Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

COMMUNION BÉTHANIE - Page 5

  • Pause prière - pause regard du 26 octobre 2017

    La prière est une magnifique respiration…
    Celle d’un cœur qui aime.

    Certes, nous n’en voyons pas toujours les fruits,
    Cependant notre intercession pour le monde n’est jamais vaine.
    Écrin délicat des heures que chacun a bien voulu nous confier,
    elles reçoivent par nos lèvres une densité neuve
    et sont plongées en Celui qui demeure « Lumière sans déclin »
    Substantiel trait d’union entre nos vies éparses,
    elle nous enfante à une même communion de destin.

    Les frères et sœurs de la Communion Béthanie
    _______________________________________

    2017-10-26-Je-crois-en-l’amour.jpgJe crois que le dernier mot de nos vies, de nous-même, de notre prochain, de la création, le dernier mot sur chacun-e et sur tout appartient à Dieu et seulement à Dieu,
    Je crois que si le mal s’exprime en ce monde et en nous, la Résurrection est signe qu’une espérance nous est donnée de la victoire définitive du bien sur le mal, et cette espérance est pour nous signe de l’aube, comme une lumière dans la nuit. Comme dit Wendy Farley, “Redemption is not a clean break from evil, but a power that refuses to let it have the last word.”
    Je crois que cette espérance est à vivre dans un aujourd’hui, et qu’aujourd’hui Dieu est là, présence attentive dans l’histoire des hommes et des femmes, et de toute sa création. Je crois que pouvoir et forces nous sont donnés aujourd’hui pour bâtir un aujourd’hui meilleur, je crois que pouvoir et forces nous serons toujours donnés.
    Je crois que je suis aimée de Dieu d’un amour fou, scandaleux et superbe, et parfois, je le sens si fort que je ne suis plus tout entier-ère qu’un tressaillement éberlué de gratitude.
    Je crois que le Christ des Évangiles, ému aux entrailles par l’humanité souffrante, et parlant de l’amour du prochain, m’invite à transformer ma vie pour la rendre le plus conforme possible à la conviction que tous et toutes sont égaux en dignité, et bénéficiaires du même amour fou donné par Dieu.
    Je crois que le paradoxe de la foi chrétienne, le mouvement de nous reconnaître à la fois pécheurs et justifiés, est une invitation à la liberté et à la solidarité.
    Je crois en l’amour.
    Je crois que tout cela, c’est choisir la vie.

    2017-00-09-Nous-prions.jpgSeigneur, nous te louons pour Martin Luther, le chemin de réforme qu'il a ouvert dans l'Église, la rencontre « Protestants en fête » le week-end prochain à Strasbourg, les Églises de la Réforme, leur attachement à l'Écriture, la grâce de l'unité que tu veux nous donner, les témoins, les saintes, les saints de toutes les Églises.

    Seigneur, devant toi : la pasteure F., la pasteure E., le pasteur J., le pasteur S., nos ami(es) pasteurs, nos sœurs diaconesses de Reuilly, B. notre sœur, M., M. notre frère, S., D., J.-F., nos sœurs, frères, ami(es) des Églises de la Réforme, T. et A., J. sur son chemin d'éternité, frère M. et sa santé, J., R., I., T., Q., N. notre frère.

  • Pause méditation du lundi 23 octobre 2017

    Humilité – douceur du Christ
    Tel est le thème que nous propose notre sœur Loan pour les méditations du lundi.

    2017-00-10-Pause-méditation.jpg

     
    Interpellation

     

     

    Silence du groupe réuni pour partager l'évangile de Mathieu sur le baptême de Jésus.
    Se laisser habiter par la parole. Partage.
    « Celui-ci est mon fils bien aimé. » Cette phrase a jailli du cœur d'une participante.
    Vous rendez vous compte, un père qui dit cela à son fils adulte !
    Quelle déclaration d'amour!
    Qui oserai aujourd'hui dire cela à son enfant adulte ?
    Stupeur.
    Mes entrailles, mon cœur sont saisis, retournés.
    Je suis bouleversée par cette interpellation.

    Ô oui Seigneur comme j'aurais aimé entendre cette phrase simple, pleine de tendresse, d'affection, d'amour.
    Aujourd'hui Seigneur, Toi, tu combles ce non-dit de toute ta présence, celle qui fait de moi, « une enfant de Dieu, bien aimée du Père ».

    Elisabeth L.

  • Pause prière - pause regard du 19 octobre 2017

    La prière est une magnifique respiration…
    Celle d’un cœur qui aime.

    Elle prend tous les accents et rassemble tous les visages :
    Tantôt profond silence, tantôt balbutiement de paroles,
    Tantôt cris de peine, tantôt chants d’allégresse,
    Elle raconte toujours la confiance éperdue
    en un Dieu qui sait, qui comprend et qui aime.

    Les frères et sœurs de la Communion Béthanie
    _______________________________________

    2017-10-19-homme-se-noye.jpgPrier, ce n’est plus être seul – et ce n’est pas seulement l’individu, c’est l’humanité toute entière qui est solidaire – prier, c’est émerger comme l’homme qui se noie, émerger à la surface des eaux de sang, d’ennui ou de frénésie de l’histoire pour respirer un instant l’air de l’éternité. C’est exister avec cette respiration en soi d’un espace qui n’est pas celui de ce monde mais celui du Royaume où Dieu est tout en tous, où rien n’est séparé, où Dieu lui-même essuie chaque larme de ceux qui viennent de la « grande tribulation », non pour fuir l’histoire, mais pour y devenir patient et tenace, humblement serviteur de la vie – à la fois réaliste et visionnaire.
    Les hommes de prière sont les vrais maîtres de l’histoire. « Trouve la paix intérieure, et des milliers se sauveront à tes côtés » disait au siècle dernier Séraphin de Sarov, qui, à la fin de sa vie, vibrait d’une telle intensité pascale qu’il accueillait chaque visiteur de ces mots : « Ma joie, Christ est ressuscité ! »

    Olivier Clément

    2017-00-09-Nous-prions.jpgSeigneur, nous te louons pour les enfants et les jeunes qui - partout dans le monde - s'engagent pour la paix, les gestes et les paroles de réconciliation, les regards qui envisagent la rencontre respectueuse, ton pardon et notre pardon qui ouvrent de nouveaux horizons, les rencontres fraternelles de notre frère prieur ces derniers jours, B. et J.-D. en leurs 15 ans de mariage.
    Seigneur, devant toi : les très nombreuses victimes de l'attentat à Mogadiscio en Somalie ainsi que les familles et les proches éprouvés par cette tragédie, père M. sur son chemin d'éternité, les diocèses de l'Ariège et de la Savoie, frère P., R., la pasteure E. et sa famille, P., sœur V., M.-L., R., frère M. et sa santé, nos sœurs et frères moniales, moines, P., A., D., B. et sa mère ainsi que sa famille, le jeune P. sur son chemin d'éternité.

  • Pause méditation du lundi 16 octobre 2017

    Humilité – douceur du Christ
    Tel est le thème que nous propose notre sœur Loan pour les méditations du lundi.

    2017-00-10-Pause-méditation.jpg

    Pause méditation,
    Pause pour respirer,
    Fermer les yeux.


    Chaque jour, je m’oublie et me détache de ce qui m’appartient ;
    Car ce qui m’appartient vraiment est plus grand que ce que j’ai déjà.

    Je m’oublie pour mieux m’accueillir ; mieux accueillir mes colères, mes méconnaissances, mes faiblesses, mon orgueil ;
    Je m’oublie pour mieux m’ouvrir au monde ; mieux m’ouvrir à ses colères, ses ignorances, ses divisions, son orgueil ;

    C’est ma foi car elle apporte la confiance et le bonheur et le risque de la rencontre ;
    C’est ma croix car elle demande patience, humilité… silence parfois.

    Seigneur ! Que ton silence est éloquent !

    Céline W.

     

     

  • Pause prière - pause regard du 11 octobre 2017

    La prière est une magnifique respiration…
    Celle d’un cœur qui aime.

    Dans la prière, « les images que nous nous faisons de Dieu se brisent, se purifient, se convertissent. La prière, c’est la recherche d’une rencontre entre deux libertés, la nôtre et celle de Dieu » Matthias Wirz

    Les frères et sœurs de la Communion Béthanie
    _______________________________________

    2017-10-11-Béatitudes.jpgHeureux les pauvres pas les fauchés
    Mais ceux dont le cœur est libre.
    Heureux ceux qui pleurent, pas ceux qui pleurnichent
    Mais ceux qui crient.
    Heureux les doux, pas les mous
    Mais les patients et les tolérants.
    Heureux ceux qui ont faim et soif de justice, pas ceux qui braillent
    Mais ceux qui luttent.
    Heureux les miséricordieux, pas ceux qui oublient
    Mais ceux qui pardonnent.
    Heureux les cœurs purs, pas ceux qui font les anges
    Mais ceux dont la vie est transparente.
    Heureux les pacifiques, pas ceux qui éludent les conflits
    Mais ceux qui les affrontent.
    Heureux les persécutés pour la justice, non parce qu’ils souffrent
    Mais parce qu’ils aiment.

    Pierre Jacob

     

    2017-00-09-Nous-prions.jpgSeigneur, nous te louons pour M., notre sœur franciscaine en alliance qui fête ce dimanche 15 octobre le jubilé d'or de sa profession religieuse, sa belle fidélité, sa fécondité que toi seul connaît, ses sœurs franciscaines qui témoignent de ton attention aux plus pauvres dans l'humble quotidien, le charisme toujours vivant de François d'Assise dans le monde, l'Église d'aujourd'hui, la beauté de tout être reflet de ta beauté.

    Seigneur, devant toi : C., N. sur son chemin d'éternité, D. et sa famille, G. sur son chemin d'éternité et A. son mari, P. et F., S. et L., C. sur son chemin d'éternité et sa famille très éprouvée et N. ainsi que A. son fils, notre ami L., C. et sa famille, notre mère B., notre sœur en alliance M.-L., nos sœurs et frères du Carmel en cette fête de Thérèse d'Avila, la paix et la réconciliation dans notre monde et dans nos Églises.

  • Pause méditation du lundi 9 octobre 2017

    Humilité – douceur du Christ
    Tel est le thème que nous propose notre sœur Loan pour les méditations du lundi.

    2017-00-10-Pause-méditation.jpg« Puis il la donna en fermage à des vignerons... » (Mt 21,33)
    « La pierre qu'on rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre angulaire.... » (Mt 21,42)


    Que fais-je de mes talents, charismes...richesses... ?
    Mais aussi de mes fragilités, limites, différences....pauvretés... ?
    Suis-je persuadé(e) qu'accueillies humblement, elles peuvent elles aussi porter du fruit... ?
    Vais-je les nier, les rejeter ou en faire des Pierres d'Angle... ?

    « C'est pourquoi j'accepte...pour le Christ les faiblesses... car, lorsque je suis faible, c'est alors que je suis fort » (2Cor 12,10)

    « Ô homme, marche humblement avec ton Dieu... » (d’après Michée 6,8)

    Isabelle M.

  • Pause prière - pause regard du 5 octobre 2017

    La prière est une magnifique respiration…
    Celle d’un cœur qui aime.
     
    C’est en ce rendez-vous humble et fidèle que Dieu nous espère
    Priant lui-même pour que grandisse sans cesse notre amour.
     
    Les frères et sœurs de la Communion Béthanie
    _______________________________________

    2017-10-05-Wanir-Welepane-1.jpgQemek ou « visage multiforme »

    Quand tes pieds foulent la terre,
    Quand tu entres dans une maison,
    Devant un chef, un vieux, une femme
    Ou devant un jeune,
    Donne ton « Qemek-visage »
    Qui est ton geste coutumier.
    Dans la coutume kanake,
    Le « Qemek » est un geste sacré
    Qui concrétise les liens profonds
    Des hommes dans la vie communautaire.
    Il est le signe de présence
    Et de joie dans la rencontre,
    Signe d’humilité et de respect
    De l’autre et du lieu
    où l’on se trouve.
    Il est encore un signe
    Qui demande une parole
    Ou qui précède un travail
    Ou une invitation à la fête …
    Le « Qemek » est la clé
    Qui ouvre la porte de la parole
    Pour recevoir et accueillir
    Celui qui arrive.
    Quand la parole et le signe
    De l’accueil sont donnés,
    L’esprit de la terre,
    Témoin invisible, voit les hommes
    Et écoute les paroles d’accueil,
    Alors le visiteur devient
    Comme quelqu’un du pays
    Il fait partie désormais de la maison
    Jusqu’à son prochain départ,
    Il est protégé des hommes
    Et des mauvais esprits …
    S’il vient demander l’hospitalité
    Et qu’il n’a pas de « Qemek »
    Parce qu’il n’a rien à offrir, il est toujours accueilli dans la case.
    Si un jour tu fais un « Qemek »,
    Ne sois pas hypocrite,
    Ne le fais pas par habitude
    Pour te montrer devant les autres,
    Si tu le fais,
    Réfléchis d’abord à sa signification,
    Et si tu l’ignores,
    Demande à ceux qui le connaissent, et si tu ne veux pas savoir, je te conseille : « Ne le fais pas ! »
    Même si les gens
    Vont te voir un peu de travers.
    Parce que sinon ton « Qemek »
    Sera comme du vernis sur du bois pourri,
    C’est joli,
    Mais ton « Qemek » cachera ton cœur vide,
    Ton geste coutumier sera creux
    Comme un bidon
    Et l’esprit de la terre
    Se moquera de toi
    Et te prendra pour un singe sérieux …
    2017-10-05-Wanir-Welepane-2.jpgSais-tu qu’au moment
    Où Dieu a foulé de ses pieds notre terre
    Même si c’est lui
    Qui l’a créée,
    Il nous a fait un « Qemek ».
    Il est venu comme un étranger,
    Il a pris un visage d’homme,
    Il s’est fait homme
    Et il a vécu comme un homme.
    Il n’est pas venu comme un voleur
    Ni comme un diable,
    Voilant le visage
    Mais il s’est montré
    À travers ce « Qemek »
    Dans le visage de Jésus-Christ,
    Aux hommes de toutes races
    Pour manifester son amour pour eux.
    Il veut habiter avec et en eux,
    Pour vivre leur vie,
    Souffrir leurs souffrances
    Et partager avec eux les biens éternels.
    Dieu demande à être accueilli
    Chez toi et en toi,
    Acceptes-tu son « Qemek » ?
    Sais-tu qu’aujourd’hui
    Le « Qemek » du Christ se manifeste
    Toujours sous différentes formes
    Dans le monde où nous vivons :
    Dans un regard souffrant, affamé,
    Assoiffé de vie et de paix ;
    Dans un regard d’une femme abandonnée
    Qui se prostitue pour vivre ;
    Dans un regard d’un jeune
    Sans avenir et qui se drogue ;
    Dans un regard d’un ouvrier exploité
    Et mal payé par son patron,
    Dans un regard d’un chômeur alcoolique,
    Dans un regard d’une fille de la nuit, dans un regard d’un prisonnier oublié, dans un regard d’un peuple opprimé
    Qui réclame sa dignité
    Et sa libération …
    Le Christ demande à être accueilli
    Chez toi, en toi,
    Acceptes-tu son « Qemek-visage » multiforme ?

    Texte tiré de « Aux vents des îles », poèmes de Wanir Welepane (Nouvelle Calédonie)

    2017-00-09-Nous-prions.jpgSeigneur, nous te louons pour la fécondité du weekend au centre spirituel du Châtelard, les gestes de solidarité qui expriment ta présence, le charisme toujours vivant de saint Bruno, dans l'Eglise d'aujourd'hui, nos sœurs et frères en Chartreuse, les ermites qui, dans la solitude aiment notre monde, dans une vie de prière cachée, le nouveau président de « Devenir Un En Christ », les membres de cette association amie.

    Seigneur, devant toi : J., B., M., la famille dominicaine en pèlerinage, D., J.-D., C., A., E., sœur M., B. et sa mère, S., C. et sa famille, D., M. et ses proches, les victimes de la violence à Las Vegas et à Marseille, L. et M. sur leur chemin d'éternité, les familles éprouvées par ces drames.

  • Pause méditation du lundi 2 octobre 2017

    Humilité – douceur du Christ
    Tel est le thème que nous propose notre sœur Loan pour les méditations du lundi.

     2017-00-10-Pause-méditation.jpg« Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur; et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est doux, et mon fardeau léger. » Matthieu 11, 28-30

     

    Oui Seigneur qu'il est bon de te suivre à chaque instant.
    Oui Seigneur, c'est bien toi qui m'apprend à être douce et humble de cœur.
    Oui Seigneur auprès de toi mon âme se repose.
    Je te rends Grâce pour tous ces clincs-dieux que tu me dévoiles : toi mon Rocher sur lequel je m'appuie.
    Toi qui me fit naître sur la terre à la Saint Léger, patron de tous les anges.
    Bénis sois tu pour ce magnifique cadeau : notre fils Samuel-Lorenzo, Thai Son.
    Oui Seigneur qu'il est bon de te dire : je t'aime de tout mon cœur.

    Votre sœur Loan.

  • Pause prière - pause regard du 28 septembre 2017

    La prière est une magnifique respiration…
    Celle d’un cœur qui aime.

    Certes, nous n’en voyons pas toujours les fruits,
    Cependant notre intercession pour le monde n’est jamais vaine.
    Écrin délicat des heures que chacun a bien voulu nous confier,
    elles reçoivent par nos lèvres une densité neuve
    et sont plongées en Celui qui demeure « Lumière sans déclin »
    Substantiel trait d’union entre nos vies éparses,
    elle nous enfante à une même communion de destin.

    Les frères et sœurs de la Communion Béthanie
    _______________________________________

    2017-09-28-Silence.jpgLe Christ dit : « Voici quel est mon commandement : vous aimer les uns les autres comme je vous ai aimés » (Jean 15,12).
    Nous avons besoin de silence pour accueillir ces paroles et les mettre en pratique.
    Quand nous sommes agités et inquiets, nous avons tant d’arguments et de raisons pour ne pas pardonner et ne pas aimer trop facilement. Mais quand nous tenons « notre âme en paix et silence », ces raisons s’évanouissent.
    Peut-être nous évitons parfois le silence, lui préférant tout bruit, des paroles ou des distractions quelles qu’elles soient, parce que la paix intérieure est une affaire risquée : elle nous rend vides et pauvres, elle dissout l’amertume et les révoltes, et nous conduit au don de nous-mêmes.
    Silencieux et pauvres, nos cœurs sont conquis par l’Esprit Saint, emplis d’un amour inconditionnel.
    De manière humble mais certaine, le silence conduit à aimer.

    Extrait de « La valeur du Silence » de Taizé.

    .

    2017-00-09-Nous-prions.jpgSeigneur, nous te louons pour la splendeur de ta création, tous les éléments de celle-ci, la beauté des plantes, des animaux, la diversité infinie des créatures grandes et petites, tout ce qui vit et respire, la femme, l'homme au service de ton acte créateur, les personnes qui s'engagent pour le respect de notre environnement.

    Seigneur, devant toi :
    la fécondité de l'encyclique « Laudato si » du pape François, le patriarche Bartholomée 1er de Constantinople, V., T., les personnes, les associations, les communautés au service de l'écologie, les victimes de la haine, de la violence, des catastrophes naturelles, R., R. notre frère, S., D., J., I., M., C., nos ami(es) du groupe « Oser Vivre en Vérité » du diocèse de Lille, la paix sociale en Catalogne, les ami(es), les sœurs, les frères de François d'Assise, de Thérèse de Lisieux en ces jours de fêtes.

  • Lettre de soutien au père James Martin, SJ

    2017-09-25-James-Martin.jpgCher père James Martin,

    Je me permets de vous rejoindre par ces quelques lignes.

    Au début de l'été dernier, vous avez eu la gentillesse de me faire parvenir votre livre « Building a bridge - How the catholic church and the LGBT community can enter into relationship of respect, compassion, and sensitivity ».

    Je tiens à vous remercier vivement pour cet ouvrage profond, juste, délicat et pastoralement intelligent.

    Ces derniers jours, j'apprends que vous êtes la cible « des catholiques conservateurs » américains.
    Vous dites garder la paix du cœur au milieu de cette tempête d'insultes...
    Je tiens à vous assurer de notre soutien, de notre prière en cette épreuve.

    Vous souhaitez construire un pont, notre Communion Béthanie souhaite être une passerelle de réconciliation.
    Nous vivons donc une réelle proximité dans la vigne du Seigneur.
    Nous vivons donc une réelle proximité dans les périphéries, sur le parvis.

    Nous voulons rester sur le parvis, et être ainsi un lien visible entre les maisons des hommes et la maison de Dieu.
    N'est-ce pas après tout sur le parvis que commence toute vie chrétienne ?
    C'est là qu'est allumé le feu de Pâques, c'est là encore que le futur baptisé est présenté, là encore qu'est accueilli celui qui s'est endormi dans la mort.
    Le parvis est plus qu'un lieu symbolique pour nous, il est notre lieu de naissance, il résume notre vocation, il est finalement notre vraie demeure. Il signifie que nous ne sommes pas installés, que nous n'avons pas de doctrine à proposer, ni d'influence à imposer.

    Aux États-Unis d'Amérique, en France, en Espagne, en Italie..., des chrétiens se radicalisent de plus en plus, s'éloignant ainsi, me semble-t-il, des racines de l'Évangile.
    De la même manière que l'apôtre Paul parle des ennemis de la croix du Christ, nous rencontrons aujourd'hui des ennemis de la tendresse de Dieu, manifestée en Jésus le Christ.
    Dans l'Eglise catholique romaine, ils deviennent même maintenant des ennemis du pape François...! Comment peuvent-ils ?
    Et si Ernest Renan avait vu juste en écrivant : « La bêtise humaine est la seule chose qui donne une idée de l'infini » ?

    Je suis, nous sommes avec vous dans ce désir de rejoindre chacun en Dieu. Avec vous nous voulons manifester que c'est bien Lui qui connaît la vérité des êtres et le chemin de lumière de chacun.
    Merci d'être vous, merci d'être là, cher père James Martin.

    Respect, estime, affection fraternelle.

    Chaleureusement vôtre,
    Jean-Michel+, frère prieur de la Communion Béthanie