Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Message du prieur - Page 2

  • [Prieur] Je vous donne un cœur de chair

    Aujourd'hui : « Je vous donne un cœur de chair » Ézéchiel 36, 26

    2016-09-01-Jean-Michel.jpgSur le ton de la confidence à une amie, à un ami :

    Une douce soirée d'été, au bord du lac d'Annecy, en Haute-Savoie.
    Avec Marie, une amie, je parle du développement de notre Communion Béthanie.
    « Ne te regarde pas trop, regarde Jésus qui console, qui appelle à Béthanie » me dit-elle spontanément.
    Cette parole amicale fait son chemin en moi. Véritable appel à la conversion.
    « Il faut refaire l'homme du dedans. C’est ce que l'évangile appelle conversion, métanoïa » Paul VI

    Ne pas trop se regarder, le regarder lui.
    Ou plutôt se regarder à la lumière de son regard.
    En parlant, lors de notre dernière retraite au carmel de la paix à Mazille, du monachisme intériorisé, je ne pensais pas qu'il creuserait, en moi, un tel sillon.
    En effet, un moine, une moniale fait vœu de conversion. Il s'engage à la conversion, rien que pour aujourd'hui... Car Jésus appelle toujours plus loin à tous les instants.

    Les événements que nous vivons en ce moment, dans notre monde, nous invitent à ne pas nous mentir à nous-mêmes.
    Nous mentir à nous-mêmes nous éloigne de notre propre vérité et blesse le corps et l'âme.
    Lorsque je me regarde, je vois en moi, mes dons, mes qualités, ma générosité, mes limites aussi, de la peur, de la colère, de la violence, une grande difficulté à aimer l'autre différent, de l'orgueil...
    Là, dans la vérité de mon être, Jésus me regarde.
    Là, dans la vérité, de mon être, je me laisse regarder, non par un regard de jugement, de condamnation mais par un regard d'exigeante miséricorde.

    2016-09-01-Ecrire.jpgA la toute fin de mes vacances, je passais pour l'eucharistie dominicale, dans une abbaye.
    Vers la porte de l'église, un cahier où l'on pouvait s'exprimer...
    Je me sens pousser à écrire : « Jésus, merci de me sauver. Tu es mon unique Sauveur »

    Oui, merci de sauver en moi mes dons, mes qualités, ma générosité, mon humilité...
    Qu'ils fleurissent là où je vis, je travaille, j'essaye d'aimer ! Rien que pour aujourd'hui.
    Oui, merci de me sauver de la peur, de la colère, de la violence, de mon orgueil...
    « Désarme-moi, désarme-nous, désarme les » frère Christian de Tibhirine

    Je ne veux pas sombrer dans un quelconque repli identitaire fut-il « chrétien » !
    Je ne veux pas me radicaliser. Cela ne guette pas que les autres !
    Je souhaite vivre le radicalisme, c'est-à-dire la racine de l'Évangile.
    Le Dieu de l'Évangile à qui j'offre ma foi est un Dieu désarmé qui invite à se désarmer pour pouvoir désarmer l'autre...
    Je désire vivre en sauvé.
    Vulnérable, fragile à l'extrême, je serai plus libre et plus crédible dans mon vœu d'aimer.
    Au seuil de cette rentrée scolaire, pastorale..., au seuil de cette nouvelle étape, j'entendrai, avec mes sœurs, frères, ami(es) en Communion Béthanie :
    « Je vous donnerai un cœur nouveau, je mettrai en vous un esprit nouveau. J'enlèverai votre cœur de pierre et je vous donnerai un cœur de chair » Ézéchiel 36, 26

    Encore un fécond souvenir de cet été :

    2016-09-01-Maison-du-Grand-Pré.jpgCe matin-là, je priais avec des religieuses amies, les sœurs de la croix de Chavanod.
    Sœur Monica nous offre cette prière de contemplation :

    Seigneur, tu m'as toujours donné le pain du lendemain, et bien que je sois pauvre, aujourd'hui, je crois.
    Seigneur, tu m'as toujours tracé la route du lendemain, et bien qu'elle soit cachée, aujourd'hui, je crois.
    Seigneur, tu m'as toujours donnée la paix du lendemain, et malgré mon angoisse, aujourd'hui, je crois.
    Seigneur, tu m'as toujours donné la force du lendemain, et bien que je sois faible, aujourd'hui, je crois.
    Seigneur, tu m'as toujours donné la lumière du lendemain, et malgré mes ténèbres, aujourd'hui, je crois.
    Seigneur, tu m'as toujours parlé quand j'étais dans le doute, et malgré ton silence, aujourd'hui, je crois.
    Seigneur, tu es ma vie, tu es ma joie éternelle, jusque dans la mort, pour toujours, je crois.

    Bonne route... Aujourd'hui, si tu le veux, accueille un cœur de chair, un cœur vulnérable, un cœur qui fait vœu d'aimer.

    Ton frère, Jean-Michel+ prieur de la Communion Béthanie

  • Attentat à Saint-Étienne-du-Rouvray du 26 juillet 2016

    Chers sœurs, frères, ami(es),

    Dans une église du diocèse de Rouen, vient de se vivre un acte de violence sans nom. Notre Communion Béthanie prie et offre cet espace de fraternité, comme nous y invite Monseigneur Dominique Lebrun, archevêque de Rouen.

     2016-07-26-Saint-Etienne-du-Rouvray.jpgNon, nous ne répondrons pas à la haine par la haine. Jamais! C'est là notre chemin escarpé à la suite de Jésus le Christ.

    Profitant de quelques jours de repos, je suis en train de lire un ouvrage du père Christian Salenson : « Christian de Chergé, une théologie de l'espérance ». Ce matin, je méditais à nouveau sur la prière ultime des moines de Tibhirine : Seigneur, désarme-moi, désarme-les. Prions...

    Votre frère, Jean-Michel+ prieur de la Communion Béthanie

     

  • Attentat à Nice le 14 juillet 2016

    Lorsque le non-sens semble l'emporter, lorsque la violence semble dominer.
    Jésus est là, à Nice et ailleurs...

    2016-07-10-Mazille---Silence.jpgPourquoi ce silence de Dieu?
    Il n'explique pas la souffrance, Il ne dit rien.
    Sa présence silencieuse est paix.

    À l'aube de jour où je viens d'apprendre la nuit d'horreur qui vient de se vivre à Nice, je priais cette hymne de la liturgie des heures :
    « Dieu vaincu, tu n'as plus d'autre Parole...
    Tu dis seulement : Je suis l'innocent à qui tous les bourreaux font violence »

    Notre Communion Béthanie prie.
    C'est là notre appel et notre responsabilité.
    C'est là le signe réel de notre solidarité.

    Votre frère, Jean-Michel+ prieur de la Communion Béthanie

  • Message du frère prieur pour la Saint Jean-Baptiste 2016

    « Toi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très-Haut : tu marcheras devant, en présence du Seigneur, et tu prépareras ses chemins » Luc 1, 76.


    Voici la fête de Saint Jean le Baptiste.
    Voici le seuil de cet été 2016.

    2016-06-24-Saint-Jean-Baptiste.jpgAvant la dispersion estivale, je suis heureux de venir à votre rencontre.
    Au fil des jours de cet été, nous prierons ensemble.
    En effet, notre désir est de vivre notre quotidien, éclairé de l'intérieur par Jésus le Christ. C'est le sens de ce monachisme intériorisé qui devient, peu à peu, le cœur de notre appel de vie.
    Nous souhaitons demeurer proche de celles et ceux qui traversent une épreuve.
    Et combien d'épreuves, de haine, de violence... en notre monde.
    Là, Jésus le Christ semble nous dire : « Quand tu serais au plus dur de l'épreuve, je me tiens sous ton désespoir... Et je suis aussi aux profondeurs de l'espérance »
    Dans l'élan de Jean, nous souhaitons marcher devant, en présence du Seigneur.
    Allez au-devant...
    Se tourner vers les autres, tous les autres : Interpellation toujours nouvelle.
    En Communion Béthanie, devenir, peu à peu, sœur, frère : de plus en plus désarmé et donc un peu désarmant!




    2016-06-24-Carmel-de-Mazille.jpgNotre retraite se vivra dans quelques jours au Carmel de la Paix.
    Elle aura pour thème : « Communion Béthanie : terre de silence et de miséricorde »
    Merci à Marie-Laure, Bernard, frère Émile de Taizé qui nous accompagneront. Ce dernier viendra nous parler de notre Frère Roger+ de Taizé : homme de silence et de miséricorde. Ce frère aîné nous inspire tant dans notre appel de vie.
    Pendant ces jours nous aurons la joie de vivre la célébration d'accueil de Laetitia, de Thierry et le vœu de charité (engagement définitif) de Loan.

    Cet été, notre Communion est heureuse de s'unir à la joie de nos ami-e-s de Devenir Un en Christ.
    Ils fêteront, à Lourdes, du 4 au 8 août les 30 ans de leur existence.
    Anne-Marie, notre sœur nous représentera.
    C'est l'occasion pour nous de leur exprimer notre vive gratitude.
    Quel beau chemin, quelle belle fécondité!
    Action de grâce, joie de vivre avec eux une réelle et constructive fraternité, dans le respect de nos charismes propres.

    Pèlerinages, rassemblements vont aussi ponctuer cet été 2016.
    Mais aussi, mon amie personne transgenre qui, chaque jour, va se rendre dans l'obscurité de la petite chapelle de son quartier.
    Elle a tellement peur du regard des autres... Mais chaque après-midi (vers 15h!), dans le secret, elle s'expose sous le Regard de Jésus sans craindre aucun jugement.
    Là est, me semble-t-il, le cœur de l'Eglise.
    Non pas dans ce qui se voit, mais dans l'amour caché, en acte.
    Dans sa vulnérabilité, cette personne marche devant, en présence du Seigneur, et prépare ses chemins.
    Prophète du Très-Haut, dans l'élan de Jean le Baptiste!

    « La vie n'a d'autre couleur, selon Dieu, que d'être créativité sans cesse nouvelle, relation de route... Allégresse des marcheurs au souffle du Dieu des pauvres! » P. Florin Callerand
    « ... Dieu ne nous demande pas ce que nous fûmes, il n'est touché que de ce que nous sommes. » Bienheureux Jean-Joseph Lataste

    Paisible été à chacune, à chacun de vous!

    Proximité de votre frère,
    Jean-Michel+ prieur de la Communion Béthanie

     

  • Fusillade dans un club gay à Orlando, Floride - USA

    En cette heure de violence innommable à Orlando en Floride, notre prière rejoint la prière de Jésus le Christ et sa prière se fait la nôtre :
    "Père pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font" Luc 23, 34.

    Par et dans une intense prière, nous rejoignons les victimes, les familles, les proches...
    Nos larmes coulent en silence, c'est en certaines circonstances notre seule prière.

    Votre frère, Jean-Michel+
    prieur de la Communion Béthanie

  • Chaque 17 mai - IDAHOT Journée mondiale de lutte contre l'homophobie et la transphobie

     

    2016-05-17--IDAOT.jpgNée dans la prière et pour la prière, « alliance contemplative », que vient faire notre Communion Béthanie dans la journée mondiale de lutte contre l'homophobie et la transphobie?

    Frère Roger de Taizé parlait souvent de lutte et de contemplation.
    La prière chrétienne véritable n'est pas évasion, elle est accueil, en nous, de la prière de Jésus le Christ.
    Jésus prie pour chacune, pour chacun. Il connaît chacun de nos visages par son cœur!

    Il y a quelques jours, une sœur de notre Communion me confiait se lever régulièrement la nuit pour prier.
    La nuit, me disait-elle, je me sens proche des personnes de notre peuple.
    Je les présente au Père... Devant toi, Père...
    Acte de miséricorde gratuite. Que notre sœur reçoive notre gratitude!
    Voilà le cœur de notre commune vocation.
    Être au plus proche de chaque personne, tendre une main, dans la nuit.

    Visages des personnes de notre peuple dans les pays d'Europe de l'Est, au Maroc, sur le Continent Africain, ici, partout... Visages des personnes transgenres en Amérique Latine, ici, partout...
    Jésus prie avec nous, pour chacune, pour chacun...

    Je pense, si souvent et aujourd'hui intensément, à un de nos jeunes amis : M.
    Il est emprisonné depuis de longs mois dans une prison de Guinée-Conakry.
    Il a été torturé. Son crime : être une personne homosensible, avoir été « pris en flagrant délit » avec son ami F. Lui a pu fuir en France. Il vient d'obtenir ses papiers.
    Pour M., l'été dernier, j'ai écrit longuement au cardinal Robert Sarah, préfet de la congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements au Vatican.
    M. a reçu le sacrement de la confirmation des mains de ce cardinal alors que ce dernier était archevêque de Conakry.
    À ce jour, pas même une réponse à ma lettre fraternelle et confiante...!!!
    Si je fais une génuflexion devant le Corps du Christ, présent dans l'eucharistie (discipline des sacrements!), combien plus dois-je faire une génuflexion devant la chair blessée de M.
    Pour moi, il en va de la cohérence de ma foi en la présence réelle du Christ.
    « Ce que vous avez fait au plus petit d'entre mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait » Matthieu 25, 40
    Pour M., pour tant de visages, je poursuivrai ma lutte, je poursuivrai ma vie contemplative.

    « À vous qui gardez foi
    En la dignité de l'homme,
    Dans tous les pays du monde,
    Et pour toujours.

    L'avenir vous appartient,
    Il vous donnera raison,
    Il sera à votre image,
    Et pour toujours.

    Vous pourrez voir refluer
    Le fanatisme, la haine,
    L'aveuglement, l'ignorance,
    Et pour toujours...

    Pour tous ceux qui sont tombés,
    Pour tous ceux qui ont pleuré,
    Ensemble nous resterons,
    Main dans la main. »

    Amin Maalouf

    Dans cette journée mondiale de lutte contre l'homophobie et la transphobie, nous sommes à notre juste place... juste à notre place!
    Née dans la prière et pour la prière, modestement, notre Communion Béthanie prie :
    « Dans la brise ou l'éclat du tonnerre, l'Esprit nous entraîne en son chant.
    C'est ta voix, ô Seigneur, sur la terre, maintenant. »

    Votre frère, Jean-Michel+, prieur de la Communion Béthanie

     

  • Vœux 2016 : J'aime les personnes transgenres

    2016-01-01-Transgenre.jpgAu risque de vous surprendre, j'aimerais, au seuil de cette année nouvelle, vous exprimer mon amour pour les personnes transgenres.

    Je les aime ou plutôt, j'essaye de les aimer.

    Elles sont la pupille de l'œil de notre Communion Béthanie.
    Sans elles, vivant avec nous, nous ne voyons plus !
    Elles déplacent et affinent notre regard.
    Nous ne défendons pas une soi-disant idéologie, nous cheminons modestement avec des personnes bien réelles.

    Route escarpée et très exigeante pour notre fraternité.
    Apprendre à aimer, jusque dans nos différences.
    C'est si beau à dire, à lire, si difficile à vivre dans l'humble quotidien.
    Si souvent, nous haïssons celui qui, tel un miroir, nous révèle nos traits.

    Aimer ce n'est pas d'abord faire quelque chose pour quelqu'un.
    Aimer c'est révéler à l'autre qu'il a une valeur.
    Aimer c'est révéler à l'autre sa beauté.
    Aimer c'est révéler à une personne qu'elle a des qualités qui peuvent fleurir.
    Aimer c'est faire confiance à quelqu'un.
    Aimer c'est un regard, un silence, une délicatesse, une pudeur, une discrétion,...

    Les personnes transgenres au milieu de nous, nous apprennent un fondamental de la relation humaine : savoir se taire, quitter notre carte de croyances...
    "On doit parler seulement lorsque nos mots valent mieux que le silence"

    Année Sainte de la Miséricorde : et si notre chemin était de nous mettre à l'école de nos sœurs, frères, ami(es) transgenres pour découvrir une perle d'Évangile : Jésus ami sans frontières?

    Je suis très heureux, de citer maintenant Sœur Magdalena Franciscus, supérieure de la province Europe des Sœurs de Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur. Une très belle personne!
    « Reste pourtant à nous demander, comment nous écoutons les cris actuels de notre monde? Quel appel à la conversion entendons-nous pour être vraiment ce visage de Miséricorde et de Tendresse et pour oser lutter contre tout ce qui bafoue la dignité de la personne et bafoue le Christ en elle ! »

    Sainte année 2016.

    Jean-Michel+, frère prieur de la Communion Béthanie

     

  • « Je suis broyé »

    Attaques terroristes Paris, vendredi 13 novembre 2015
    Beyrouth, 12 novembre, Ankara, 10 octobre, et trop d'autres...



    Notre Communion Béthanie est là, dans une intense prière et dans le silence.

    fraternite.jpg« La seule réponse au mal absolu, c'est la fraternité. »
    André Malraux

    Avec mes sœurs, mes frères, nos ami.e.s, nous poursuivrons notre chemin fraternel résolument.

    Et moi, comme frère prieur, je m'engage, jusqu'à la mort, à vivre la fraternité.


    Frère Jean-Michel+ Dunand,
    prieur de la Communion Béthanie



  • Lettre ouverte au père Krzysztof Charamsa

    Cher père Krzysztof,

    Ne partez pas!
    Les uns ne peuvent être sauvés sans les autres.

    Je viens de vivre quelques jours dans un monastère. Là près de mes frères chartreux, votre visage et celui de votre ami étaient très présent dans mon cœur, dans ma prière.
    Je me permets donc de vous rejoindre par cette lettre.
    Vous arrivera-t-elle?

    J'écoute lorsque vous dites que l'Eglise catholique fait vivre un véritable enfer aux personnes homosexuelles.
    Oui, je sais qu'il y a dans l'Eglise des personnes très dangereuses pour nous.
    Je crois que ces personnes nous parlent plus d'elles plus que de nous!
    Une sœur de notre Communion Béthanie me disait à propos d'un évêque : « Il parle de lui en projetant tout cela à l'extérieur. Processus de défense bien connu en psychologie »
    Je crois avoir été très clair dans mon livre-témoignage : « Libre. De la honte à la lumière » Presses de la Renaissance 2011, préface de sœur Véronique Margron op.
    J'ai exprimé là environ 50%, de ce que j'aurai pu dire...!
    Il est urgent que naisse dans nos communautés des espaces d'écoute et de reconnaissance pour toutes les victimes.
    Les abus de pouvoir, les « il n'y a qu'à », les « il faut que... » font des ravages considérables.

    Depuis plusieurs années, j'essaye d'être à l'écoute de nombreux prêtres homosensibles.
    Certains vivent cette réalité dans une certaine paix, d'autres ont quittés le ministère.
    D'autres vivent une double, une triple vie...
    Loin de moi, l'idée de les juger.
    Ma vie me donne de comprendre un peu la complexité d'un chemin humain (cf. le portrait de Jacques dans : « Homosexuels et transgenres, chercheurs de Dieu » Adrien Bail Éditions Nouvelle Cité, septembre 2015).

    Il faudra bien, me semble-t-il, que nous sortions de l'impasse, comme le dit, avec la sagesse que nous lui connaissons, notre ami Claude Besson (cf. son ouvrage : « Homosexuels catholiques, sortir de l'impasse » Éditions de l'Atelier)

    La sexualité, l'affectivité, les questions d'identité ne sont-elles pas le lieu d'une grande vulnérabilité?
    Alors, pourquoi tant de haine, de violence sur ce lieu où nous sommes tous si fragiles et donc si beaux?

    Ne partez pas! Restez avec nous!

    Modestement, à notre place nous avons à construire l'Eglise.
    Si j'ai rencontré des personnes dangereuses dans l'Eglise, je crois avoir rencontré beaucoup plus, de personnes bienveillantes, humbles, paisibles, simplement humaines.
    Encore ces jours derniers, ce moine chartreux dont le sourire est un reflet du sourire de Dieu.
    Avec lui, en toute simplicité, en profonde vérité, j'ai pu laisser monter, une fois de plus mon cri primal (cf. Jean Vanier) :
    « M'aimes-tu?
    Suis-je aimable?
    Ai-je une valeur? »
    J'ai croisé dans son regard la bonté d'un être qui ne juge pas.
    Là est la beauté de l'Eglise, la splendeur de l'Eglise.
    Une Eglise pauvre pour les pauvres...
    Comme le dit si justement ce proverbe oriental : « Avant de juger quelqu'un, mets ses sandales »

    Avec vous, cher père Krzysztof, dans votre nouvel état de vie, avec mes sœurs, mes frères, nos ami(es), nos pasteurs, « in fine », cette Eglise que nous aimons, j'aimerais tant être le visage de Jésus.
    Ce visage qui est attendu par notre monde, non comme un code de bonne conduite, mais comme une source d'eau vive.

    « L'Évangile demeure pour l'Eglise la source vive d'éternelle nouveauté, contre qui veut l'endoctriner en pierres mortes à lancer contre les autres » François, pape.

    Priez pour moi, merci.

    2015-11-01-Jean-Michel.jpgJean-Michel+, votre frère prieur de la Communion Béthanie

  • [Prieur] J'ai rencontré un ami

    Ce samedi 5 septembre 2015 (fête du bienheureux père Jean-Joseph Lataste), j'ai eu la joie de vivre le 50ième anniversaire de mon baptême à Montferrand-le-Château.
    J'étais invité par nos sœurs dominicaines de Béthanie. http://www.dominicainesdebethanie.org
    Là, j'ai rencontré un ami :

    2015-09-07-Jean-Joseph-LATASTE.jpgJean-Joseph Lataste, frère dominicain, fondateur de la congrégation des dominicaines de Béthanie.

    « L'originalité de sa fondation tient à ce qu'il réunit dans une même communauté de vie contemplative des femmes quel que soit leur passé : le trottoir, la prison ou les meilleurs collèges »  frère Jean-Pierre-Brice Olivier OP

    Depuis 10 ans, notre Communion Béthanie reçoit du père Lataste le charisme de pudeur et de discrétion (cf. notre charte).
    Lors de notre vœu de charité (engagement définitif), avant le rite du lavement des pieds, nous nous engageons à vivre au quotidien cette discrétion.

    « Dans l'évangile, Jésus ne pose jamais de questions à ceux qui viennent à lui. Il n'y a pas d'enquête, pas de curriculum vitae... La discrétion à Béthanie prend source dans la grâce de Dieu et se veut signe de l'amour fraternel, les sœurs comme chaque visiteur en bénéficient » frère Jean-Pierre-Brice Olivier OP

    Notre vie en Communion Béthanie se fonde sur le Christ et non sur nos histoires intimes.

    À ce propos, je tiens à remercier encore, Adrien Bail, journaliste.
    Dans l'ouvrage « Homosexuels, transgenres, chercheurs de Dieu » (Éditions Nouvelle Cité), il a su trouver le ton pudique pour montrer nos visages.

    Je relance notre famille spirituelle sur le chemin initié dans l'Eglise par le bienheureux Jean-Joseph.

    « Dieu ne nous demande pas ce que nous fûmes, il n'est touché que de ce que nous sommes » et
    « L'esprit et l'âme de la maison de Béthanie... c'est cette fraternité de la grâce... cette charité du Christ effaçant entre elles toutes distances et toutes distinctions. » Bx. Jean-Joseph Lataste

    Je relance notre famille spirituelle sur la route de la miséricorde, à vivre et à rayonner;
    Dans quelques semaines, nous entrerons dans l'Année Sainte de la Miséricorde. À la suite de sainte Marie Madeleine, notre sœur, notre mère, soyons une terre de silence et de miséricorde.

    « Je ne sais rien de beau comme cette innocence de Marie Madeleine recouvrée dans les larmes et dans l'amour » Bx. Jean-Joseph Lataste
    « Nul ne peut imposer une limite à l'amour de Dieu qui pardonne » François, pape, Misericordiae Vultus

    En Eglise, nous garderons notre liberté de ton.
    Nous ne nous laisserons instrumentaliser par personne, par aucune institution...
    Passerelle de réconciliation, hors-cadre, nous vivrons la densité et la légèreté d'une humble fraternité.
    Sœur et frère : notre unique et seul titre, notre unique et seul appel!

    Je reviens de Franche-Comté avec dans le cœur et sur les lèvres, l'expression qui fût celle du père Lataste quittant la prison de Cadillac où il venait de prêcher une retraite en 1864 :

    « J'ai vu des merveilles! J'ai vu des merveilles. »

    Bienheureux Jean-Joseph, dans l'humble maison de Béthanie, fais-nous comprendre que la bonté est ce qui ressemble le plus à Dieu.

    Jean-Michel+, frère prieur de la Communion Béthanie