Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

1er déc. - Journée mondiale contre le sida

  • 1er décembre, Journée mondiale de lutte contre le sida | Et si nous décharpentions ?

    « Arrivent des gens qui lui amènent un paralysé, porté par quatre hommes.
    Comme ils ne peuvent l'approcher à cause de la foule, ils découvrent le toit au-dessus de lui, font une ouverture, et descendent le brancard sur lequel était couché le paralysé. »
    Bonne Nouvelle selon saint Marc (2,3-4)


    Avez-vous remarqué que souvent notre lecture des Écritures est aimantée par un mot, une évocation, au risque de passer à côté d'un plus petit signe ?
    Ici, le paralytique qui est à l'extérieur prend toute la place et c'est humain, parce qu'il faut quatre valides pour le transporter jusqu'à Jésus, Lui qui est bien au-dedans.

    Le petit signe de ces deux versets est autre part. Quand la foule, c'est-à-dire toi et moi en somme, nous faisons barrage par notre simple présence, nos suffisances, notre superbe, à un autre petit comme nous, pour qu'il accède à la rencontre avec plus grand que nous, il y en a toujours pour inventer une nouvelle voie.

    paralytique.jpgIci on décharpente ! Et vas-y que que je t'enlève tout ça pour faire passer le grabat et plus important encore, celui qui est dessus.

    Dans cette foule, il y a celleux qui se déplacent physiquement pour tenter d'approcher Jésus, pour l'écouter et il y a celleux qui voudraient bien l'écouter, mais occuper à servir font un pas de côté. Ils se décentre des actes habituels, attendus, pour mettre le paralysé au centre avec Jésus. Pour tout dire, ils innovent.

    Au centre de cette foule, il y a Jésus qui, Lui, ne bouge absolument pas. Il attend que l'on vienne jusqu'à Lui.

    Jésus n'est pas n'importe où non plus. Il est à Capharnaüm, hier un village de pêcheurs de Galilée, sur la rive nord-ouest du lac de Tibériade (ou Génézareth), aujourd'hui une bourgade non loin des vestiges de ce village ancien, au nord d'Israël. Le sens commun a retenu ce nom comme synonyme de grand désordre. C'est le cas ici. Pourtant au milieu de cette effervescence, Lui ne bouge pas, et surtout il est Parole. Capharnaüm était aussi appelé le « village du Consolateur ».

    Alors que faire pour que ce 1er décembre ne soit pas une date de Journée mondiale de lutte contre le sida de plus, dans un grand désordre, une saint sida de componction ?

    Si c'est possible, garder la joie au cœur toujours et malgré tout. Cela ne nous empêche pas de nous remémorer nos ami.e.s, fauché.e.s par les effets d'un virus dévastateur. Voir un à un leur visage et puis sourire ou pleurer si c'est ce qui nous vient naturellement à l'instant. Nous les imaginer membres de ses petits qui peuplent la communion des saints et nous recommander à leur intercession. Penser à toutes les personnes de notre entourage, et au delà, séropositives.

    Nous demander aussi en quoi ces versets d'il y a si longtemps sont d'une actualité possible en ce 1er décembre.

    Si à notre tour nous ne nous déplaçons pas de nos habitudes, si nous continuons à faire barrage, si nous devenons la foule, nous empêcherons malgré nous un.e autre à avoir accès à plus grand que nous. Ces versets ne nous auront rien appris.

    Autrement dit, il est urgent de décharpenter pour poser une parole de baptisé.e aux personnes séropositives. Une parole ou un acte qui résonne comme autant de mots qui n'ont plus besoin d'être prononcés parce que dans l'acte tout est dit.

    Décharpenter même si nous sommes en colère d'accompagner ce gay de 22 ans aux services des maladies infectieuses parce qu'il vient de découvrir qu'il est contaminé; le préservatif il n'en avait plus rien à battre. Pourtant il savait. Être aux côtés en tant qu'aîné.e, ne pas juger, comprendre, accompagner, rassurer, expliquer.

    Décharpenter même si les charges virales sont indétectables, les effets secondaires du traitement trop présents.

    Décharpenter pour accueillir la nouvelle pratique de la Prep, le traitement pré-exposition qui va entrer en action. La prévention s'adressant à celleux qui ont une sexualité, parler des auto-tests, de tout ce qui permettra que les séronégatifs le restent.

    Décharpenter parce qu'au milieu de nos désespoirs, de nos fausses parfois abyssales, à toutes et à tous, Il se tient là sans bouger, à notre écoute, prêt à nous délivrer de nos grabats.

    Décharpenter c'est inventer de nouvelles voies. A vous d'être débordant.e.s d'imagination !

    Décharpenter, déconstruire, en ce 1er décembre et tout au long de l'année, c'est du reste être aussi certain.e d'atteindre un autre point où l'on reconstruit, répare, où l'on ne laisse aucune sœur, aucun frère sur le bord de la route. Permettre à tout.e.s de se relever.

     

    Stéphane,
    frère de la Communion Béthanie




  • Journée mondiale de la lutte contre le SIDA 2015

    2014 12 01 Sida.jpg

     

     

     


    Béni sois Tu, Seigneur,
    qui viens essuyer toute larme de nos visages ;
    qui regarde vers Toi resplendira,
    sans ombre ni trouble au visage.
    Toi, Dieu éternel, Tu es venu habiter parmi nous,
    et nous t'en rendons grâce.
    Devenu semblable aux hommes, Tu sais bien
    comme la maladie ronge le corps,
    et comme la honte ronge l'esprit.
    Nous ne pouvons pas guérir le corps,
    mais donne-nous, Seigneur, s'il Te plaît,
    l'attitude et la parole adéquates
    qui aident nos frères et sœurs séropositifs
    à ne plus vivre dans cette honte :
    que notre regard soit limpide,
    et notre accueil discret et pudique,
    sans « pourquoi ? » ni « comment ? » ;
    car Tu ne regardes pas le passé des personnes,
    et Tu ne poses pas des questions.
    Apprend-nous, si Tu veux,
    à simplement « être avec »
    comme Tu es simplement
    avec chacun et chacune de nous.
    Nous te rendons grâce, et nous te disons merci,
    car nous sommes, avec Toi,
    fils et filles du même Père,
    et Tu accueilles notre prière.
    Amen. Alléluia.

    Votre frère Manuel


  • Prière du 1er décembre 2013

    Christ n'a pas de mains :
    Il n'a que nos mains
    Pour faire son travail aujourd'hui.

    christ-sans-bras.jpg







    Christ n'a pas de pieds :
    Il n'a que nos pieds
    Pour conduire les hommes sur son chemin.
    Christ n'a pas de lèvres :
    Il n'a que nos lèvres
    Pour parler de lui aux hommes.
    Christ n'a pas d'aides :
    Il n'a que notre aide
    Pour mettre les hommes à ses côtés.
    Nous sommes la seule Bible
    Que le public lit encore.
    Nous sommes le dernier message de Dieu
    Écrit en actes et en paroles.

    Anonyme, XVe siècle


    Cette année le hasard des calendriers veut que nous débutions la nouvelle année liturgique avec la Journée mondiale contre le SIDA.

    En ce jour, je vous propose cette prière si ancienne et si actuelle ; nous pouvons la recevoir comme une invitation faite à chacun.e de nous pour devenir de plus en plus les mains, les pieds et le cœur de Jésus envers nos frères et sœurs les plus fragilisés par la maladie, par le mépris, par la honte.

    Nous tous : séropos, séronegs, chercheurs, soignants, bénévoles… nous sommes appelé.e.s à être des vecteurs de transmission de la joie et de la paix du Christ qui vient chaque jour.


    Yallah !

    Votre frère Manuel
    de la Communion Béthanie




  • Prière du 1er décembre 2012

    Seigneur, nous voici devant Toi
    séropositifs et séronégatifs :
    et tous séroconcernés…
    tout comme Toi !

    ruban_rouge_2012.jpg

    Car Tu n’es jamais loin
    de nos réalités humaines,
    de nos joies et de nos peines.
    Pour ceux et celles qui pensent
    que le vih est démodé,
    ou que cela n’arrive qu’aux autres,
    donne-nous le courage de crier à l’imposture,
    donne-nous le courage de crier à la face du monde
    que le virus n’aura jamais le dernier mot
    tant que nous en parlerons ;
    que ni la honte ni le mépris ne seront
    jamais vainqueurs,
    tant que nous nous saurons pas pareils
    mais égaux en Toi.

    Assez de silences complices,
    assez de paroles meurtrières.

    Envoie sur nous ton Esprit, Seigneur,
    afin que par nos voix, par nos actions, et par notre prière
    ta Parole et ta Présence réconfortent
    ceux et celles qui sont dans la détresse
    ainsi que leurs proches.

    Que par nos voix et par nos engagements
    ta Parole mobilise
    toutes les compétences
    au service de la Vie. Amen.


    Votre frère Manuel,
    d’après une prière d’Alain, de Chrétiens et Sida.



  • 1er décembre 2011 : message du frère Manuel

    « Et qui donc est mon prochain ? » (Lc 10, 29)

    Le sida n’est plus à la mode.

    1er dec.jpgOn n'en parle en général que pour le 1er décembre et à l'occasion du Sidaction. Pourtant il reste toujours une réalité quotidienne pour de millions de personnes séropositives dans le monde. Peut-être avons-nous des personnes touchées dans notre entourage ; peut-être pas. Peut-être nous sentons-nous concernés ; peut-être pas. Mais, en fin de compte, ce n’est pas ça le plus important.

    Le Christ nous invite à un tout autre regard sur nous-mêmes et sur les autres. Au lieu de chercher qui est mon prochain, Il nous propose tout simplement de nous découvrir comme prochains de ceux et celles qui ont besoin de nous, de notre prière, de notre écoute ou de notre présence discrète et bienveillante.

    Attentifs à la Parole du Maître (Lc 10, 39) nous pourrons découvrir quelle forme de s1er déc 2.jpgervice est le nôtre. Mais nous sommes, d’ores et déjà, invités à prier le Père dans l’Esprit, et rendre grâce pour et avec tous ceux et celles qui vivent en prochains des personnes atteintes par le VIH.

    Manuel,
    frère de la Communion Béthanie



  • 1er décembre 2010 - Journée mondiale contre le sida et fête liturgique du Bx Charles de Jésus

    « Priez pour qu’un peu de bien se fasse parmi ceux pour qui notre Seigneur est mort. »
    Bx Charles de Jésus



    inde.jpgL’épidémie du VIH n’a perdu, malheureusement, rien de son urgence. Si bien les personnes qui vivent avec le virus ne risquent plus une mort imminente, ils peuvent vivre de situations difficiles et complexes qui peuvent aller de l’intolérance aux traitements à la solitude la plus radicale.

    Notre présence en ces fractures par la prière, notre premier service, peut sembler un gaspillage inutile, comme le parfum versé par Marie à Béthanie. Tout comme la vie apparemment stérile du frère Charles de Jésus, qui s’avère en définitive d’une incroyable fécondité.

    Avec le Christ, dans le Saint-Esprit, nous présentons au Père toutes ces personnes, leurs familles et amis, tous ceux et celles qui travaillent pour leur bien-être, mais aussi ceux qui les méprisent et les jugent. Parce que pour nous tous, notre Seigneur Jésus est né, mort et ressuscité.

    Votre frère Manuel.

  • 1er décembre 2009 - Message du frère prieur

    Si tu espères en moi et pour moi, même quand je doute,
    Si, pour m'accompagner, tu modifies ta route,
    Si tu me tends la main quand je suis dans la nuit,
    Si tu comprends, sans un mot, mes peurs et mes soucis,
    Si tu prends soin de moi avec adresse,
    Si tu as le geste qui convient et aussi la tendresse,
    Si, avec moi, silencieusement, tu pries,
    Et si jusqu'au bout ton visage me sourit,
    Le soleil de ta présence réchauffera mon corps endolori,
    Comme le grain de blé tombé en terre devient herbe nouvelle au sortir de l'hiver,
    JE COMPRENDRAI ALORS, QU'AVEC MOI, TU CHOISIS LA VIE.

    P. H. Renard.


    1er décembre.jpegNotre Communion Béthanie souhaite être, auprès de toutes les personnes vivant avec le V.I.H., transfusion d'Espérance!
    Non pas une Espérance "grosse artillerie", mais une petite flamme fragile, qui donne signification et feu à nos vies.

    En nos regards, par nos gestes, par nos modestes paroles, puissions-nous murmurer avec délicatesse à chacune et à chacun : « J'espère en Toi, et parfois, j'espère pour Toi.»

    Et Toi, Jésus, tu es pour nous le feu de l'Espérance : Espérance proposée, jamais imposée.


    Frère Jean-Michel+
    Prieur de la Communion Béthanie.

     

     

  • SIDACTION 110 | PRÉSERVATIF | FOI

    Notre Communion Béthanie offre sa prière et son aide à tous ceux qui, sur le terrain, lutte contre la pandémie du sida.
    A travers ces lignes de notre frère prieur pour la Journée mondiale de lutte contre le sida, du 1er décembre dernier, voici ce qu'elle souhaite exprimer à nouveau en ces jours.



    sidaction09.jpg« Du fond de mon cœur, je souhaite que nous nous tournions résolument vers les autres et, d'une manière toute particulière, vers celles et ceux qui souffrent, dans leur corps, leur âme ou leur esprit.

    En ce jour, puissions-nous accueillir du Christ-Jésus, les sentiments de son Cœur, sa propre "mentalité" : une mentalité anti-préservatif !, c'est-à-dire une attitude du cœur profond qui ne se préserve pas face à l'autre différent, étranger, malade.

    En effet, Jésus vient dans l'humanité faire advenir la vraie communauté, celle qui se définit par son centre et non par ses frontières. Et une communauté vraie fondée sur le Christ, ce n'est pas une immunité.

    C'est le sida qu'il nous faut combattre, et dont il faut se protéger grâce en particulier à l'usage du préservatif, et non les personnes séropositives ou malades avec qui il nous faut marcher en fraternité.

    Qu'il en soit ainsi ! »

    Frère Jean-Michel

  • 1er décembre 2008 - Message du frère prieur

    Du fond de mon cœur, je souhaite que nous nous tournions résolument vers les autres et, d'une manière toute particulière, vers celles et ceux qui souffrent, dans leur corps, leur âme ou leur esprit.

    En ce jour, puissions-nous accueillir du Christ-Jésus, les sentiments de son Cœur, sa propre "mentalité" : une mentalité anti-préservatif !, c'est-à-dire une attitude du cœur profond qui ne se préserve pas face à l'autre différent, étranger, malade.

    sida1er décembre.jpg
    En effet, Jésus vient dans l'humanité faire advenir la vraie communauté, celle qui se définit par son centre et non par ses frontières. Et une communauté vraie fondée sur le Christ, ce n'est pas une immunité.

    C'est le sida qu'il nous faut combattre, et dont il faut se protéger grâce en particulier au préservatif, et non les personnes séropositives ou malades avec qui il nous faut marcher en fraternité.

    Qu'il en soit ainsi !

    Frère Jean-Michel

  • Célébration œcuménique du 1er décembre 2008

    Veillé de prière œcuménique à Paris
    dans le cadre de la Journée mondiale de lutte contre le sida



    Des associations de lutte contre le sida, des associations Lesbiennes, Gay, Bi et TransexuellEs (LGBT), des associations de migrantEs, des personnes croyantes et non, se rassemblent pour prier et réfléchir ensemble.

    Nous avons la conviction que le respect des droits des individus est au centre de la lutte contre le sida. En 2008, la Conférence internationale de Mexico l’a confirmé : il est impossible d’envisager une politique de santé publique efficace quand les droits des personnes ne sont pas respectés.

    Lumignons2.jpgNous unit la volonté de vivre avec toutes celles et tous ceux qui sont touchés par la maladie, d’écouter la parole des personnes stigmatisées, homosexuellEs, migrantEs, des personnes incarcérées, des minorités visibles.

    Nous unissent notre foi et notre désir de partager notre colère et aussi notre espérance avec toutes et tous. Notre colère face aux discriminations et aux lâchetés des politiques publiques, notre espérance dans les solidarités. 

    Veillé de prière œcuménique organisée à l'initiative d'Afrique Avenir, Basiliade, Centre pastoral Halles-Beaubourg, Chrétiens et sida, David et Jonathan, Communion Béthanie, Devenir un en Christ, Tjenbé Rèd, Mission populaire de La Maison Verte.

    Lundi 1er décembre 2008 à 19h30, au Temple de la Maison Verte, 127, rue Marcadet, 75018 Paris.