marie,
    le don du cœur des plus fragiles, icône de ton cœur,
    le don du cœur de l'Eglise,
    « Dans le cœur de l'Eglise, je serai l'amour, ainsi je serai tout... » Thérèse de Lisieux.

    Seigneur, devant toi, les enfants, les femmes et les hommes au Yémen, les décisions à prendre pour stopper cette hécatombe, les victimes des incendies en Californie, les droits et le respect des personnes LGBTQI sur le continent africain, L., D., F., A., R., T., R., D., M., S., C., notre amie B., S., sœur N., sœur N., A. et nos ami-es du Liban, la profonde mutation que doit vivre l'Eglise en ce temps, notre conversion à ton Évangile de paix, de justice, d'amour et d'ouverture, notre désir de Dieu.

  • Pause méditation du 12 novembre 2018

    Et le verbe se fait chair.
    Comment cela s'incarne t'il dans mon esprit, mon âme et mon corps ?
    Comment je laisse l'Esprit Saint habiter : la nature de mes pensées, la nature de mes sentiments et la nature de mes énergies dans mon corps ?

    2018-11-12-Silvacane.JPGAbbaye de Silvacane

     

     

     

     

    L'hiver s'installe.
    Tombe la nuit plus tôt.
    Le vent glacé pénètre les vêtements.

    Instinctivement, nous nous recroquevillons.

    Dehors, des personnes sont assises dans les ténèbres seules et sans biens; d'autres, sont rejetées en raison de leur état ;

    Instinctivement, nous nous réjouissons de notre abri.

    Dehors, les gens sont devenus virtuels ; le transhumanisme promet un avenir meilleur ; la peur fait monter les intolérances au pouvoir ; la lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont point reçue. Jean 1, 5.

    Alors surgit la question de toujours : Où situer ma foi ? Dans mon cœur !

    Car Dieu, qui a dit « La lumière brillera du sein des ténèbres ! » a fait briller la lumière dans nos cœurs pour faire resplendir la connaissance de la gloire de Dieu sur la face de Christ. 2 Corinthiens 4, 6.

    Céline

     

  • Pause prière - pause regard du 8 novembre 2018

    La prière est une magnifique respiration…
    Celle d’un cœur qui aime.

    Louons Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père riche en bonté, le Dieu qui accorde le réconfort en toute occasion !
    2 Corinthiens 1, 3 (Version : Français courant)

    Les frères et sœurs de la Communion Béthanie

    Prends-moi dans ton silence

    2018-11-08-Désert.jpgPrends-moi dans ton silence,
    loin des bruits et de l’agitation du monde.

    Dans un silence où tout mon être se retrouve en sa vérité,
    en sa nudité,
    en sa misère,
    car ce silence me permet de me découvrir moi-même.

    Fais taire en moi ce qui n’est pas de toi,
    ce qui n’est pas ta présence.

    Impose silence à mes désirs,
    à mes caprices,
    à mes rêves d’évasion,
    à la violence de mes passions.

    Imprègne de ton silence ma nature trop impatiente de parler,
    trop encline à l’action extérieure et bruyante.

    Fais descendre ton silence jusqu’au fond de mon être,
    et fais remonter ce silence vers toi, en hommage d’amour.

    St Jean de la Croix


    0000 2017-01 Prière.jpgSeigneur, nous te louons pour :
    les regards bienveillants,
    les regards qui donnent la vie,
    les regards qui encouragent,
    les regards qui ne jugent pas, ne condamnent pas,
    les regards qui déplacent vers plus d'humanité,
    les regards de création.

    Seigneur, devant toi, mère M. sur son chemin d'éternité, sœur M.-D. et les sœurs de sa communauté, C. et sa santé, C., A., nos ami-es de la communauté de La Roche d'Or, L. et sa famille, L., frère L. en sa fête, frère M. en sa fête, C., R.-J., C., père O., frère D., la journée du samedi 10 novembre à Bordeaux : S'accueillir, homosexualité et vie chrétienne.

  • Pause méditation du 5 novembre 2018

    Les premiers lundis du mois, nous entrerons dans la poésie de notre frère Philippe.
    Les autres lundis, nous continuerons sur le thème « Et le verbe se fait chair. »

    2018-05-07-Poésie.jpg

    -3-

    Odyssée inconnue de ton âme,
    complexité mouvante et insaisissable ...

    Libère en toi
    des profondeurs insoupçonnées !

    Rebranche-toi,
    livre passage !

    Échappe ainsi à l’idolâtrie des idées
    et des imaginations pieuses !

    Ensemble restons ouverts à la Puissance de Vie
    qui renouvelle sans cesse l’univers,
    nous fait exister, agir, aimer ...

    Étonnons-nous encore d’avoir des yeux
    pour voir les fleurs
    et de quoi sentir leurs parfums,
    un cœur pour aimer,
    des mains pour caresser,
    une voix pour parler et chanter ...

    « Quelque chose » vient à tout instant
    nous secourir
    et mérite notre gratitude !

    Philippe