Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Message du prieur

  • Message spécial de Jean-Michel+, frère prieur du 29 avril 2017

    Chers sœurs, frères, ami(es) de notre Communion Béthanie,

    Notre fraternité priante n'a pas pour vocation de prendre position lors des débats de société, ni lors des élections.
    À titre d'exemple, nous sommes restés dans un silence priant lors des débats pour le « mariage pour tous » (2012-2013) en France.
    Ce n'est pas pour nous une « évasion » des joies, des espoirs, des douleurs... de notre monde, c'est très simplement notre appel, c'est la note que nous souhaitons jouer !
    « Donne ta note juste..., juste ta note ! »
    « Rien n'est plus responsable que de prier » frère Roger de Taizé

    2017-04-29-élection.jpgCeci-dit, je me permets de proposer à votre méditation « trois paroles » : une de votre serviteur, une de Monseigneur Marc Stenger, évêque de Troyes et une de la liturgie de la Pentecôte :


    1.      La liberté et l'égalité sont de l'ordre de la grâce, la fraternité est de l'ordre du devoir.
    Pour les ami(e)s de Jésus, elle est de l'ordre de la grâce.


    2.      « Le 7 mai : quel bulletin de vote?
    Pas celui de la peur, de la haine, du rejet, du mensonge, de l'exclusion, du repli : c'est l'opposé de l'Évangile. »


    3.      « Viens Esprit-Saint, en nos cœurs,
    Et envoie du haut du ciel
    Un rayon de ta Lumière...

    Sans ta puissance divine,
    Il n'est rien en aucun homme,
    Rien qui ne soit perverti.

    Lave ce qui est souillé,
    Baigne ce qui est aride,
    Guéris ce qui est blessé.

    Assouplis ce qui est raide,
    Réchauffe ce qui est froid,
    Rends droit ce qui est faussé... »


    Comme tout le monde, je suis peuplé d'ombres (cf. mon dernier message suite à la mort violente de Xavier). Cependant, en ces jours, je redis avec force et conviction ma foi en la fraternité. Je réaffirme l'engagement de notre Communion Béthanie à servir les plus petits, les plus fragiles, dans la douceur et le respect. Sans cesse, je me rappelle que le destin de l'humanité repose au cœur des contemplatifs et..., que « ma vie est mon seul enseignement » Gandhi.

    Jean-Michel+, frère prieur de la Communion Béthanie

  • Xavier, victime de la haine le 20 avril 2017

    A-Dieu Xavier

    2017-04-21-hommage.jpgXavier, victime de la haine, sur les Champs-Élysées, notre Communion Béthanie se fait toute proche de vous.
    Toute proche aussi de votre compagnon si cruellement frappé, de vos familles respectives et de vos proches.

    Notre prière exprime notre proximité avec toutes les victimes de la violence partout dans le monde.
    Notre prière exprime notre désir d'entrer dans l'Espérance.
    « L'Espérance c'est le désespoir surmonté » Bernanos.

    Dans mon esprit et dans mon cœur, cette parole de la première lettre de Pierre, chapître 3, versets 15 et 16 :
    « Soyez toujours prêts à tout moment à rendre compte devant quiconque de l'espérance qui est en vous ; mais faites-le avec douceur et respect »
    Je médite cette parole en ces heures...

    2017-04-21-Jean-Michel.jpgAlors, mes ami(es), je vais être pleinement honnête avec vous, autant que faire se peut.
    De quelle manière, je rends compte de cette espérance qui est moi ?
    En moi, même si cela ne se voit pas toujours à l'extérieur - oh ! L’hypocrisie qui fait dire au pape François : « Un athée vaut mieux qu'un catholique hypocrite » - , en moi, je ne perçois ni « douceur », ni « respect » ou si peu...
    En moi, arrogance, manque d'écoute, volonté agressive d'imposer une façon de voir, de penser et parfois un sentiment abusif de posséder la vérité.
    Autrement dit, le combat, la lutte contre la violence débute et se poursuit au-dedans de moi.
    Vous me direz : « Tu exagères » ...
    Non, aucune exagération.
    Accueillir Jésus dans mes ténèbres intérieures, c'est découvrir qu'il contredit l'instinct le plus répandu : celui qui consiste à s'affirmer en dominant les autres.
    La vérité de Jésus n'est pas quelque chose que l'on possède mais plus modestement quelque chose que l'on essaye de vivre!

    2017-04-21-plus-d'armes.jpgJe prie : « Kyrie eleison ». J'ai soif d'authenticité intérieure, de réelle fraternité.
    « Je cherche la terre pacifiée où dire Notre Père sans oublier personne » frère Christophe, moine de Tibhirine.
    J'entends l'appel des évêques de France en janvier 2015... ! : « Enracinés dans l'Évangile, portés par l'Espérance, nous devons nous interroger sur notre projet de société. Quelle société voulons-nous bâtir ensemble ?... C'est ensemble que nous construirons la société de demain. Non les uns contre les autres mais les uns avec les autres ».

    Xavier, père Jacques Hamel, toutes les victimes de la violence priez avec moi et pour moi, priez avec nous et pour nous.
    Il est grand temps de vivre l'Évangile !

    Jean-Michel+, frère prieur de la Communion Béthanie

     

  • Vœux 2017 : une communion colibris...!!

    Conte du colibri

    2017-01-01-Colibri.jpgCela se passe dans la forêt amazonienne. Dans cette forêt, l’on voit des arbres à perte de vue, mais en regardant un peu mieux, on aperçoit un arbre plus grand et plus haut que tous les autres.

    Cet arbre, il a des branches qui disent : « Venez à moi, peuple des oiseaux ! Venez à moi, je vous accueille ».

    Et tout ce petit monde piaille, joue, discute … vie en harmonie.

    Mais un jour, arrive un grand malheur, l’arbre prend feu, les oiseaux impuissants s’élèvent dans le ciel contemplant leur arbre partir en fumée.

    À travers la fumée, ils distinguent un petit oiseau qui va à la rivière prendre une goutte d’eau dans son bec et la déposer sur l’arbre. Il retourne à la rivière prendre une goutte d’eau dans son bec et la jette sur l’arbre et retourne encore à la rivière inlassablement, prend une goutte d’eau dans son bec et la dépose sur l’arbre.

    Et ce petit oiseau, c’est colibri. Vous savez, ce petit oiseau multicolore avec un long bec pour sucer le nectar des fleurs.

    « Mais colibri, que fais-tu ? Viens ! Cela ne sert à rien, viens rejoins-nous ! »

    « Je fais ma part, je fais ma part, je fais ma part de travail pour éteindre le feu ! »

    « Et vous aussi, vous aussi venez faire votre part, faire votre part ! Votre part de travail pour éteindre le feu. »

    Les oiseaux se regardent, perplexes. Et dans un même élan, ils s’élancent vers la rivière, prennent une goutte d’eau dans leur bec et la déposent sur l’arbre, puis retournent à la rivière prendre une goutte d’eau dans leur bec et la jettent sur l’arbre et retourne encore à la rivière, inlassablement prennent une goutte d’eau dans leur bec et la déposent sur l’arbre.

    Et ces millions de gouttes d’eau forment une pluie si fine et si dense que le feu finit par s’éteindre.

    Depuis ce jour, l’arbre reverdi, l’harmonie est revenue en son sein et chacun a gardé en mémoire qu’il doit faire sa part.

    Conté par Claire Dumesnil (Tarn).



    2017-01-01-Jean-Michel.jpgLe feu de la haine, de la violence, de la guerre...
    Le feu des jugements sans appel, du mépris...
    Le feu des paroles dures, des paroles de condamnation...
    Le feu du non-respect des personnes de « notre peuple homosensibles, transgenres » sur le continent africain, dans les ex-pays de l'Europe de l'Est...
    Le feu des chemins sans horizon de tant de femmes, d'hommes, de jeunes, d'enfants jetés sur les routes...
    Le feu de la traite des humains, des enfants...

    Et notre petite Communion Béthanie?
    Frère Roger de Taizé a beau nous redire depuis le balcon du Ciel : « Rien n'est plus responsable que de prier »
    Que faisons-nous ? Que pouvons-nous faire ?

    « Je fais ma part, je fais ma part de travail pour éteindre le feu »
    Une Communion colibris, envoyée les mains vides, le cœur ouvert à la vulnérabilité de la rencontre.
    Une Communion qui accueille, chaque jour davantage la fragilité, la petitesse de notre Dieu.
    Sans doute, faut-il se détacher de cette idée de la toute-puissance malsaine de Dieu.
    Sans doute faut-il prier avec Maître Eckhart : « Seigneur-Jésus, débarrasse-moi de Dieu » Autrement-dit, débarrasse-moi des fausses images de Dieu, des caricatures de Dieu.
    Découvrir en Jésus le Christ, un Dieu pleinement solidaire de l'histoire humaine, jeté sur les chemins ardus de l'humanité.
    « Jésus-Christ nous a délivré de Dieu » disait Maurice Zundel.
    Jésus le Christ nous donne à contempler un Dieu colibris.
    Un colibri qui, par sa croix, a éteint le feu de la haine, un colibri qui, au matin de Pâques, a répandu le doux feu de l'Amour qui ne meurt jamais.

    Il nous murmure : « Je fais ma part... Et toi ? »

    Appel et engagement de notre Communion Béthanie, de ses ami(es) au seuil de cette année nouvelle 2017.
    Appel à vivre la charité en actes et en vérité.
    « L'évangile est pétri de ce soin du minuscule, car le minuscule n'est jamais dérisoire » sœur Véronique Margron op.
    Un jeune ami musulman me disait ces jours derniers : « La charité c'est le regard de Dieu vers les hommes au travers du regard des hommes »

    À vous petits colibris !, paisible année 2017, car comme l'écrit le poète : « On peut écraser une fleur, on ne peut empêcher le printemps de refleurir »

    Jean-Michel+, frère prieur de la Communion Béthanie.

  • Alep, meurtre de l'ambassadeur russe en Turquie, attentat à Berlin...

    A quelques jours de Noël, des enfants, des jeunes, des femmes, des hommes vivent dans une violence sans nom dans la ville d'Alep,
    A quelques jours de Noël, un ambassadeur assassiné,
    A quelques jours de Noël, un attentat vient de frapper la capitale de l'Allemagne,
    A quelques jours de Noël, haine, pleurs, cris, larmes, tant de souffrances... Tant de visages ravagés par la douleur, partout dans notre monde.

    Notre Communion Béthanie est là, dans une pauvre mais fidèle prière.
    Je vais, pour ma part, me rendre dans « une maison de prière » en ces heures où nous allons fêter la Nativité de Jésus le Christ.
    Je pars « me cacher » quelques jours, non pas pour fuir notre monde, mais pour essayer de l'écouter en profondeur...

    Sur la route vers mon lieu de retraite spirituelle, je médite ces paroles de notre frère Roger de Taizé :
    « Quand la confiance de la foi devient parfois peu accessible, nous pouvons dire à Dieu : Ne regarde pas ma petite foi, mais donne-moi de m'appuyer sur la foi de toute l'Eglise, sur celle de tant d'humbles témoins qui ont vécu de toi incomparablement »

    Avec vous, au service de la paix, en actes et en vérité,
    Frère Jean-Michel+ Dunand, prieur de la Communion Béthanie

     

  • Lettre ouverte au pape François


    2016-10-07-Pape-François.jpgPère bien-aimé François,

    En mon nom personnel et au nom de notre Communion Béthanie, je me permets de venir vers vous.

    Souvent, vous nous demandez de prier pour vous.
    Votre ministère doit être si complexe, si subtil.
    Soyez certain que je prie pour vous, que nous prions pour vous et pour tous nos pasteurs.

    Dans cette complexité, qui est sans doute votre quotidien, merci de garder votre sourire, de mettre toujours le curseur vers la bonté, vers la miséricorde, vers l'audace évangélique.

    Je ne reviendrai pas sur la « théorie du genre »... Je n'ai aucune compétence dans ce domaine.
    Je regrette que ce sujet que vous avez abordé le dimanche 2 octobre au soir est, en partie, occulté vos « paroles révolutionnaires » concernant les personnes homosexuelles et les personnes transgenres.
    Vous dites :

    « Avant tout, moi j'ai accompagné dans ma vie de prêtre, d'évêque - aussi de pape - j'ai accompagné des personnes avec une tendance et aussi des pratiques homosexuelles. Je les ai accompagnées, je les ai rapprochées du Seigneur, certains ne pouvaient pas, mais je les ai accompagnées et jamais je n'ai abandonné personne. C'est ce que j'ai fait. Les personnes doivent être accompagnées comme les accompagne Jésus. Quand une personne qui est dans cette condition arrive devant Jésus, Jésus ne lui dira certainement pas : « Va-t’en parce que tu es homosexuel ! » Non. »

    Ensuite vous parlez de votre accueil au Vatican d'une personne transgenre avec son mari :

    « La vie est la vie, et les choses doivent se prendre comme elles viennent. Le péché est le péché. Les tendances ou les déséquilibres hormonaux créent tant de problèmes... Mais chaque cas, l'accueillir, l'accompagner, l'étudier, discerner et l'intégrer. Cela, c'est ce que ferait Jésus aujourd'hui... Toujours avec la Miséricorde de Dieu, avec la vérité..., toujours comme ça, toujours avec le cœur ouvert. »


    Depuis plusieurs années, ces paroles, je les entends dans le secret des « bureaux épiscopaux » ! Que de belles, authentiques, priantes rencontres avec nos évêques, avec des responsables de l'Eglise !
    Mais vous, Père, vous opérez une révolution ! Vous dites très haut, très clairement ce que beaucoup n'ont jamais osés exprimer en public.
    Ainsi vous nous permettez de respirer à nouveau, vous ouvrez des chemins possibles. Pas des chemins idylliques, mais la « vraie vie » !! La vie dans sa complexité, la vie qui est si souvent un chemin bien ardu... loin des théories, loin des idéologies, tout proche du vécu des personnes, tout proche du vécu des personnes transgenres et homosensibles.

    Pour cela, pour votre communication verbale et encore plus, pour votre communication non verbale, le fils de l'Eglise que j'essaye d'être, vous dit : MERCI.

    Mon ministère, mon service d'écoute, au sein de notre Communion Béthanie est encouragé et confirmé par votre personne. N'est-ce pas le ministère de Pierre de confirmer ses frères et sœurs dans la foi, dans la vie avec Jésus le Christ?
    Si je devais trouver des lignes qui expriment ce service d'écoute, je citerais sans hésitation T. Châtel in « Accompagnement éthique de la personne en grande vulnérabilité » :

    « À ce niveau de profondeur, à ce niveau de lâcher-prise, l'accompagnement devient une authentique affaire d'amitié, de philia, reposant sur une relation pleinement fraternelle...
    Et c'est l'autre qui, accablé par sa vulnérabilité, nous invite à le rejoindre à ce niveau plus profond de l'expérience humaine. Le soulagement de la souffrance vient alors de l'apaisement que procure le sentiment d'être ainsi rejoint dans son désarroi, son dénuement et d'y être reconnu et rencontré. »


    Dans une respectueuse proximité, Père bien-aimé François, je vous exprime ma réelle et tendre gratitude.
    Merci de prier avec nous et pour nous...

    2016-09-01-Jean-Michel.jpgVotre frère Jean-Michel+, prieur de la Communion Béthanie

     

  • [Prieur] Je vous donne un cœur de chair

    Aujourd'hui : « Je vous donne un cœur de chair » Ézéchiel 36, 26

    2016-09-01-Jean-Michel.jpgSur le ton de la confidence à une amie, à un ami :

    Une douce soirée d'été, au bord du lac d'Annecy, en Haute-Savoie.
    Avec Marie, une amie, je parle du développement de notre Communion Béthanie.
    « Ne te regarde pas trop, regarde Jésus qui console, qui appelle à Béthanie » me dit-elle spontanément.
    Cette parole amicale fait son chemin en moi. Véritable appel à la conversion.
    « Il faut refaire l'homme du dedans. C’est ce que l'évangile appelle conversion, métanoïa » Paul VI

    Ne pas trop se regarder, le regarder lui.
    Ou plutôt se regarder à la lumière de son regard.
    En parlant, lors de notre dernière retraite au carmel de la paix à Mazille, du monachisme intériorisé, je ne pensais pas qu'il creuserait, en moi, un tel sillon.
    En effet, un moine, une moniale fait vœu de conversion. Il s'engage à la conversion, rien que pour aujourd'hui... Car Jésus appelle toujours plus loin à tous les instants.

    Les événements que nous vivons en ce moment, dans notre monde, nous invitent à ne pas nous mentir à nous-mêmes.
    Nous mentir à nous-mêmes nous éloigne de notre propre vérité et blesse le corps et l'âme.
    Lorsque je me regarde, je vois en moi, mes dons, mes qualités, ma générosité, mes limites aussi, de la peur, de la colère, de la violence, une grande difficulté à aimer l'autre différent, de l'orgueil...
    Là, dans la vérité de mon être, Jésus me regarde.
    Là, dans la vérité, de mon être, je me laisse regarder, non par un regard de jugement, de condamnation mais par un regard d'exigeante miséricorde.

    2016-09-01-Ecrire.jpgA la toute fin de mes vacances, je passais pour l'eucharistie dominicale, dans une abbaye.
    Vers la porte de l'église, un cahier où l'on pouvait s'exprimer...
    Je me sens pousser à écrire : « Jésus, merci de me sauver. Tu es mon unique Sauveur »

    Oui, merci de sauver en moi mes dons, mes qualités, ma générosité, mon humilité...
    Qu'ils fleurissent là où je vis, je travaille, j'essaye d'aimer ! Rien que pour aujourd'hui.
    Oui, merci de me sauver de la peur, de la colère, de la violence, de mon orgueil...
    « Désarme-moi, désarme-nous, désarme les » frère Christian de Tibhirine

    Je ne veux pas sombrer dans un quelconque repli identitaire fut-il « chrétien » !
    Je ne veux pas me radicaliser. Cela ne guette pas que les autres !
    Je souhaite vivre le radicalisme, c'est-à-dire la racine de l'Évangile.
    Le Dieu de l'Évangile à qui j'offre ma foi est un Dieu désarmé qui invite à se désarmer pour pouvoir désarmer l'autre...
    Je désire vivre en sauvé.
    Vulnérable, fragile à l'extrême, je serai plus libre et plus crédible dans mon vœu d'aimer.
    Au seuil de cette rentrée scolaire, pastorale..., au seuil de cette nouvelle étape, j'entendrai, avec mes sœurs, frères, ami(es) en Communion Béthanie :
    « Je vous donnerai un cœur nouveau, je mettrai en vous un esprit nouveau. J'enlèverai votre cœur de pierre et je vous donnerai un cœur de chair » Ézéchiel 36, 26

    Encore un fécond souvenir de cet été :

    2016-09-01-Maison-du-Grand-Pré.jpgCe matin-là, je priais avec des religieuses amies, les sœurs de la croix de Chavanod.
    Sœur Monica nous offre cette prière de contemplation :

    Seigneur, tu m'as toujours donné le pain du lendemain, et bien que je sois pauvre, aujourd'hui, je crois.
    Seigneur, tu m'as toujours tracé la route du lendemain, et bien qu'elle soit cachée, aujourd'hui, je crois.
    Seigneur, tu m'as toujours donnée la paix du lendemain, et malgré mon angoisse, aujourd'hui, je crois.
    Seigneur, tu m'as toujours donné la force du lendemain, et bien que je sois faible, aujourd'hui, je crois.
    Seigneur, tu m'as toujours donné la lumière du lendemain, et malgré mes ténèbres, aujourd'hui, je crois.
    Seigneur, tu m'as toujours parlé quand j'étais dans le doute, et malgré ton silence, aujourd'hui, je crois.
    Seigneur, tu es ma vie, tu es ma joie éternelle, jusque dans la mort, pour toujours, je crois.

    Bonne route... Aujourd'hui, si tu le veux, accueille un cœur de chair, un cœur vulnérable, un cœur qui fait vœu d'aimer.

    Ton frère, Jean-Michel+ prieur de la Communion Béthanie

  • Attentat à Saint-Étienne-du-Rouvray du 26 juillet 2016

    Chers sœurs, frères, ami(es),

    Dans une église du diocèse de Rouen, vient de se vivre un acte de violence sans nom. Notre Communion Béthanie prie et offre cet espace de fraternité, comme nous y invite Monseigneur Dominique Lebrun, archevêque de Rouen.

     2016-07-26-Saint-Etienne-du-Rouvray.jpgNon, nous ne répondrons pas à la haine par la haine. Jamais! C'est là notre chemin escarpé à la suite de Jésus le Christ.

    Profitant de quelques jours de repos, je suis en train de lire un ouvrage du père Christian Salenson : « Christian de Chergé, une théologie de l'espérance ». Ce matin, je méditais à nouveau sur la prière ultime des moines de Tibhirine : Seigneur, désarme-moi, désarme-les. Prions...

    Votre frère, Jean-Michel+ prieur de la Communion Béthanie

     

  • Attentat à Nice le 14 juillet 2016

    Lorsque le non-sens semble l'emporter, lorsque la violence semble dominer.
    Jésus est là, à Nice et ailleurs...

    2016-07-10-Mazille---Silence.jpgPourquoi ce silence de Dieu?
    Il n'explique pas la souffrance, Il ne dit rien.
    Sa présence silencieuse est paix.

    À l'aube de jour où je viens d'apprendre la nuit d'horreur qui vient de se vivre à Nice, je priais cette hymne de la liturgie des heures :
    « Dieu vaincu, tu n'as plus d'autre Parole...
    Tu dis seulement : Je suis l'innocent à qui tous les bourreaux font violence »

    Notre Communion Béthanie prie.
    C'est là notre appel et notre responsabilité.
    C'est là le signe réel de notre solidarité.

    Votre frère, Jean-Michel+ prieur de la Communion Béthanie

  • Message du frère prieur pour la Saint Jean-Baptiste 2016

    « Toi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très-Haut : tu marcheras devant, en présence du Seigneur, et tu prépareras ses chemins » Luc 1, 76.


    Voici la fête de Saint Jean le Baptiste.
    Voici le seuil de cet été 2016.

    2016-06-24-Saint-Jean-Baptiste.jpgAvant la dispersion estivale, je suis heureux de venir à votre rencontre.
    Au fil des jours de cet été, nous prierons ensemble.
    En effet, notre désir est de vivre notre quotidien, éclairé de l'intérieur par Jésus le Christ. C'est le sens de ce monachisme intériorisé qui devient, peu à peu, le cœur de notre appel de vie.
    Nous souhaitons demeurer proche de celles et ceux qui traversent une épreuve.
    Et combien d'épreuves, de haine, de violence... en notre monde.
    Là, Jésus le Christ semble nous dire : « Quand tu serais au plus dur de l'épreuve, je me tiens sous ton désespoir... Et je suis aussi aux profondeurs de l'espérance »
    Dans l'élan de Jean, nous souhaitons marcher devant, en présence du Seigneur.
    Allez au-devant...
    Se tourner vers les autres, tous les autres : Interpellation toujours nouvelle.
    En Communion Béthanie, devenir, peu à peu, sœur, frère : de plus en plus désarmé et donc un peu désarmant!




    2016-06-24-Carmel-de-Mazille.jpgNotre retraite se vivra dans quelques jours au Carmel de la Paix.
    Elle aura pour thème : « Communion Béthanie : terre de silence et de miséricorde »
    Merci à Marie-Laure, Bernard, frère Émile de Taizé qui nous accompagneront. Ce dernier viendra nous parler de notre Frère Roger+ de Taizé : homme de silence et de miséricorde. Ce frère aîné nous inspire tant dans notre appel de vie.
    Pendant ces jours nous aurons la joie de vivre la célébration d'accueil de Laetitia, de Thierry et le vœu de charité (engagement définitif) de Loan.

    Cet été, notre Communion est heureuse de s'unir à la joie de nos ami-e-s de Devenir Un en Christ.
    Ils fêteront, à Lourdes, du 4 au 8 août les 30 ans de leur existence.
    Anne-Marie, notre sœur nous représentera.
    C'est l'occasion pour nous de leur exprimer notre vive gratitude.
    Quel beau chemin, quelle belle fécondité!
    Action de grâce, joie de vivre avec eux une réelle et constructive fraternité, dans le respect de nos charismes propres.

    Pèlerinages, rassemblements vont aussi ponctuer cet été 2016.
    Mais aussi, mon amie personne transgenre qui, chaque jour, va se rendre dans l'obscurité de la petite chapelle de son quartier.
    Elle a tellement peur du regard des autres... Mais chaque après-midi (vers 15h!), dans le secret, elle s'expose sous le Regard de Jésus sans craindre aucun jugement.
    Là est, me semble-t-il, le cœur de l'Eglise.
    Non pas dans ce qui se voit, mais dans l'amour caché, en acte.
    Dans sa vulnérabilité, cette personne marche devant, en présence du Seigneur, et prépare ses chemins.
    Prophète du Très-Haut, dans l'élan de Jean le Baptiste!

    « La vie n'a d'autre couleur, selon Dieu, que d'être créativité sans cesse nouvelle, relation de route... Allégresse des marcheurs au souffle du Dieu des pauvres! » P. Florin Callerand
    « ... Dieu ne nous demande pas ce que nous fûmes, il n'est touché que de ce que nous sommes. » Bienheureux Jean-Joseph Lataste

    Paisible été à chacune, à chacun de vous!

    Proximité de votre frère,
    Jean-Michel+ prieur de la Communion Béthanie

     

  • Fusillade dans un club gay à Orlando, Floride - USA

    En cette heure de violence innommable à Orlando en Floride, notre prière rejoint la prière de Jésus le Christ et sa prière se fait la nôtre :
    "Père pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font" Luc 23, 34.

    Par et dans une intense prière, nous rejoignons les victimes, les familles, les proches...
    Nos larmes coulent en silence, c'est en certaines circonstances notre seule prière.

    Votre frère, Jean-Michel+
    prieur de la Communion Béthanie