Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Retraites - Page 3

  • Retraite juillet 2011 à Tarascon

    En ce début de juillet 2011, la Communion Béthanie a choisi le cadre provençal et historique de Tarascon, dans les Bouches-du-Rhône, pour y organiser sa traditionnelle retraite d'été. A cette occasion, les sœurs du monastère de la Visitation nous ont accueillis durant quatre jours, prodiguant à notre intention les soins d'une hospitalité sans réserve.

    Tarascon Visitation 0.jpgC'est donc au milieu des champs de lavande, sous l'égide d'un soleil radieux -bercés surtout par le murmure bruyant des cigales !- que nous avons entamé une réflexion sur la parole et le silence. C'est aussi dans ces circonstances que nous avons d'abord eu la joie de nous retrouver, pour partager ensemble une chaleureuse convivialité autant qu'une féconde méditation sur les Écritures. 
     
    Le premier temps est donc celui des retrouvailles entre frères et sœurs de la Communion, quand se mêlent les nouvelles que l'on donne à tous, et les confidences qu'on se livre plus intimement, par le jeu des rencontres et des affinités. A ce titre, l'après-midi du samedi 8 juillet aura été exemplaire, puisqu'un déplacement en Arles a été organisé pour les volontaires désireux d'insérer un moment de détente, au cœur d'un programme soucieux par ailleurs de préserver son exigence.
    Tarascon Visitation 1.jpg
    Le second temps, se combinant harmonieusement avec le premier, est plutôt celui des tables rondes aucours desquelles se succèdent dès le jeudi matin des interventions et des commentaires de textes, des échanges et des parcours bibliques. Le rythme est soutenu car la durée même de la retraite impose une programmation dynamique ; il est toutefois maîtrisé dans la mesure où le recueillement et les silences sont le principe même des dispositions intérieures qui permettent à chacun de recevoir et de laisser infuser ce qui se dit, ce qui se passe, ce qui s'échange. La retraite, c'est aussi un quant à soi sauvegardé, au milieu de tous.

    Le troisième temps, couronnant merveilleusement les deux premiers, constitue aussi le poumon même de la Communion, celui qui assure sa pérennité par la vitalité de son renouvellement. En effet, chacun d'entre nous éclaire son chemin de vie à la lumière de l'Évangile et peut alors, en toute liberté et à son rythme, le signifier par la Communion Béthanie, en s'engageant en son sein. Ainsi en est-il d'un frère qui a choisi d'accomplir son entrée dans le temps de Nazareth, fixé le soir du vendredi 7 juillet, afin que s'enracinent par le silence et la Parole ces textes tirés des Écritures, "jusqu'à ce qu'ils éveillent, un écho, une soif, un désir".

    Tarascon Visitation 3.jpgNe trouve-t-on pas justement, par la résonance du terme écho, la proposition d'une belle médiation entre la parole et le silence ? C'est finalement le temps de l'accueil d'un autre notre frère, qui marquera le dimanche 10 juillet, à la fois comme une belle surprise -pour une participation à la retraite qui n'était, au début, que l'expression d'une sincère curiosité- et comme un beau cadeau ! Il n'est pas de signe d'espérance plus probant, en effet, qu'une retraite qui s'achève sur une porte qui s'ouvre pour l'un de nos frères.


    Un frère de la Communion Béthanie

     

    Si la relation peut s'établir, n'est-ce pas par le biais de la parole ? Celle de Dieu quiTarascon Visitation 4.jpgdescend jusqu'à nous et qui se fait entendre, entre autres, par l'intermédiaire des Écritures. Mais aussi la nôtre, qui, écho de la sienne, monte vers lui dans la prière. Et Jacob reçoit ce don alors qu'il vient de perdre ses sécurités, qu'il est affronté à la solitude et à l'inconnu dans le silence de la nuit.

             
    Sœur Emmanuelle Billoteau 

     


  • Retraite de l'Avent 2010

    Le premier week-end de l'Avent est l'occasion, pour la Communion Béthanie, de réunir ses membres afin de fêter ensemble ce moment privilégié de la liturgie, riche d'espérance et de promesses. Il est ainsi des rendez-vous, reconduits d'année en année qui deviennent des traditions attendues par tous.
    Chacun s'est donc décidé à affronter les rigueurs de l'hiver pour gagner et Paris, et plus précisément, dans le 12e arrondissement, la congrégation des sœurs de Sainte-Clothilde. L'accueil chaleureux et bienveillant qui nous a été réservé a rendu ce temps de recueillement à la fois convivial et confortable !

    avent 1.jpgTrois temps forts rythmèrent ce bref séjour, insufflant aux retrouvailles chaleureuses des personnes l'esprit harmonieux et unitaire de notre Communion.

    Il s'agit tout d'abord d'une approche de la spiritualité propre à Charles de Foucauld que deux sœurs, venues à Paris spécialement pour l'occasion, ont eu la gentillesse de nous faire partager les principes : « Mon apostolat doit être l'apostolat de la bonté. En me voyant, on doit se dire : Puisque cet homme est si bon, sa religion doit être bonne » écrivait cet ancien homme du monde, devenu moine chez les Trappistes et ermite à Nazareth, missionnaire enfin au Sahara, au milieu des Touaregs.

    La célébration eucharistique, le dimanche, ressourça ensuite notre foi en direction de la JérusalemAvent 2.jpg céleste comme véritable sanctuaire au-dedans de chaque homme. Chacun de nous, faut-il le rappeler, porte en lui cette part de Dieu, inaliénable et salutaire, qu'aucune prise de position sectaire ne saurait lui enlever. Cette espérance, incarnée par le Christ dont l'Avent constitue l'annonce, résonne donc pour tout homme, quelles que soient sa condition et sa nature, comme le signe de son appartenance au monde à qui Dieu fait signe de manière inconditionnelle.

    Dans ce sens, le week-end est enfin un moment de partage plus informel sur des réalités humaines, en apparence plus prosaïques, associées au quotidien, tantôt heureux, tantôt douloureux, des personnes homosexuelles et transgenres qui essaient de vivre une vie avec le Christ dont elles sont comme tout homme, une image et non une offense.

     
    noel.jpgDe la vie précieuse de chacun, il est également accordé tout son prix à la Communion Béthanie.
    Merci, Seigneur, de partager avec nous aussi, ta foi et ton espérance qui nous rassurent ! 


    Un frère de la Communion Béthanie



  • Retraite juillet 2010

    Retraite de la Communion Béthanie à Tamié du 1er au 4 juillet 2010

    Tamié.jpgChaque année, avant la dispersion naturelle des grandes vacances, il est proposé aux membres de la Communion Béthanie de se retrouver pour une retraite estivale associant recueillement et convivialité, temps forts liturgiques et moments de partage. En ce début juillet 2010, le cadre de l’abbaye de Tamié a été choisi pour permettre à chacun de vivre ce temps de retrouvailles, en paix avec lui-même comme en harmonie avec les autres. Les charmes de la Savoie ont certes contribué au succès de cette rencontre ; l’accueil chaleureux des frères n’y a pas moins participé également, de sorte que le charisme de la Communion Béthanie s’affirme autant dans sa vocation d’ouverture au monde et à l’Eglise que dans la fraternité et l’unité qu’elle cultive en son sein. Aussi, l’arrivée progressive de chacun des membres tout au long de la journée du 1er juillet a-t-elle permis les effusions que manifeste la joie de se revoir avant que ne s’applique la « dure » règle du silence propre à l’abbaye de Tamié et imposée aux moines comme aux retraitants !

    La première journée de la retraite, le vendredi 2 juillet, commence donc par un petit-déjeuner dans le réfectoire, marqué par Réfectoire 2.JPGun « silence bavard », tant il est difficile pour les membres de la Communion Béthanie de se contenter du langage des yeux ! Plus sérieusement toutefois, un premier enseignement, proposé par notre frère Pierre, sera l’occasion de réfléchir et d’échanger : il a pour sujet  le texte de l’Evangile de Jean relatif à l’onction de Béthanie (chapitre 11, versets 55 et suivants … ; chapitre 12, versets 1 à 12) et s’inscrit dans une réflexion problématique plus large sur « Béthanie, parfum d’Evangile : En quoi la Communion Béthanie est dans l’Eglise un lieu d’Eglise ? Quelle est sa note particulière, singulière ? ». L’après-midi ne nous réduit nullement au silence, si bien que chacun participe – par sa présence comme par une prise de parole spontanée et libre – à une rencontre avec le frère Marco autour du texte que l’Evangile de Jean consacre cette fois à la résurrection de Lazare. Ces activités donnent le ton, celui d’un partage sérieux mais sans dogmatisme des textes de l’Evangile, une indépendance qui marque sans doute cette « note singulière » de la Communion Béthanie : un regard exigeant sur les textes et les traditions, dépourvu de tout académisme. La soirée achève ce premier jour de retraite sur une double « solennité » : celle de l’Accueil de frère Patrick dans le temps de Nazareth de celui de notre frère Manuel, tous deux entourés de la bienveillance des membres de la Communion Béthanie, une assistance enrichie de la présence d’une retraitante de l’abbaye, sensible à notre démarche. Aussi, nous sommes-nous sentis accueillis à notre tour, autant par les moines de Tamié (ce que nous avons déjà souligné) que par la plupart des autres retraitants qui se sont peu à peu mêlés à nous au fil de la retraite.

     

    fontaine.jpg

    La deuxième journée de la retraite, le samedi 3 juillet, commence a nouveau par un petit-déjeuner dans le réfectoire, marqué par une indiscipline de plus en plus prononcée, tant les paroles et la convivialité prennent le pas – avec une certaine mesure néanmoins – sur le silence, de règle pourtant. Une « légèreté » nécessaire avant une rencontre programmée avec Monseigneur Philippe Ballot, archevêque de Chambéry. Ce temps de discussion commence par un témoignage personnel, celui de Monseigneur Ballot lui-même qui raconte avec une certaine faconde le parcours qui est le sien : à la fois celui d’un homme et celle d’un homme d’Eglise. Certaines questions, relatives notammendécoration autel.JPGt à la « singularité » des personnes homosensibles et transgenres au sein de l’église, nourrissent ensuite un débat, animé certes, mais toujours marqué du sceau de la franchise comme de la courtoisie. Plus lyrique quoique tout aussi personnelle, l’après-midi est livrée aux bons soins de frère Didier qui nous régale de ses talents d’artiste en expliquant avec une bonhomie gourmande l’art des compositions florales, qui nous émeut également en évoquant la mémoire de frère Christophe, moine-martyr de Tibhirine, pour un temps d’abord moine à l’abbaye de Tamié. La soirée achève cette deuxième journée de retraite par le vœu de Charité de notre sœur Christine, une cérémonie émouvante et intense au cours de laquelle les liens qui unissent les membres de la Communion Béthanie trouvent une expression particulièrement sensible et humaine notamment au moment du lavement des pieds. Chacun laissera ensuite éclater sa joie autour d’un pot : on y exprime tout simplement le bonheur d’être ensemble. Un mouvement de bonne humeur que gâchent à peine les « CHUT » qui nous rappellent par intermittence … la « dure » loi du silence !croix Tamié.jpg

    La troisième journée de la retraite, le dimanche 4 juillet, sera aussi la dernière. Le rythme s’accélère, marqué par la grande diversité des activités : l’Eucharistie, à l’occasion de laquelle une église bondée confirme la renommée de l’abbaye, et les préparatifs du départ, un dernier temps de partage en guise de bilan … et un déjeuner au cours duquel un autre ton est donné à la retraite : celui d’une convivialité festive enfin accomplie, inhérente à la Communion Béthanie. 

    On se quitte, alors, mais on demeure en lien par la pensée et la prière, enrichis par une retraite qui unifie la Communion Béthanie tout en re-mettant chacun en perspective. Aussi, le regret de se quitter le cède-t-il très vite à la certitude de se retrouver… lors de la prochaine retraite d’hiver.

    Un frère de la Communion Béthanie


    Prière

    Tu protèges, Seigneur, ceux qui comptent sur toi ; sans toi rien n’est fort et rien n’est saint. Multiplie pour nous tes gestes de miséricorde afin que, sous ta conduite, en faisant un bon usage des biens qui passent, nous puissions déjà nous attacher à ceux qui demeurent.

     

     


  • Retour de notre retraite de Cabanoule

    Retraite de Cabanoule de 1er au 4 juillet

    Durant notre temps de retraite; nous avons eu la chance de recevoir, pour la première fois cette année, la visite d’un évêque ami. Pendant une matinée nous avons bénéficié de son éclairage sur les Béatitudes, à la suite duquel il nous a proposé un moment de partage.

    Cabanoule04.jpgLes psaumes était le thème central de notre retraite. Plusieurs temps de réflexion et d’échanges étaient programmés.
    Notre frère P. nous a donné un éclairage sur leur apport spécifique dans la Bible. Des réflexions sur les psaumes de l’office de la Communion Béthanie en particulier ont été illustrées par notre sœur B., ainsi que nos frères E.-M. et G. (psaumes 22, 130 et 132). Enfin, mère E., prieure du monastère, nous a transmis son expérience personnelle des psaumes et leur importance dans la structure de la journée de la communauté.

    Notre retraite s’est conclue par deux temps forts remplis d’une grande joie; celui de l’accueil et du vœu de charité de nos frères M. et E.

    Un frère de la Communion Béthanie.

     

     

    photo: monastère de Cabanoule à Anduze

  • Retraite de juillet 2009

    Notre Communion Béthanie en retraite d'été


    Du 1er au 5 juillet 2009, notre Communion Béthanie vivra sa retraite d'été au monastère de la Paix-Dieu, dans le diocèse de Nîmes.
    Merci à nos sœurs pour leur accueil si fraternel qui les pousse, cette année encore, à nous offrir la totalité des chambres de l'hôtellerie.

    Cabanoule 07 choeur.jpgMerci de prier pour nous, en particulier pour notre petit frère M. qui vivra sa célébration d'Accueil et notre petit frère E.l son Vœu de Charité.
    Nous méditerons sur les psaumes et sur leur façon de structurer notre prière personnelle, communautaire, et notre vie en Communion.
    Notre frère P. nous y aidera, ainsi que nos sœurs de Cabanoule.
    Nous aurons aussi la très grande joie d'accueillir un Évêque ami, qui passera plusieurs heures parmi nous.
    Nous vous emportons tous dans l'élan de notre modeste prière.
    Qu'elle se joigne au Souffle de Celui qui fait toutes choses nouvelles!

    «Heureux,
    vous les tendres,
    vous les doux,
    vous les têtus de la douceur.
    Vous faites reculer l'intégrisme.
    Heureux,
    vous les transparents,
    pas les tout propres,
    pas les tout blancs,
    pas les moralisants,
    pas les interdisants,
    les brûlants,
    les désirants.
    Avec vous la passion a encore un avenir.
    Mais que je suis triste pour vous, les desséchés, les clôturés, les amidonnés, les faux inspirés, les voleurs d'intériorité.»
    Gabriel Ringlet, Éloge de la fragilité.

    Bel et paisible été à tous, pour vous je demeure en tenue de service.


    Votre petit frère, Jean-Michel+
    prieur de la Communion Béthanie.
  • Retraite de Toussaint 2008

    Retraite de Toussaint 2008 des Fraternités monastiques de Jérusalem

    Nos frères et sœurs des Fraternités monastiques de Jérusalem proposent une retraite en ligne sur le thème: «Heureux êtes-vous !» Matthieu 5.
    Si vous le souhaitez, vous pourrez ainsi suivre le parcours proposé avec l'évangile des Béatitudes : 9 jours pour méditer chacune des Béatitudes.

    Fraternités Jérusalem.gifNous vous invitons à découvrir cette retraite, suivie par plus de 1 600 participants, depuis le portail des Fraternités monastiques de Jérusalem, en cliquant ici.

    Belle retraite à vous.

    Stéphane,
    votre frère.



    photo extraite du portail des Fraternités monastiques de Jérusalem

  • Retraite de juillet 2008

    Comment rendrai-je au Seigneur tout le bien qu'il m'a fait? J'élèverai la coupe du salut en invoquant le nom du Seigneur. Je t'offrirai le sacrifice de louange.
    Ps 116, 12

    ... et comme le chante le psalmiste, les bénédictions ont été nombreuses lors de la retraite de la Communie Béthanie, du 2 au 5 juillet derniers, au monastère de la P.-D.

    Le lieu tout d'abord, ce havre de paix qui fait vivre une douzaine de sœurs discrètes et efficaces, est planté au cœur d'un dense paysage cévenol. Les cigales, la lavande et le silence enveloppent les sept offices quotidiens auxquels nous avons eu le chance de nous joindre au gré du rythme de chacun.

    309c99241091dee62c6db1ee980733a4.jpgLa retraite dont le thème était Parole humaine-Parole de Dieu a débuté par
    la présentation d'un beau visage de la Confiance, sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, puis s'est déployée en trois enseignements donnés par frère M., carme. Sa vive passion des Écritures ne pouvait que nous toucher et nous questionner sur notre propre relation à la Parole!

    Deux temps forts ont jalonné ces trois jours, celui de l'entrée dans le temps de Nazareth -étape d'enfouissement à la suite du Christ- pour C. et M.-A. et le vœu de charité, pour G. et B., qui inaugure la voie royale de la prière et de l'Amour pour toutes les personnes, et particulièrement celles de notre peuple.

    Les temps de partage, de convivialité n'ont fait que confirmer ce qui est devenu une réalité pour la quinzaine de participants que nous étions: le groupe se construit, le corps formé par la Communion Béthanie grandit, son visage se dessine... et c'est bien-là une des plus grandes bénédictions de cette retraite, que les unEs et les autres deviennent vraiment des sœurs et des frères.

    Sœur B.

  • Les fruits de notre retraite du 1er au 3 juillet 2007

    dd3e95393f751d655417952e486e5fa1.jpgPour vous faire partager les fruits de notre temps de retraite du 1er au 3 juillet derniers au monastère de la Paix-Dieu, chaque membre ou amiE de notre Communion nous a donné le mot qui résumait son vécu de ce temps privilégié. Les voici au hasard :

    FLEUR - RICHESSE - CONFIANCE - COMMUNION - PAIX - ESPÉRANCE - GRÂCE - DIVERSITÉ - FOI - FRATERNITÉ - LIBERTÉ - DUR - PLUSIEURS - LUMIÈRE

  • Retraite du 1er au 3 juillet 2007

    baa94eb2d9433a94a36d8ba9b6825a5d.jpgNotre petite famille vient de vivre sa retraite du début de l'été chez nos sœurs du monastère de la Paix-Dieu. Avant tout, un merci pour la qualité de leur accueil dans un silence délicat et fraternel. Elles vivent ce qui dit leur père saint Benoît dans sa règle : « Accueillir chacun comme le Christ Lui-même ».
    e472aa0a320f1d60ff58199d525abc7f.jpg

    Partages, prières personnelles et communautaires, enseignement, détente, humour, rires, silences, intériorité ont rythmés nos journées.

    La note singulière de notre Communion a retenti davantage encore : « Béthanie en effet est un lieu familial et accueillant, à la fois proche et distinct de Jérusalem, où Jésus vient se reposer. Dans la gratuité et la disponibilité du cœur, Béthanie est la maison où l’on rencontre Jésus : " Le maître est là, il t’appelle " (Jn 11) ; où la foi s’approfondit : " Si tu crois, tu verras… " ; où retentit l’appel à une vie déliée de peur et de crainte : " Lazare, sors dehors ! " ; où la pècheresse, libérée de sept démons, verse sur les pieds de Jésus un parfum de grand prix, manifestant l’amour simple et audacieux des pauvres, et reçoit du Seigneur une douceur inespérée. » (Extrait de notre Charte)

    dcf911844f68438627ec4b9f5f7ea1bf.jpgChristine, Marie-Agnès, Philippe ont vécu la célébration d'accueil. Ils cheminent donc maintenant avec nous en cette première étape de leur engagement.

    Au soir du premier jour de cette retraite, je partageais à mes frères et sœurs ces versets du psaume 91 : « Tes œuvres me comblent de joie, devant l'ouvrage de tes mains, je m'écrie : Que tes œuvres sont grandes, Seigneur ! Combien sont profonde tes pensées ! "

    Au terme de ce temps, ces mêmes versets brûlent mon cœur ainsi qu'une des dernières paroles de notre frère Roger de Taizé : « Élargir toujours davantage. »
    37d002388cdecc9bab5b3f85910588ef.jpg

    Ensemble, en famille, nous avancerons en eaux profondes et toujours plus au grand large.


    Votre frère Jean-Michel,
    prieur de la Communion Béthanie.