Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

COMMUNION BÉTHANIE

  • [Prieur] Barcelone, solidarité et prière confiantes plus fortes que la folie meurtrière

    En ces heures estivales où nous parvient l'écho d'une nouvelle folie meurtrière sur Les Ramblas à Barcelone, c'est en communion que je vous rejoins suite à ce nouvel attentat.

    Je prie intensément en communion avec et pour ces victimes innocentes et leurs familles. Pour toutes les personnes présentes sur La Rambla, qui en quelques secondes ont vu défiler devant leurs yeux des images d'horreur absolue, de peur panique, déjà vécues ailleurs.

    Comment en cet instant ne pas être aussi, humbles et pauvres, en communion avec notre sœur Montserrat, notre sœur en alliance, quand sa terre est meurtrie de la sorte.

    « Bénissez ceux qui vous persécutent, bénissez et ne maudissez pas. Réjouissez-vous avec ceux qui se réjouissent; Pleurez avec ceux qui pleurent. »  Épitres de saint Paul aux Romains 12:14-15.

    icone essai.JPGDans ma prière, je fais miennes ces paroles difficiles et douces à la fois. Aussi, je pleure avec toutes celles et tous ceux qui pleurent. Barcelone, Ouagadougou au Burkina Faso, Nice, Paris, Londres, et tant d'autres.

    Aucun de nos frères et sœurs en humanité blessés ou qui nous sont soustraits n'est oublié. Jésus de Nazareth je te présente chacun de leur visage.

    Dans le silence de notre prière en Communion Béthanie germe un vacarme d'Espérance, le désespoir surmonté selon Bernanos.
    En el silencio de nuestra oración en Comunión Betania germina un estruendo de Esperanza, la desesperación superada según Bernanos.


    Avec vous, au service de la paix,
    Frère Jean-Michel+ Dunand, prieur de la Communion Béthanie

  • Pause prière - pause regard du 17 août 2017

    Les sœurs et les frères de la Communion Béthanie prient avec vous et pour vous au fil de cet été 2017.
    Nous reprendrons notre service des intentions de prière à la rentrée de septembre.
    Sur ce blog, vous retrouvez chaque jeudi notre « Pause prière - pause regard » avec Christian de Chergé, prieur des moines de Tibhirine, extrait de « Prier 15 jours » :

    2017-07-06-Christian-de-Chergé.jpg

    Chrétiens et musulmans, nous avons un besoin urgent d’entrer dans la miséricorde mutuelle. Une parole commune qui nous vient de Dieu nous y invite. C’est bien la richesse de sa miséricorde qui se manifeste lorsque nous entrons modestement dans le besoin de ce que la foi de l’autre nous en dit, et mieux encore, de ce qu’il en vit.

    Cet exode vers l’autre ne saurait nous détourner de la Terre Promise, s’il est bien vrai que nos chemins convergent quand une même soif nous attire au même puits. Pouvons-nous nous abreuver mutuellement ? C’est au goût de l’eau qu’on en juge. La véritable eau vive est celle que nul ne peut faire jaillir, ni contenir. Le monde serait moins désert si nous pouvions nous reconnaître une vocation commune, celle de multiplier au passage les fontaines de miséricorde. Et comment douter de cette vocation commune si nous laissons le Tout-Miséricordieux nous appeler ensemble à une table unique, celle des pécheurs ? »


    Comment ne pas penser, durant ces jours de vacances, aux personnes qui souffrent dans leur âme, dans leur corps, qui souffrent de la solitude...
    À toutes et à tous, nous souhaitons offrir la paix et le bien.
    Nous souhaitons être auprès de vous, l'humble reflet de cette parole que frère Roger de Taizé met sur les lèvres de Dieu : 
    « Quand tu seras au plus dur de l'épreuve, je me tiens sous ton désespoir... Et je suis aussi aux profondeurs de l'espérance ».

  • Pause prière - pause regard du 10 août 2017

    Les sœurs et les frères de la Communion Béthanie prient avec vous et pour vous au fil de cet été 2017.
    Nous reprendrons notre service des intentions de prière à la rentrée de septembre.
    Sur ce blog, vous retrouvez chaque jeudi notre « Pause prière - pause regard » avec Christian de Chergé, prieur des moines de Tibhirine, extrait de « Prier 15 jours » :

    2017-07-06-Christian-de-Chergé.jpgQuand la nuit est là,
    quand la lumière n’a pas de nom
    en dehors de la foi,
    Dieu de toute aurore,
    avec ton Fils en agonie,
    nous voulons Te bénir encore.

    Quand la blessure est là,
    quand la vie n’a pas de nom
    en dehors de ta volonté,
    Dieu affrontant toute mort
    avec le Fils blessé à jamais,
    Nous voulons Te glorifier encore.

    Quand la lutte est là,
    quand la victoire n’a pas de nom
    en dehors de l’amour,
    Dieu toujours plus fort,
    avec le Fils héritier de nos morts,
    nous voulons T’adorer encore.


    Comment ne pas penser, durant ces jours de vacances, aux personnes qui souffrent dans leur âme, dans leur corps, qui souffrent de la solitude...
    À toutes et à tous, nous souhaitons offrir la paix et le bien.
    Nous souhaitons être auprès de vous, l'humble reflet de cette parole que frère Roger de Taizé met sur les lèvres de Dieu : 
    « Quand tu seras au plus dur de l'épreuve, je me tiens sous ton désespoir... Et je suis aussi aux profondeurs de l'espérance ».

  • Pause prière - pause regard du 3 août 2017

    Les sœurs et les frères de la Communion Béthanie prient avec vous et pour vous au fil de cet été 2017.
    Nous reprendrons notre service des intentions de prière à la rentrée de septembre.
    Sur ce blog, vous retrouvez chaque jeudi notre « Pause prière - pause regard » avec Christian de Chergé, prieur des moines de Tibhirine, extrait de « Prier 15 jours » :

    2017-07-06-Christian-de-Chergé.jpg

    Le courage du quotidien est celui qui nous prend le plus fortement au dépourvu. Pour qu'en toutes choses, Dieu soit glorifié, il faut durer dans la patience, participer par la patience aux souffrances du Christ, sans enjamber sur l'avenir qui n'appartient qu'à Dieu.

    Il n'y a d'espérance que si l'on accepte de ne pas voir l'avenir.

    Pensons au don de la manne dans le désert.
    Il était quotidien, mais on ne pouvait en garder pour le lendemain.
    Vouloir imaginer l'avenir, c'est faire de l'espérance fiction.
    Dès que nous pensons l'avenir, nous le pensons comme le passé.
    Nous n'avons pas l'imagination de Dieu.
    Demain sera autre chose.
    Nous ne pouvons pas l'imaginer.


    Comment ne pas penser, durant ces jours de vacances, aux personnes qui souffrent dans leur âme, dans leur corps, qui souffrent de la solitude...
    À toutes et à tous, nous souhaitons offrir la paix et le bien.
    Nous souhaitons être auprès de vous, l'humble reflet de cette parole que frère Roger de Taizé met sur les lèvres de Dieu : 
    « Quand tu seras au plus dur de l'épreuve, je me tiens sous ton désespoir... Et je suis aussi aux profondeurs de l'espérance ».

  • [Prieur] C'est dans le silence et la confiance que sera votre force

    « C'est dans le silence et la confiance que sera votre force »
    Isaïe 30 ; 15.

    Ami(es), sœurs, frères,

    2017-07-28-la-famille-de-Béthanie.jpgAu cœur de l'été, nous fêtons la famille de Béthanie, Marthe, Marie, Lazare, nos sœurs et notre frère.
    C'est ce jour que j'ai choisi pour vous offrir « mon message de rentrée » !!!
    En fait, je suis sur la route pour rejoindre un ermitage où, près de nos sœurs diaconesses de Reuilly, je vais essayer d'écouter...
    Avant ce temps de silence, j'essaye de parler, « je balbutie ! » quelques mots pour vous, pour nous.

    La liturgie monastique prie ainsi en ce jour de fête :
    « Pour la maison de Béthanie où tu as trouvé le repos,
    Pour toutes les communautés dont la vie s'inspire de ce mystère,
    Béni sois-tu, Seigneur, notre frère et notre Dieu »

    Nous sommes une de ces communautés...
    Une communauté, une Communion qui se situe sur une ligne de crête bien étroite, « un charisme très fin » comme me le disait une amie moniale, fille de saint Bruno, au jour de la Pentecôte 2017.

    « C'est tellement complexe un homme et, jusqu'au dernier instant, tellement inachevé ! »
    Abbé Pierre

    Procréation médicalement assistée, gestation pour autrui, mariage pour tous, personnes transgenres, sexualités homosexuelles, dimension œcuménique, liens fraternels avec des ami(es) juifs, musulmans, bouddhistes...
    « Du dehors et du dedans » de notre famille : dialogues, partages, questions, interrogations, troubles, rumeurs, « ragots »…
    Il me semble bon aujourd'hui de redonner quelques grands fondamentaux de notre charisme au service de l'Église de ce temps.
    Pour clarifier, pour rendre grâce : la Communion Béthanie est un don qui vient de plus loin que nous...

    Elle est par vocation une Communion contemplative.
    Elle souhaite donc demeurer dans cet « ailleurs » qui n'est pas fuite du réel, mais au contraire une façon plus vaste, plus mûre et plus silencieuse de le porter.
    C'est dans cet espace que tous les chemins peuvent se dire dans leur singularité, même si le but poursuivi échappe encore au marcheur.

    « Le paysage est si vaste à l'intérieur d'un seul homme, que toutes les contradictions y veulent vivre et y ont leur place »
    Christiane Singer

    Pour autant, si la Communion Béthanie se porte toujours caution pour les personnes, elle ne se substituera jamais à la responsabilité des actes qu'elles posent et s'arrête au seuil du sanctuaire de leur conscience (cf. saint Jean-Paul II). Le seul combat que la Communion Béthanie entend mener est celui de l'accueil inconditionnel de chacune et de chacun, en aucun cas de porter le flambeau de leurs choix de vie, car ils appartiennent définitivement à la discrétion de celles et ceux qui les ont émis.

    Rendant grâce, toujours, pour le don de la vie que rien n'arrête, notre Communion la confie au Seigneur de la Vie qui la suscite et l'élève pour qu'elle donne son fruit au temps voulu.

    Je voudrais ici citer un extrait de notre Dossier de Presse que vous pouvez retrouver, dans son intégralité, en document téléchargeable sur notre blog.
    « …ni lobby gay, ni structure d'Église, la Communion Béthanie est indépendante dans son propos et dans ses choix. Elle n'estime donc n'avoir de compte à rendre ni sur l'efficacité de son action, ni sur la vie privée de ses membres. De même qu'elle n'a pas vocation à avoir réponses à toutes les questions ou solutions à toutes les problématiques.
    Ouverte aux autres confessions de foi, elle ne souhaite donc pas être récupérée par une Église plutôt qu'une autre et revendique la liberté de l'Évangile. Elle espère ainsi contribuer à faire croître l'unité et la paix ».

    Comme en écho, j'entends les paroles de Monseigneur Dominique Lebrun, archevêque de Rouen, le 26 juillet dernier à Saint Etienne-du-Rouvray :
    « Une tentation pour les chrétiens : juger les autres, condamner de notre petite hauteur en sachant tout »

    Aujourd'hui, la liturgie monastique prie encore :
    « Seigneur, donne-nous la sagesse silencieuse de Lazare,
    le dévouement de Marthe
    et l'écoute attentive de Marie.
    Donne aux errants de la terre de trouver la maison amicale où ils seront accueillis »

    Sur notre « flyer », notre tract, vous pouvez lire cette parole de saint Jean XXIII qui dit notre amour de l'Église, notre appel singulier en son sein :
    « L'Église est une immense bergerie avec du foin à hauteur de tous les museaux »

    Bel été à vous pour une belle et féconde rentrée !

    2017-07-28-Jean-Michel-et-frère-Aloïs.jpg« Il faut si peu de mots pour dire les quelques grandes choses qui comptent dans la vie. Si j'écris un jour, je voudrais tracer ainsi quelques mots au pinceau, sur un grand fond de silence »
    Etty Hillesum


    Notre frère prieur avec Frère Aloïs, prieur de la communauté œcuménique de Taizé

    En route vers l'ermitage...

    Avec vous de tout mon cœur de frère.

    Jean-Michel+, prieur de la Communion Béthanie

     

  • Pause prière - pause regard du 27 juillet 2017

    Les sœurs et les frères de la Communion Béthanie prient avec vous et pour vous au fil de cet été 2017.
    Nous reprendrons notre service des intentions de prière à la rentrée de septembre.
    Sur ce blog, vous retrouvez chaque jeudi notre « Pause prière - pause regard » avec Christian de Chergé, prieur des moines de Tibhirine, extrait de « Prier 15 jours » :

    2017-07-06-Christian-de-Chergé.jpg

    Depuis qu'un jour, il m'a demandé tout à fait à l'improviste, de lui apprendre à prier, Mohammed a pris l'habitude de venir s'entretenir régulièrement avec moi. C'est un voisin. Nous avons ainsi une longue histoire de partage…


    Un jour, il trouva la formule... pour solliciter un rendez-vous :
    « Il y a longtemps que nous n'avons pas creusé notre puits ! »
    L'image est restée. Nous l'employons quand nous éprouvons
    le besoin d'échanger en profondeur.
    Une fois, par mode de plaisanterie, je lui posai la question :
    « Qu’est-ce que nous allons trouver ? De l'eau musulmane
    ou de l'eau chrétienne ? »
    Il m'a regardé mi-rieur mi-chagriné : « Tout de même,
    il y a si longtemps que nous marchons ensemble
    et tu me poses encore cette question !
    Tu sais, au fond de ce puits-là, ce qu'on trouve,
    c'est l'eau de Dieu. »

    Comment ne pas penser, durant ces jours de vacances, aux personnes qui souffrent dans leur âme, dans leur corps, qui souffrent de la solitude...
    À toutes et à tous, nous souhaitons offrir la paix et le bien.
    Nous souhaitons être auprès de vous, l'humble reflet de cette parole que frère Roger de Taizé met sur les lèvres de Dieu : 
    « Quand tu seras au plus dur de l'épreuve, je me tiens sous ton désespoir... Et je suis aussi aux profondeurs de l'espérance ».

  • Pause méditation du lundi 24 juillet 2017

    2017-01-00-Pause-méditation.jpgHumilité – douceur du Christ
    Tel est le thème que nous propose notre sœur Loan pour les méditations du lundi.
    La prochaine sera en septembre mais les Pauses prière - pauses regard continuent chaque jeudi. Bon été.


    « Dieu, tu ne rejettes pas un cœur brisé et broyé. »
    (Ps 50)
     

    En cette période de l’année, nos  corps, nos cœurs sont peut-être fatigués, usés par  une année bien remplie, par les peines ressenties et les épreuves difficiles vécues.

    Nous avons besoin de pauser.

    Tes bras grands ouverts sur la croix, Seigneur, sont comme un appel.  Allons nous blottir contre Toi.
    Seigneur, s’il te plaît, enveloppe-nous de ta douceur. Nous ne sommes pas seuls, tu es là, à veiller.

    Que l’Esprit Saint nous revigore ! Alors nous nous réjouirons  de joie dans  ta Paix et dans l’Espérance !


    Elisabeth S.

  • Pause prière - pause regard du 20 juillet 2017

    Les sœurs et les frères de la Communion Béthanie prient avec vous et pour vous au fil de cet été 2017.
    Nous reprendrons notre service des intentions de prière à la rentrée de septembre.
    Sur ce blog, vous retrouvez :
    - chaque lundi jusqu’au 24 juillet notre « Pause-méditation »
    - chaque jeudi notre « Pause prière - pause regard » avec Christian de Chergé, prieur des moines de Tibhirine, extrait de « Prier 15 jours » :

    2017-07-06-Christian-de-Chergé.jpg

    Ce texte est un extrait de la dernière homélie du Jeudi-Saint qu'a prononcée Christian, en 1995, à Fès, au Maroc, où se trouvait une petite communauté cistercienne, issue de Tibhirine.


    Il m'a aimé jusqu'à l'extrême, l'extrême de moi,
    l'extrême de lui...
    Il m'a aimé à sa façon qui n'est pas la mienne.
    Il m'a aimé gracieusement, gratuitement...
    J'aurais peut-être aimé que ça soit plus discret,
    moins solennel.
    Il m'a aimé comme je ne sais pas aimer :
    cette simplicité, cet oubli de soi, ce service humble et
    non gratifiant, sans aucun amour-propre.
    Il m'a aimé avec l'autorité bienveillante d'un père,
    et aussi avec la tendresse indulgente et pas très
    rassurée d'une mère.


    Comment ne pas penser, durant ces jours de vacances, aux personnes qui souffrent dans leur âme, dans leur corps, qui souffrent de la solitude...
    À toutes et à tous, nous souhaitons offrir la paix et le bien.
    Nous souhaitons être auprès de vous, l'humble reflet de cette parole que frère Roger de Taizé met sur les lèvres de Dieu : 
    « Quand tu seras au plus dur de l'épreuve, je me tiens sous ton désespoir... Et je suis aussi aux profondeurs de l'espérance ».

  • Pause méditation du lundi 17 juillet 2017

    2017-01-00-Pause-méditation.jpgHumilité – douceur du Christ
    Tel est le thème que nous propose notre sœur Loan pour les méditations du lundi.

     

     

    Épilogue de l’évangile de Jean (Chapitre 21) : Partage

     Il était là sur la plage, il les regardait.
    « Mes enfants n'auriez-vous rien à manger ? »

    Quelle simplicité, quelle tendresse pour s'adresser à ses disciples, pêcheurs, pas tous très jeunes !
    Non, eux n'ont rien, rien pêché, mais Lui a tout préparé.
    Sur la plage là un bon feu avec du poisson qui grille et du bon pain : « Venez déjeuner ! »

    Comme il en prend soin de ses enfants ! Invitation au partage, à un grand moment festif.
    Se restaurer et restaurer l'essentiel en chacun de nous.

    IL m'invite, oui IL m'invite à ne jamais oublier que je fais partie de ses enfants et qu'au festin je suis invitée.

    Élisabeth L.

     

  • Retraite 2017 à la Roche d’Or du 5 au 9 juillet 2017

    Retraite de notre Communion Béthanie à la Roche d’Or, du mercredi 5 au dimanche 9 juillet 2017.

    Notre Communion Béthanie a vécu sa retraite d’été près de Besançon, accueillie par la communauté de la Roche d’Or qui nous a accompagnés durant ces 4 jours.

    2017-07-05-Communauté-de-La-Roche-d'Or-2.jpg2017-07-05-Communauté-de-La-Roche-d'Or-3.jpgNous étions 50 frères, sœurs et ami(e)s. Certain(e)s arrivant pour la première fois, d’autres retrouvant les frères, sœurs et amis connus. Les absents envoyant un message fraternel de proximité spirituelle.

    La beauté du lieu et de la maison est reflet de l’accueil fraternel dont chacun(e) a pu apprécier la délicatesse et la discrétion. Le mot prononcé par le Père Roger, à notre arrivée, en dit long : « Bonheur de vous » … Il restera gravé dans nos cœurs!

    Au début de cette retraite, nous étions invités par Jean-Michel, notre Prieur, à nous ouvrir aux « surprises de l’Esprit Saint » et à « élargir notre tente » ! Avec les chants de la communauté, nous n’avions qu’à nous laisser entraîner : « Viens boire à la source, laisse-la t’irriguer… C’est une eau jaillissante qui apaise la soif»…

    Une retraite, à l’écoute de la Parole.
    Frère Grégoire (OP) nous a reconduits sur le chemin de la "lectio divina" - la Parole de Dieu méditée et contemplée. En évoquant des « surprises de l’Esprit » dans le Nouveau Testament, il nous a redit que la vie chrétienne est un combat dont l’un des enjeux est de retrouver, à travers les ruptures et les changements, la ligne de fond voulue par l’Esprit : là se trouve le chemin vers l’unité profonde. La conversion de Paul en est un exemple frappant : pour ce juif ardent, sa conversion n’est pas un reniement, mais un élargissement. Quelle surprise ! Parce qu’il est fils de Dieu, il peut assumer tout ce qu’il est, d’où il vient et où il est conduit … « Élargir sa tente »…

    Avec Manuel, nous avons redécouvert les conditions d’une relation spirituelle authentique. Pour être pleinement spirituelle, elle doit être pleinement humaine. C’est-à-dire conforme à notre être profond : chacun(e) est Maison de Dieu. Seul l’accord avec notre être profond permet de respecter l’autre et de l’accueillir tel qu’il est et pour lui-même. C’est une question de vérité qui établit la chasteté de la relation, quelle qu’elle soit. Parce que nous sommes à l’image du Père-Don total, du Fils-Accueil absolu, de l’Esprit-lien d’Amour. Cet idéal se vit dans nos limites mais avec le dynamisme du don qui permet de grandir vers la joie et la surprise de la rencontre. « Élargir sa tente »…

    Françoise, modératrice de la communauté, nous a entraînés avec fougue à la rencontre des femmes dans l’Évangile : la femme courbée, la cananéenne, la femme adultère, la veuve de Naïm, Marie de Béthanie… Chacune est quelque chose de l’humanité blessée, rejointe par le Seigneur, respectée, aimée infiniment. Et Jésus se sert de ces rencontres inattendues pour nous surprendre… « Élargir sa tente »…

    Une retraite, dans la prière.
    Une retraite est un temps privilégié de prière personnelle et commune. Les veillées ont été des moments forts : le signe de l’eau, où chacun(e) a pu plonger sa vie dans le Cœur du Christ, source de Vie … Le geste de l’onction qui nous rejoint(e)s dans notre grâce de Béthanie… La célébration de l’Eucharistie, durant laquelle la parole de Roger rapproche tant de Jésus tel qu’il est : « doux et humble de cœur ».

    Une retraite, vécue ensemble.
    Notre pèlerinage auprès du Bienheureux Père Lataste, fondateur au XIXème siècle des sœurs dominicaines de Béthanie, nous a plongés aussi dans la grâce de notre Communion et les surprises de l’Esprit. Mgr Daucourt nous raconte l’aventure de ce prédicateur qui, auprès des femmes de la prison de Cadillac, a été inspiré de fonder une communauté contemplative féminine dont la discrétion serait l’ornement : elles vivent ensemble le présent sans parler de leur passé, quel qu’il fût ! Car, dit le Père Lataste : « Pour se donner à nous, Dieu ne regarde pas ce que nous avons été mais ce que nous sommes … Dans son Ciel, Dieu ne vous demandera pas si vous êtes demeurées toujours fidèles, il vous demandera si vous l’aimez beaucoup »…

    Une retraite, pour suivre le Christ.
    Nous sommes appelés à la sainteté, à la suite du Christ ! La Communion Béthanie existe pour permettre et manifester le sérieux de l’engagement chrétien des personnes homosensibles et transgenres. Ensemble. Fraternellement. Car on n’est saint qu’avec ses frères et sœurs.

    2017-07-05-Communauté-de-La-Roche-d'Or-4.jpg
    Nous avons ainsi vécu l’accueil en la Communion Béthanie de M. ; l’entrée dans le temps de Nazareth de A. et N. chez les sœurs de Béthanie : tout un symbole ! Le vœu de charité de notre sœur E. avec l’émouvant geste du lavement des pieds… et le moment festif qui a suivi !

    Il est impossible d’exprimer tout ce qui s’est vécu pendant cette retraite. L’essentiel est invisible pour les yeux, et reste un secret de Dieu, une « surprise de l’Esprit » qui peut arriver après coup !… Le dimanche, après la célébration eucharistique, c’était déjà le départ…

    Le Père Florin Callerand, l’un des trois fondateurs de la communauté, qui repose à « la clairière » (quel beau mot pour dire « le cimetière » !) nous laisse son testament : « L'avenir s'ouvre beau... Continuez, continuez, tout est en avant»!

    Sylvain, ami de la Communion Béthanie.