Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Retraites

  • Retraite d’Avent de la Communion Béthanie du vendredi 1er au dimanche 3 décembre 2017

    2017-12-01-couvent-de-la-Clarté-Dieu.jpgNotre Communion Béthanie s’est retrouvée chez les frères franciscains de la Clarté-Dieu à Orsay pour sa traditionnelle retraite d’entrée en Avent. 43 frères, sœurs et ami(e)s ont participé à ce temps de retrouvailles et d’amitié fraternelle.

    Jean-Michel notre Prieur - évoquant aussi les frères, sœurs et ami(e)s absent(e)s de corps mais présent(e)s d’esprit et de cœur - nous invitait en cette fête liturgique du Bienheureux Charles de Foucauld à entrer dans l’enfouissement de l’Avent et à « voir Dieu en tout être humain ».

    Entrer dans le regard de Dieu et de son Christ, voilà bien ce que cette retraite nous a permis de (re)faire. Cette année, sœur Anne Lécu, dominicaine de la Présentation, qui exerce la médecine en prison, est venue nous dérouler un long fil qui traverse la Bible, de la Genèse à l’Apocalypse.

    2017-12-01-Anne,-JM-et-Manu.jpgL’Évangile de Jean (19, 23-24) nous rapporte que Jésus, en quittant les siens, leur a laissé sa tunique. Et le texte précise un détail inattendu et apparemment anodin : ce vêtement est tissé « d’une seule pièce, à partir du haut »… En tirant sur ce fil, nous voici entraînés à la recherche d’un secret : « À l’heure de sa mort, le Christ laisse à ceux qui sont là une tunique. Sa tunique. …Il nous la laisse. Elle est pour nous. Pour chacun. Car ce qu’il veut, c’est que nous soyons revêtus de sa vie, recouverts, abrités par lui » (Tu as couvert ma honte, Ed. du Cerf).

    La joie
    Dès les premiers versets de la Genèse, Dieu voit que « tout est très bon ». La Bible commence avec la Joie ! La Sagesse - le Verbe - s’écrie au commencement : « Avant les siècles, le Seigneur m’a faite pour lui, depuis toujours. Je faisais ses délices jour après jour, jouant devant lui à tout moment, jouant dans l’univers, sur sa terre, et trouvant mes délices avec les fils des hommes » (Proverbes 8). Dieu éternellement jeune ne se lasse pas de sa création : il joue, il danse ! Et chacun de nous est son délice, sa joie !

    Nous sommes créés à la ressemblance de notre Dieu, nous sommes le cadeau que le Père fait au Fils (Jean 10, 29). Voilà le lieu de notre innocence foncière que rien ne peut atteindre. Voilà notre vocation : « Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ ! Il nous a bénis… Il nous a choisis, dans le Christ, avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints, immaculés devant lui, dans l’amour » (Eph 1).

    Voilà la bénédiction première, source du salut et cause de notre joie ! « Je mets devant toi la vie ou la mort, la bénédiction ou la malédiction. Choisis donc la vie » (Dt 30, 19)

    La honte
    Le récit de la Genèse nous montre Adam et Eve après la faute, dénudés et honteux. Emberlificotés dans les faussetés d’un dialogue mensonger avec le serpent, ils s’entraccusent et se cachent. Dieu vient à leur recherche et finit par les recouvrir d’une tunique de peau.

    Il y en aura des tuniques dans la Bible : en peau (celle d’Adam, celle qui recouvre la Tente dans le désert, celle d’Elie ou de Jean-Baptiste), précieuses (celle de Joseph, du grand prêtre, de Tamar, du fils prodigue, de Jésus). Il y a là un symbole de la Miséricorde qui - tels les fils de Noé - refuse de « voir la nudité » de l’être humain, ne juge pas et la recouvre.

    Dieu ne veut pas que nous sombrions dans la honte qui nous empêche de vivre. Il a bien fallu qu’un animal meure pour qu’Adam et Eve soient recouverts d’une tunique… Le Christ, l’Agneau de Dieu, est venu pour nous revêtir de Lui-même et vivre ! Pour rejoindre l’être humain honteux, le Christ est descendu plus bas que lui : il s’est tenu du côté des coupables… Et avant de mourir, il a voulu se mettre à genoux devant les siens pour leur laver les pieds - mystère cher à notre Communion Béthanie ! Il rend alors grâces à son Père pour le don qu’Il lui a fait de ses amis et il veut leur rendre leur dignité, leur innocence.

    2017-12-01-avec-la-bougie-de-l'Avent-dans-l'oratoire-où-nous-avons-eu-tous-nos-temps-de-prière.jpgLe jugement
    « Qui regarde vers Lui resplendira, sans ombre ni trouble au visage » (Ps33, 6).
    Nous nous jugeons nous-mêmes. Nous sommes enclins à juger les autres. Dieu, lui, ne juge personne. Un jour, Jésus s’est abaissé vers la femme adultère et lui a apporté le salut, la vie : « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va et ne pèche plus »… Les accusateurs de cette pauvre femme, en partant l’un après l’autre, se sont accusés en eux-mêmes et se sont privés d’entendre la parole qui sauve : « Moi non plus, je ne te condamne pas »…

    Le salut
    Et si le salut, c’était simplement de regarder vers Jésus en lui abandonnant notre pauvre vie, nos pauvres œuvres dont Lui seul sait ce qu’elles valent ? En nous reconnaissant vraiment pauvres et en essayant de vivre en conséquence ? En ne jugeant pas « la nudité » de nos frères et sœurs en humanité mais en cherchant à la recouvrir comme le fait le Sauveur ?...

    Voilà le fil de cette retraite. C’est « un peu » du secret de la Révélation, du secret de Dieu… Voilà ce qui a animé nos temps de prière personnelle et en commun. Voilà ce qui a suscité des questions, des partages de vie, évoquant des expériences parfois bien douloureuses… Voilà ce qui a entraîné la danse du Magnificat lors la belle prière de conclusion !

    Le dimanche de l’Avent, dans l’après-midi, il fallait se quitter pour aller en avant ! Vers la confiance audacieuse à laquelle Noël nous appelle ! Merci à Sœur Anne ! Merci à Jean-Michel ! Merci à tou(te)s !

    2017-12-01-couverture-du-livre-d'Anne-Lécu.jpg« Le secret de Dieu, c’est sa Miséricorde… L’urgence du moment, si nous confessons le Christ, c’est de proclamer sa Miséricorde. Devant Lui, nous sommes innocents » (Tu as couvert ma honte, Ed. du Cerf, conclusion).


    Sylvain, ami de la Communion Béthanie

     

  • Proposition d'accueil de la part des sœurs du Cénacle à Versailles

    2017-09-01-Notre-Dame-du-Cenacle.jpgIl y a quelques années le centre Spirituel du Cénacle à Versailles a accueilli pour la première fois le Carrefour des Chrétiens Inclusifs. Ce fut pour la communauté des Sœurs du Cénacle qui anime ce centre une découverte et …une joie.
    De cette rencontre est né un partenariat pour l’animation d’un WE spirituel dans le programme du Centre. Et depuis nous accueillons aussi régulièrement la Communion Béthanie et depuis deux fois déjà les prêtres de David et Jonathan.
    Si d’autres mouvements LGBTI inclusifs voulaient y être accueillis nous le ferions avec joie.
    Seule condition : s’y prendre un an à l’avance pour réserver si c’est un WE !

    Vos sœurs du Cénacle


    Centre Spirituel du Cénacle de Versailles
    68 av. de Paris, 78000 Versailles
    01 39 50 21 56
    cenacle.versailles@wanadoo.fr
    http://www.ndcenacle.org

    Centre Spirituel du Cénacle de Versailles : un lieu pour se poser et être à l’écoute de soi, de sa vie, de la Parole de Dieu, afin d’éclairer son existence, faire l’expérience d’une rencontre personnelle avec Dieu, s'épanouir dans tout son être, choisir en toute liberté dans l’esprit des Exercices d’Ignace de Loyola. Il est animé par une communauté de Sœurs du Cénacle et une équipe de laïcs collaborateurs.

     

  • Retraite 2017 à la Roche d’Or du 5 au 9 juillet 2017

    Retraite de notre Communion Béthanie à la Roche d’Or, du mercredi 5 au dimanche 9 juillet 2017.

    Notre Communion Béthanie a vécu sa retraite d’été près de Besançon, accueillie par la communauté de la Roche d’Or qui nous a accompagnés durant ces 4 jours.

    2017-07-05-Communauté-de-La-Roche-d'Or-2.jpg2017-07-05-Communauté-de-La-Roche-d'Or-3.jpgNous étions 50 frères, sœurs et ami(e)s. Certain(e)s arrivant pour la première fois, d’autres retrouvant les frères, sœurs et amis connus. Les absents envoyant un message fraternel de proximité spirituelle.

    La beauté du lieu et de la maison est reflet de l’accueil fraternel dont chacun(e) a pu apprécier la délicatesse et la discrétion. Le mot prononcé par le Père Roger, à notre arrivée, en dit long : « Bonheur de vous » … Il restera gravé dans nos cœurs!

    Au début de cette retraite, nous étions invités par Jean-Michel, notre Prieur, à nous ouvrir aux « surprises de l’Esprit Saint » et à « élargir notre tente » ! Avec les chants de la communauté, nous n’avions qu’à nous laisser entraîner : « Viens boire à la source, laisse-la t’irriguer… C’est une eau jaillissante qui apaise la soif»…

    Une retraite, à l’écoute de la Parole.
    Frère Grégoire (OP) nous a reconduits sur le chemin de la "lectio divina" - la Parole de Dieu méditée et contemplée. En évoquant des « surprises de l’Esprit » dans le Nouveau Testament, il nous a redit que la vie chrétienne est un combat dont l’un des enjeux est de retrouver, à travers les ruptures et les changements, la ligne de fond voulue par l’Esprit : là se trouve le chemin vers l’unité profonde. La conversion de Paul en est un exemple frappant : pour ce juif ardent, sa conversion n’est pas un reniement, mais un élargissement. Quelle surprise ! Parce qu’il est fils de Dieu, il peut assumer tout ce qu’il est, d’où il vient et où il est conduit … « Élargir sa tente »…

    Avec Manuel, nous avons redécouvert les conditions d’une relation spirituelle authentique. Pour être pleinement spirituelle, elle doit être pleinement humaine. C’est-à-dire conforme à notre être profond : chacun(e) est Maison de Dieu. Seul l’accord avec notre être profond permet de respecter l’autre et de l’accueillir tel qu’il est et pour lui-même. C’est une question de vérité qui établit la chasteté de la relation, quelle qu’elle soit. Parce que nous sommes à l’image du Père-Don total, du Fils-Accueil absolu, de l’Esprit-lien d’Amour. Cet idéal se vit dans nos limites mais avec le dynamisme du don qui permet de grandir vers la joie et la surprise de la rencontre. « Élargir sa tente »…

    Françoise, modératrice de la communauté, nous a entraînés avec fougue à la rencontre des femmes dans l’Évangile : la femme courbée, la cananéenne, la femme adultère, la veuve de Naïm, Marie de Béthanie… Chacune est quelque chose de l’humanité blessée, rejointe par le Seigneur, respectée, aimée infiniment. Et Jésus se sert de ces rencontres inattendues pour nous surprendre… « Élargir sa tente »…

    Une retraite, dans la prière.
    Une retraite est un temps privilégié de prière personnelle et commune. Les veillées ont été des moments forts : le signe de l’eau, où chacun(e) a pu plonger sa vie dans le Cœur du Christ, source de Vie … Le geste de l’onction qui nous rejoint(e)s dans notre grâce de Béthanie… La célébration de l’Eucharistie, durant laquelle la parole de Roger rapproche tant de Jésus tel qu’il est : « doux et humble de cœur ».

    Une retraite, vécue ensemble.
    Notre pèlerinage auprès du Bienheureux Père Lataste, fondateur au XIXème siècle des sœurs dominicaines de Béthanie, nous a plongés aussi dans la grâce de notre Communion et les surprises de l’Esprit. Mgr Daucourt nous raconte l’aventure de ce prédicateur qui, auprès des femmes de la prison de Cadillac, a été inspiré de fonder une communauté contemplative féminine dont la discrétion serait l’ornement : elles vivent ensemble le présent sans parler de leur passé, quel qu’il fût ! Car, dit le Père Lataste : « Pour se donner à nous, Dieu ne regarde pas ce que nous avons été mais ce que nous sommes … Dans son Ciel, Dieu ne vous demandera pas si vous êtes demeurées toujours fidèles, il vous demandera si vous l’aimez beaucoup »…

    Une retraite, pour suivre le Christ.
    Nous sommes appelés à la sainteté, à la suite du Christ ! La Communion Béthanie existe pour permettre et manifester le sérieux de l’engagement chrétien des personnes homosensibles et transgenres. Ensemble. Fraternellement. Car on n’est saint qu’avec ses frères et sœurs.

    2017-07-05-Communauté-de-La-Roche-d'Or-4.jpg
    Nous avons ainsi vécu l’accueil en la Communion Béthanie de M. ; l’entrée dans le temps de Nazareth de A. et N. chez les sœurs de Béthanie : tout un symbole ! Le vœu de charité de notre sœur E. avec l’émouvant geste du lavement des pieds… et le moment festif qui a suivi !

    Il est impossible d’exprimer tout ce qui s’est vécu pendant cette retraite. L’essentiel est invisible pour les yeux, et reste un secret de Dieu, une « surprise de l’Esprit » qui peut arriver après coup !… Le dimanche, après la célébration eucharistique, c’était déjà le départ…

    Le Père Florin Callerand, l’un des trois fondateurs de la communauté, qui repose à « la clairière » (quel beau mot pour dire « le cimetière » !) nous laisse son testament : « L'avenir s'ouvre beau... Continuez, continuez, tout est en avant»!

    Sylvain, ami de la Communion Béthanie.

     

  • Weekend spirituel de familles Arc-en-ciel les 25-27 août 2017

     

    C'est avec plaisir que Communion Béthanie relaie le message suivant :

    Le pôle familles du Carrefour des Chrétiens inclusifs vous propose, du 25 au 27 août 2017 à La Croix en Brie (Seine et Marne), sa première retraite, « Et un petit enfant les conduira » Is 11,6.

    2017-08-25-27-Retraite-du-Pôle-Famille-CCI.jpgCette retraite conviviale permettra aux parents et aux enfants, et à toutes celles et tous ceux qui veulent les rejoindre, de partager un temps de spiritualité et de ressourcement dans un cadre bucolique, en contact direct avec la nature et les animaux.

     

    C’est un temps pour approcher la foi et la Bible de manière ludique, pour jouer, découvrir, créer, prier et discuter ensemble, parents, enfants et proches !

    La retraite "familles" part d'un constat :

    " Il est vrai que le CCI, notamment grâce à sa retraite annuelle, vise à toucher toute personne qui se sent concernée par la relation entre orientation sexuelle et/ou identité de genre et foi. Les actions du CCI s’adressent à tous et toutes et les familles y sont les bienvenues. En même temps, en tant que jeune parents, nous nous sommes rendu.e.s compte que les formats de nos rencontres et de nos actions n’étaient pas toujours ajustés à nos situations. Il est par exemple difficile de demander à tout jeune enfant d’écouter une conférence ou une étude biblique, de participer à une célébration qui lui semble parfois trop rigide et trop longue. L’idée d’une retraite pour les familles reprend cette préoccupation de trouver des temps et des lieux plus propices à l’inclusion des enfants dans nos moments de réflexion et de célébration.

    Cela rejoint aussi notre volonté, en tant que familles LGBTQI chrétiennes, de trouver un discours ajusté aux valeurs que nous souhaitons transmettre à nos enfants. Créer cet espace et ce temps spécifiquement dédiés aux familles LGBTQI chrétiennes et à celles et ceux qui veulent y participer nous permet de créer les bonnes conditions pour cela."

    La retraite est ouverte à tous et toutes, avec ou sans enfants, LGBTQI ou non, qui se sentent en phase avec ce projet et ont le désir de venir partager avec nous la Joie de cette première édition!

    Vous trouverez plus d'infos (et le bulletin d'inscription) sur notre site web et dans le document ci-joint :

    Merci de diffuser l'info auprès des personnes potentiellement intéressées de votre entourage. 

    Amicales salutations, 

    Le pôle famille

     

  • Retraite du CCI du 25 au 28 mai 2017

    Si vous avez manqué l’information, il est grand temps de vous inscrire :

    2017-05-25-28-CCI.jpgLe Carrefour des Chrétiens Inclusifs (CCI) organise sa traditionnelle retraite. Communion Béthanie est l’un des groupes participant à l’organisation.

    Sujet : La Création : Améliorons les finitions ! (Ps 139.14)
    Date : du jeudi 25 mai 2017 à 17h au dimanche 28 mai 2017 à 16h.
    Lieu : Maison ND du Chant d’Oiseau
    Av. des Franciscains, 3A
    1150 Bruxelles
    Belgique

    Formulaire d'information et d'inscription Vous pouvez envoyer votre inscription par e-mail à secretariat@chretiensinclusifs.org (inscription souhaitée pour le 15 avril mais c’est encore possible).

  • Les pépites de notre retraite chez les sœurs du Cénacle à Versailles les 27-28 novembre 2016

    2016-11-27-Senacle-à-Versailles.jpgUne maison chaleureuse, un parc aux couleurs flamboyantes, pour la retraite d’automne de la Communion Béthanie, nous avons une nouvelle fois eu la joie d’être accueillis à Versailles chez les sœurs du Cénacle.


    Nous étions une cinquantaine de retraitants, frères et sœurs et amis de la Communion venant de toute la France et de la Suisse.

    « Incarner la miséricorde »

    Pour cette édition 2016, Véronique Margron, dominicaine et théologienne, est venue nous offrir des paroles fortes sur le thème de la miséricorde. Une belle manière de prolonger l’élan initié par le pape François durant l’année jubilaire.

    « Mon Dieu ma miséricorde ! Que vont devenir les pécheurs ? ».
    Évoquant les mots de Saint Dominique, notre sœur Véronique a développé une stimulante réflexion sur le sens même du mot « miséricorde » chez le fondateur de l’ordre des dominicains. L’invocation en forme de cri de St Dominique remonte des entrailles bouleversées de celui qui voit la misère de l’autre. Cette façon d’ « avoir la misère à cœur » ne se réduit pas à de l’émotionnel. L’élan miséricordieux devra se traduire dans un agir. « Ce que vous avez fait aux plus petits d’entre les miens, c’est à moi que vous l’avez fait » (Mathieu 25, 45). Mais attention, pour Dominique l’agir miséricordieux ne se réduit pas au FAIRE, à une liste de « bonnes œuvres » à exécuter par devoir. Cet agir est avant tout une manière d’ETRE au monde. Cette qualité de présence à moi-même, à Dieu et aux autres devient force de transformation. Recevoir de Jésus Christ sa façon d’être au monde fait de moi un co-créateur de miséricorde que mon corps de chair et d’Esprit pourra discrètement mais sûrement diffuser…

    La miséricorde est « puissance du minuscule »

    « Qu’est-ce que je peux y faire ? »
    Nous faisons tous l’expérience amère de nous retrouver impuissants face au trafic du monde. Sœur Véronique nous invite à recevoir la miséricorde comme une force, mais comme une puissance qui se déploiera dans l’humble ordinaire de notre quotidien. C’est la force du geste, du regard, de la parole, le minuscule qui porte fruit, comme la graine dans la terre. Il n’y a rien de dérisoire dans cet ordinaire puisque Jésus Christ, lui-même, l’a épousé.

    7 manières de dire la miséricorde

    2016-11-27-Véronique-Margron.jpgPoussant encore plus profond sa réflexion, Véronique Margron nous a invité à ré- entendre les paroles que Jésus prononce sur la Croix. Ce passage de la passion illustre bien comment le Christ, recevant la miséricorde de son Père, la redonne à la multitude des hommes, jusqu’à l’extrême de sa vie. Les 7 paroles du Christ en Croix commentées par Véronique sont de véritables « pépites spirituelles ». Ne pouvant tout restituer, en voici trois illustrations :

    « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font » (Luc, 23.34)
    Alors que Jésus fait face à ses bourreaux, il remet à un autre, son Père, la question du pardon. Ce qui nous paraît souvent impossible, pardonner, est laissé à Dieu. Comme le dit sœur Véronique « A nous l’art du possible, à Dieu l’art de l’impossible ». Jésus, en adressant son « Pardonnes leur » rejoint toutes nos impossibilités de pardonner. Cette parole est aussi éminemment créatrice de miséricorde car elle ouvre un avenir aux bourreaux.

    « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » (Marc 15.34)
    Dans ce cri du Fils, il y a tous nos cris quand nous vivons la désolation, l’effondrement, la douleur abyssale. Jésus, vivant totalement la condition humaine vient habiter notre désolation. « Il ne nous sauve pas DU malheur. Il nous sauve DANS le malheur, y habitant avec nous. » Prends ton grabat-désolation et marches ! C’est encore la force créatrice de la miséricorde.

    « J’ai soif ! » (Jean 19.28)
    Jésus, celui qui est l’eau vive, a soif ! Et Il ne peut étancher sa soif lui-même, lui qui est l’eau vive des autres ! Lui, la miséricorde faite chair, nous implore car il n’est pas Dieu sans nous. Cette parole de Jésus fait de nous des co-acteurs de la miséricorde.

    Durant ce weekend, au cœur de l’eucharistie du premier dimanche de l’Avent, nous avons eu la joie de célébrer l’accueil en Communion Béthanie de notre frère M. Nous avons aussi accompagné notre frère B. dans son entrée dans le temps de Nazareth.

    En toute fraternité,
    Votre sœur Béatrice.

     

  • Retraite 2016 à Mazille du 6 au 10 juillet 2016

    Retraite annuelle d’été de la Communion Béthanie

    Un crucifix de bois très pauvre, posé sur deux bottes de foin. Les carmélites en tenue de travail qui nous invitent à chanter les vigiles au coucher du soleil devant les champs fraîchement fauchés. C’est ainsi que s’ouvre, sous la voûte d’un ciel étoilé bourguignon, notre retraite au Carmel de la Paix en ce mois de juillet 2016.
    Le champ des oiseaux, un soleil radieux, la danse des papillons autour des fleurs, nous nous retrouvons dans un environnement porteur qui nourrira notre intériorité au fils des jours. « Communion Béthanie, terre de silence et de miséricorde » tel est le thème choisi pour cette retraite d’été où chemine ensemble une quarantaine de frères, sœurs et amis.

    2016-07-10-Mazille---Soeurs.jpgAu commencement du chemin, Jean Michel, notre frère prieur, rappelle l’intuition phare de notre communion : oser descendre en nous, là où murmure la source de notre vie, Jésus, le Christ. En Communion Béthanie, nous sommes invités à vivre un monachisme intériorisé. Comme le moine et la moniale, nous désirons faire silence au cœur du monde et nous laisser transfigurer par Jésus. Ainsi nous deviendrons icône de Sa Présence. Ce chemin d’intériorisation est un chemin d’amour qui nécessite un travail patient, où il s’agira surtout de se laisser aimer. Dieu nous prend tel que nous sommes et nous apprendra peu à peu à bien orienter tous nos désirs. Car comme le dit Jean Michel, citant un moine orthodoxe, « Il n’y a pas de mauvaises herbes, il n’y a que des herbes qui ne sont pas à leur place ». La communion sera aussi ce petit laboratoire où nous essayons d’aimer. Nous aimer nous-même, et aimer l’autre, sans jamais exercer sur lui de pouvoir, de séduction ou de manipulation. Cet « art d’aimer » avec justesse, chastement, nous est enseigné par Jésus lui-même. Enfin, notre monachisme intériorisé sera aussi intercession constante pour tous nos frères et sœurs en humanité.

    Pour plonger au cœur du thème de la miséricorde, notre frère Bernard nous offre un petit voyage au cœur de la Bible. Contrairement aux idées reçues, le Dieu de justice (assimilé à l’ancien testament et son « Dieu punisseur ») ne s’oppose pas au Dieu de miséricorde (les évangiles et son « doux Jésus »).
    Dès la Genèse, l’homme est tissé dans des entrailles de miséricorde, crée à l’image de son créateur, pour lui ressembler. C’est sa vocation d’aimer comme il est aimé. Or, quand l’homme s’éloigne, rate la cible de l’amour en se laissant berner par d’illusoires mirages, Dieu va faire œuvre de justice, non pas pour le brimer mais réorienter ses désirs. En quelque sorte, Dieu est touché aux entrailles quand il voit l’homme prendre des chemins de mort alors qu’il est né pour la Vie. Nous serons donc parfois émondé par notre Père, parce qu’il voit grand pour nous…Toute l’histoire biblique reprend cet équilibre entre justice et miséricorde de Dieu. Ne les opposons pas !

    À mi-chemin de la retraite les participants ont eu la joie d’être accueillis en clôture, pour rencontrer la communauté des carmélites. L’occasion d’échanger librement avec nos sœurs en toute fraternité. Sœur Marie Paule, prieure à Mazille, évoque le chemin parcouru par notre Communion depuis quelques années. « Vous avez mûri, l’Esprit est à l’œuvre ! »

    2016-07-10-Mazille---Silence.jpgL’arrivée à Mazille de Marie-Laure Durand, théologienne, ouvre une autre étape de la retraite. Nous approfondissons le thème du silence. Pour évoquer cette réalité décisive pour le priant, Marie Laure commence à parler…du bruit ! Bruit extérieur mais surtout bruit intérieur assimilable à une radio incessante qui nous envahie de jour comme de nuit…
    Pour rentrer dans le silence véritable il faudra d’abord reconnaître tout ce brouhaha interne fait de jugements, d’étiquetage sur tout, d’émotions envahissantes…
    Nous pourrons ensuite descendre plus profond et accueillir le réel dans sa complexité, ouvert à ce qui surgit, libéré de ce que l’on croit savoir sur soi, sur les autres et sur Dieu. Marie Laure évoque aussi ce que dit la bible sur le silence. Avec cet aspect crucial : le silence de Dieu. Pourquoi Dieu n’intervient-il pas ? Or, ce n’est pas parce que je n’entends pas Dieu qu’Il ne me parle pas. Saurais-je l’écouter ? Je ne peux pas l’entendre si mon attente est trop précise. Le silence de Dieu interroge ma théologie, ma manière de penser le Tout Autre. Heureux silence qui me déloge de ce que je crois savoir. Bienfaisant silence qui m’entraine vers l’inconnu…

    Autre visite durant cette retraite à Mazille : Frère Émile de la communauté de Taizé, venu en voisin nous offrir trois mots clés chers à Frère Roger. Chercheur. Nous sommes tous des débutants en marche dans la vie spirituelle. L’Esprit est notre guide. Libre. Personne ne peut imposer la foi à un autre homme. Pas plus que Dieu ne s’impose à nous. Crée libre, à son image, nous inventerons une réponse personnelle à son appel. Confiance. Durant notre pèlerinage en ce monde, il sera bon d’oser la confiance. Cela suppose de sortir du scepticisme permanent, alibi pour ne rien entreprendre ! Et si la confiance était au commencement de tout ?

    La Communion Béthanie est une petite fraternité de prière qui s’élargit. Outre la venue durant cette retraite à Mazille de nouveaux amis, nous avons célébré la célébration d’accueil de notre sœur L. et de notre frère T. Nous avons aussi partagé la joie de notre sœur L. qui a prononcé son vœu de charité.
    La retraite s’est terminée dans l’action de grâce, chacune, chacun, repartant sur les chemins du monde, avec l’intime conviction que nous cheminons tous « de commencement en commencement » (Frère Roger)

    Béatrice, une sœur de la Communion Béthanie

  • In memoriam

    Nous venons d'apprendre le décès, ce samedi 9 avril au matin, de mère Marie-Thérèse.

    Nos sœurs du Carmel de la Paix à Mazille s'expriment ainsi :

    « Elle nous laisse la trace brûlante d'une vie donnée jusqu'au bout pour sa communauté, pour l'Eglise, pour la seule gloire de Dieu »
    Pour notre part, nous garderons de Mère Marie-Thérèse ce visage de bonté, ce doux sourire lors de nos retraites d'été au Carmel.

    2016-04-12-Mazille.jpgC'est avec cœur et gratitude que notre Communion Béthanie s'unira à la célébration d'A-Dieu ce mercredi 13 avril à 11h.

    En communion de joie pascale,

    votre frère, Jean-Michel+

    prieur de la Communion Béthanie

  • Weekend spirituel pour les personnes transgenres du 18 au 20 mars 2016

     

    2016-03-18-20-Centre-spirituel-de-saint-Hugues-de-Biviers.jpg


    La Communion Béthanie propose un weekend spirituel pour les personnes transgenres et celles concernées indirectement.

    Quand ?               Du vendredi 18 mars 2016 à 12h au dimanche 20 mars à 15h30.
                                  Possibilité d’arriver le jeudi soir.

    Où ?                     Centre spirituel de saint Hugues de Biviers en Isère, près de Grenoble
                                  313, chemin de Billerey / 38330 Biviers
                                  (http://www.sainthugues.fr/) Tel : 04 76 90 35 97

    Thème :               Passage

    Intervenants :    Jean-Michel, frère prieur de la Communion Béthanie
                                  Jean-Denis, frère de la Communion Béthanie
                                  Jean Raison, jésuite (à confirmer)
                                  Isabelle, sœur de la Communion Béthanie

    Des informations pratiques suivront.

    Le ton sera celui d'une grande liberté fraternelle, d'un profond respect du cheminement particulier, d'une réelle confidentialité : temps de partage, temps de méditation dans un cadre naturel magnifique, convivialité.

    Merci de diffuser largement ce message. 2016 03 18-20 Weekend spirituel pour les personnes transgenres.pdf

    Vous pouvez déjà exprimer une première inscription à
    isabelle.marre@yahoo.fr ou au 04 79 37 83 75

    Sororellement et fraternellement,
    Les sœurs et frères de la Communion Béthanie.

  • Relecture de la retraite de novembre 2015 au Cénacle de Versailles


    2015-11-28-Cenacle.jpgNous nous sommes retrouvés une quarantaine de frères et sœurs et d’amis de la communion Béthanie. Joie des retrouvailles mais aussi joie de rencontrer de nouveaux visages : C., C., A., I. et L.

    Nous avons vécu un beau temps de prière le samedi matin suivi d’un temps où nous avons pu écouter le frère dominicain J. P. B. O. distinguer le pardon de la miséricorde. Puis au moment de la sieste, J. P. B. O. a réussi à nous tenir éveillé avec une interprétation renouvelée autour du récit de la samaritaine. Sa parole poétique et mystique a touché certains quand il a dit que « Le cœur est ouvert que s’il est broyé ». J. P. B. O. ému, a pleuré lorsqu’il a parlé du père Jean Joseph Lataste (qui a fondé la communauté des sœurs de Béthanie au 19ème siècle avec Mère Henri Dominique).

    Nous avons terminé l’après-midi avec un temps de prière où J.-M. a partagé plusieurs perles reçues d’une religieuse dont celle-ci : « Consentir à l’échec permanent ». Nous avons prié pour la réécriture, en février 2016, de la charte de la Communion Béthanie. La soirée fut festive avec la célébration de l’accueil de B., C., et N. Festive aussi par la célébration de la messe du premier dimanche de l’avent qui marque le début de l’année liturgique. Festive enfin par ce temps de partage autour de la guitare de B. et de D.

    Le dimanche matin, nous avons vécu un temps de prière en union avec les personnes qui travaillent pour la COP21. Prière sur la Création ; sur les minéraux, les végétaux, sur les animaux sauvages et domestiques. Puis nous avons pris un temps avec J. P. B. O. pour revenir sur le pardon, sur les figures bibliques,…

    Ce weekend a été un beau temps de communion avec un appel renouvelé à la pudeur, à la discrétion, et à la délicatesse pour les hommes et les femmes de notre temps qui sont traversés par le désir de transparence et d’immédiateté.

    J.-D.