Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Les pépites de notre retraite chez les sœurs du Cénacle à Versailles les 27-28 novembre 2016

    2016-11-27-Senacle-à-Versailles.jpgUne maison chaleureuse, un parc aux couleurs flamboyantes, pour la retraite d’automne de la Communion Béthanie, nous avons une nouvelle fois eu la joie d’être accueillis à Versailles chez les sœurs du Cénacle.


    Nous étions une cinquantaine de retraitants, frères et sœurs et amis de la Communion venant de toute la France et de la Suisse.

    « Incarner la miséricorde »

    Pour cette édition 2016, Véronique Margron, dominicaine et théologienne, est venue nous offrir des paroles fortes sur le thème de la miséricorde. Une belle manière de prolonger l’élan initié par le pape François durant l’année jubilaire.

    « Mon Dieu ma miséricorde ! Que vont devenir les pécheurs ? ».
    Évoquant les mots de Saint Dominique, notre sœur Véronique a développé une stimulante réflexion sur le sens même du mot « miséricorde » chez le fondateur de l’ordre des dominicains. L’invocation en forme de cri de St Dominique remonte des entrailles bouleversées de celui qui voit la misère de l’autre. Cette façon d’ « avoir la misère à cœur » ne se réduit pas à de l’émotionnel. L’élan miséricordieux devra se traduire dans un agir. « Ce que vous avez fait aux plus petits d’entre les miens, c’est à moi que vous l’avez fait » (Mathieu 25, 45). Mais attention, pour Dominique l’agir miséricordieux ne se réduit pas au FAIRE, à une liste de « bonnes œuvres » à exécuter par devoir. Cet agir est avant tout une manière d’ETRE au monde. Cette qualité de présence à moi-même, à Dieu et aux autres devient force de transformation. Recevoir de Jésus Christ sa façon d’être au monde fait de moi un co-créateur de miséricorde que mon corps de chair et d’Esprit pourra discrètement mais sûrement diffuser…

    La miséricorde est « puissance du minuscule »

    « Qu’est-ce que je peux y faire ? »
    Nous faisons tous l’expérience amère de nous retrouver impuissants face au trafic du monde. Sœur Véronique nous invite à recevoir la miséricorde comme une force, mais comme une puissance qui se déploiera dans l’humble ordinaire de notre quotidien. C’est la force du geste, du regard, de la parole, le minuscule qui porte fruit, comme la graine dans la terre. Il n’y a rien de dérisoire dans cet ordinaire puisque Jésus Christ, lui-même, l’a épousé.

    7 manières de dire la miséricorde

    2016-11-27-Véronique-Margron.jpgPoussant encore plus profond sa réflexion, Véronique Margron nous a invité à ré- entendre les paroles que Jésus prononce sur la Croix. Ce passage de la passion illustre bien comment le Christ, recevant la miséricorde de son Père, la redonne à la multitude des hommes, jusqu’à l’extrême de sa vie. Les 7 paroles du Christ en Croix commentées par Véronique sont de véritables « pépites spirituelles ». Ne pouvant tout restituer, en voici trois illustrations :

    « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font » (Luc, 23.34)
    Alors que Jésus fait face à ses bourreaux, il remet à un autre, son Père, la question du pardon. Ce qui nous paraît souvent impossible, pardonner, est laissé à Dieu. Comme le dit sœur Véronique « A nous l’art du possible, à Dieu l’art de l’impossible ». Jésus, en adressant son « Pardonnes leur » rejoint toutes nos impossibilités de pardonner. Cette parole est aussi éminemment créatrice de miséricorde car elle ouvre un avenir aux bourreaux.

    « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » (Marc 15.34)
    Dans ce cri du Fils, il y a tous nos cris quand nous vivons la désolation, l’effondrement, la douleur abyssale. Jésus, vivant totalement la condition humaine vient habiter notre désolation. « Il ne nous sauve pas DU malheur. Il nous sauve DANS le malheur, y habitant avec nous. » Prends ton grabat-désolation et marches ! C’est encore la force créatrice de la miséricorde.

    « J’ai soif ! » (Jean 19.28)
    Jésus, celui qui est l’eau vive, a soif ! Et Il ne peut étancher sa soif lui-même, lui qui est l’eau vive des autres ! Lui, la miséricorde faite chair, nous implore car il n’est pas Dieu sans nous. Cette parole de Jésus fait de nous des co-acteurs de la miséricorde.

    Durant ce weekend, au cœur de l’eucharistie du premier dimanche de l’Avent, nous avons eu la joie de célébrer l’accueil en Communion Béthanie de notre frère M. Nous avons aussi accompagné notre frère B. dans son entrée dans le temps de Nazareth.

    En toute fraternité,
    Votre sœur Béatrice.

     

  • Pause méditation du lundi 28 novembre 2016

    Frère Roger est un prophète pour notre temps. Il a centré toute sa vie sur le Christ, au nom duquel il accueillait toute personne, quels que soient ses origines, son passé, son âge, sa religion. Homme de prière, le fondateur de la communauté œcuménique de Taizé n’a cessé d’encourager les hommes à se réconcilier. Son testament spirituel continue de soutenir ceux et celles qui souhaitent développer un monachisme intérieur. Nous vous proposons des paroles et des prières de Frère Roger pour nourrir chaque semaine la vie intérieure à la suite du Dieu Trinité. (Citations tirées du livre « Vivre pour aimer » Ed. Les Presses de Taizé, 2010.)

     

    Frère Roger

     

     

    Une paix sur la terre se prépare dans la mesure où chacun ose s’interroger : suis-je disposé à chercher une paix intérieure, prêt à avancer avec désintéressement ? Même démuni, puis-je être ferment de confiance là où je vis, avec une compréhension pour les autres qui s’élargira toujours davantage ?

  • 1er dimanche de l’Avent, le 27 novembre 2016

    2016-11-27-Avent-1.jpgLes personnes transgenres, parce qu'elles sont un don de Dieu souvent mésestimé par l'Eglise, représentent la « pupille » de nos yeux !
    Ce sont nos sœurs et amies transgenres qui vont nous accompagner pendant le temps de l'Avent dans les méditations du dimanche. Ouvrons nos cœurs à leurs perceptions de notre monde appelé à se transformer à « son image et sa ressemblance ».


    « Veillez, vous ne connaissez pas le jour où le maître viendra ». Matthieu 24

    Le Seigneur nous apprend à être dans une attente confiante de sa Présence discrète et réelle, signe de sa venue parmi nous.

    Le Seigneur nous apprend à être patient-e, nous qui si souvent faisons preuve d'impatience dans nos vies, lorsque cela ne se passe pas comme nous le voulons.

    Le Seigneur nous apprend à rester dans la Foi quand tout semble perdu.

    Le Seigneur nous apprend à aimer et à pardonner lorsque l'envie de faire du mal nous submerge.

    Le Seigneur nous apprend à croire au soleil même quand il pleut, à croire en l’Amour même quand nous ne le voyons plus, à croire en DIEU même quand il se tait.

    Oui, continuons à veiller et croire en sa venue, même contre toute attente, car c'est bien dans l'abandon à sa Présence si douce et forte à la foi(s), que nous trouvons l'abondance dans la VIE.

    Votre sœur Loan

  • Pause prière - pause regard du 24 novembre 2016

    Terre de silence et de miséricorde, notre Communion Béthanie souhaite offrir à chaque personne un espace d'intériorité, de méditation, de prière. Notre appel, notre désir : vivre une vie de foi, car... « La foi n'est pas l'aboutissement de nos efforts, elle est un don de Dieu. C'est Dieu qui nous donne jour après jour d'avancer dans nos hésitations vers la confiance en lui. » Frère Roger de Taizé.

    Les frères et sœurs de la Communion Béthanie

    Prière à l'inconnu
    2016-11-24-Prière-à-l'inconnu.jpgVoilà que je me surprends à t'adresser la parole,

    Mon Dieu, moi qui ne sais encore si tu existes Et ne comprends pas la langue de tes églises chuchotantes.
    Je regarde les autels, la voûte de ta maison, Comme qui dit simplement: voilà du bois, de la pierre, Voilà des colonnes romanes.
    Il manque le nez à ce saint.
    Et au-dedans comme au-dehors, il y a la détresse humaine.
    Je baisse les yeux sans pouvoir m'agenouiller pendant la messe, Comme si je laissais passer l'orage au-dessus de ma tête.
    Et je ne puis m'empêcher de penser à autre chose.
    [...]
    Mon Dieu, je ne crois pas en toi, je voudrais te parler tout de même.
    J'ai bien parlé aux étoiles, bien que je les sache sans vie, Aux plus humbles des animaux, quand je les savais sans réponse, Aux arbres qui, sans le vent, seraient muets comme la tombe.
    Je me suis parlé à moi-même, quand je ne sais pas bien si j'existe.
    Je ne sais si tu entends nos prières, à nous les hommes, Je ne sais si tu as envie de les écouter.
    Si tu as, comme nous, un cœur qui est toujours sur le qui-vive Et des oreilles ouvertes aux nouvelles les plus différentes Je ne sais pas si tu aimes à regarder par ici.
    Pourtant je voudrais te remettre en mémoire la planète terre Avec ses fleurs, ses cailloux, ses jardins et ses maisons Avec tous les autres et nous qui savons bien que nous souffrons.
    Je veux t'adresser sans tarder ces humbles paroles humaines Parce qu'il faut que chacun tente à présent tout l'impossible.
    [...]
    Ah ! Si tu existes, mon Dieu, regarde de notre côté.
    Viens te délasser parmi nous.
    La terre est belle, avec ses arbres, ses fleuves et ses étangs, Si belle, que l'on dirait que tu la regrettes un peu Mon Dieu, ne va pas faire la sourde oreille Et ne va pas m'en vouloir si nous sommes à tu et à toi Si je te parle avec tant d'abrupte simplicité.
    Je croirais moins qu'en tout autre en un Dieu qui terrorise.
    Plus que par la foudre, tu sais t'exprimer par les brins d'herbe Et par les jeux des enfants et par les yeux des ruisseaux.
    [...]
    Jules Supervielle in La fable du monde, Ed : Poésie-Gallimard, 1987

    0000 2016-09 Prière.jpgEn ta tendresse infinie, Père, par Jésus le Christ, nous sommes en action de grâce pour les fruits spirituels de cette Année Sainte de la Miséricorde, le mouvement œcuménique, les temps de prière en Communion Béthanie à Lille, Lyon, Paris, Montpellier.

    En ta tendresse infinie, Père, par Jésus le Christ, nous te prions pour C., G., E., R., R., P. et son service d'Église, M., T., R., les personnes qui vivent en grande précarité, notre frère P. et son travail social, la fécondité de notre retraite au Cénacle de Versailles, nos ami(es) de Turin, les personnes transgenres qui nous proposeront les méditations de cet Avent, de ce Noël 2016.

  • Pause méditation du lundi 21 novembre 2016

    Frère Roger est un prophète pour notre temps. Il a centré toute sa vie sur le Christ, au nom duquel il accueillait toute personne, quelque soit ses origines, son passé, son âge, sa religion. Homme de prière, le fondateur de la communauté œcuménique de Taizé n’a cessé d’encourager les hommes à se réconcilier. Son testament spirituel continue de soutenir ceux et celles qui souhaitent développer un monachisme intérieur. Nous vous proposons des paroles et des prières de Frère Roger pour nourrir chaque semaine la vie intérieure à la suite du Dieu Trinité. (Citations tirées du livre « Vivre pour aimer » Ed. Les Presses de Taizé, 2010.)

     

    Frère Roger

     

     

    Si certains sont saisis par l’inquiétude du futur, et s’en trouvent immobilisés, il y a aussi, à travers le monde, des jeunes inventifs, créateurs. 

     

    Ils savent que Dieu ne nous a pas faits pour être passifs. Pour eux la vie n’est pas soumise aux hasards d’une fatalité. Ils en sont conscients : ce qui peut paralyser l’être humain c’est le scepticisme ou le découragement.

  • Conférence de Jean-Michel à Rouen le 29 novembre

    Cher-e-s Ami-e-s de la Communion Béthanie,

    Le diocèse de Rouen propose, le 29 novembre 2016, une conférence de notre frère prieur sur son parcours de catholique homosexuel en rapport avec son livre.

    2016-11-29-affiche-conférence.jpg



    Si vous êtes dans la région, venez le soutenir.

    Nous confions cette rencontre à votre prière pour que l’Église Catholique Romaine s’ouvre toujours plus aux personnes homosensibles et transgenres.

  • Pause prière - pause regard du 17 novembre 2016

    Terre de silence et de miséricorde, notre Communion Béthanie souhaite offrir à chaque personne un espace d'intériorité, de méditation, de prière. Notre appel, notre désir : vivre une vie de foi, car... « La foi n'est pas l'aboutissement de nos efforts, elle est un don de Dieu. C'est Dieu qui nous donne jour après jour d'avancer dans nos hésitations vers la confiance en lui. » Frère Roger de Taizé.

    Les frères et sœurs de la Communion Béthanie

    2016-11-17-Terre.jpgÊtre là, Seigneur, lorsque la nuit tombe,
    être là, comme une espérance,
    peut-être allons-nous toucher le bord de Ta lumière.....

    Être là, seigneur, dans la nuit,
    avec au fond de soi cette formidable espérance :
    peut-être allons-nous aider un homme très loin de nous à vivre.

    Être là, Seigneur, n'ayant presque plus de parole
    comme au fond du cœur qui aime,
    n'ayant plus de regard ailleurs
    que sur ce point de feu d'où émerge
    la vie qui nous change en flamme.

    Être là, Seigneur, comme un point tranquille
    tourné vers Toi.

    Être là avec tous ceux qui nous tiennent à cœur,
    et savoir que nous nous entraînons tous dans Ta lumière,
    et pas un instant est perdu.

    Être là, Seigneur, nous abreuver à la source
    qui indéfiniment coule.

    Dieu de paix dont la paix n'est pas de ce monde,
    Dieu d'une vie qui abolira toute mort
    Dieu compagnon qui Te tient tous les jours en nous,
    Sois avec nous maintenant et pour l'éternité.
    Ainsi soit-il.

    Sœur Myriam (1925-2000)

    0000 2016-09 logo CB.jpgEn ta tendresse infinie, Père, par Jésus le Christ, nous sommes en action de grâce pour tous les gestes de paix en notre monde, tous les chemins de réconciliation, même les plus modestes.

    En ta tendresse infinie, Père, par Jésus le Christ, nous te prions pour les victimes de la violence partout en notre monde, S., J., les personnes transgenres seules, notre amie B. et sa mère malade, L. et C. ainsi que leurs familles, Cécile en sa fête, I. et sa famille, P., un enfant de huit ans gravement malade confié à notre prière, la fécondité en nos vies de cette Année Sainte de la Miséricorde, car nous avons encore tant de chemin à parcourir pour croiser ton regard de Miséricorde.

     

  • Pause méditation du lundi 14 novembre 2016

    Frère Roger est un prophète pour notre temps. Il a centré toute sa vie sur le Christ, au nom duquel il accueillait toute personne, quelque soit ses origines, son passé, son âge, sa religion. Homme de prière, le fondateur de la communauté œcuménique de Taizé n’a cessé d’encourager les hommes à se réconcilier. Son testament spirituel continue de soutenir ceux et celles qui souhaitent développer un monachisme intérieur. Nous vous proposons des paroles et des prières de Frère Roger pour nourrir chaque semaine la vie intérieure à la suite du Dieu Trinité. (Citations tirées du livre « Vivre pour aimer » Ed. Les Presses de Taizé, 2010.)

     

    Frère Roger

     

     

    Lutte et contemplation : serions nous conduits à situer notre existence entière entre ces deux pôles ? Dans la prière comme dans la lutte rien n’est si grave si ce n’est de perdre l’amour. 

    Le pressens-tu ? Lutte et contemplation ont une seule et même source : le Christ qui est amour. Si tu pries, c’est par amour. Si tu luttes pour rendre visage humain à l’homme exploité, c’est encore par amour. Au risque de perdre ta vie par amour, vivras tu le Christ pour les hommes ? 

  • Pause prière - pause regard du 10 novembre 2016

    Terre de silence et de miséricorde, notre Communion Béthanie souhaite offrir à chaque personne un espace d'intériorité, de méditation, de prière. Notre appel, notre désir : vivre une vie de foi, car... « La foi n'est pas l'aboutissement de nos efforts, elle est un don de Dieu. C'est Dieu qui nous donne jour après jour d'avancer dans nos hésitations vers la confiance en lui. » Frère Roger de Taizé.

    Les frères et sœurs de la Communion Béthanie

    2016-11-10-Vivant.jpgIl importe
    D’être vivant.

    Il importe
    Que mon visage soit le seuil et le cadran
    Que tout regard, que tout rayon y marque l’heure
    Que le jour tienne table ouverte en ma demeure
    Que ma maison soit une fontaine pour le passant.

    Il importe
    Que j’offre le pain frais avec le sel de l’âge
    Que jamais je ne sois repu de partager
    Que le premier venu s’attable pour manger
    Puis sans payer l’écot reprenne son voyage.

    Il importe
    De tout donner, de n’attendre rien, même de Dieu
    D’être ici pour les sans feu ni lieu
    Pour les sans Dieu.

    Il importe
    D’être vivant.

    Pierre Emmanuel in Œuvre poétique


    0000 2016-09 Prière.jpgEn ta tendresse infinie, Père, par Jésus le Christ, nous sommes en action de grâce pour la rencontre dans le diocèse de Nanterre, le livre de Devenir Un En Christ, « Foi, Homosexualité, Eglise ».

    En ta tendresse infinie, Père, par Jésus le Christ, nous te prions pour M. sur son chemin d'éternité, D. et sa famille, R. et sa santé, nos frères Léon et Martin, en leur fête, D., C., C., N. et tous les siens, sœurs L. et M.-L. sur leur chemin d'éternité, nos sœurs franciscaines, T., A., V., P.-H., nos bienfaiteurs et nos bienfaitrices, la paix en notre monde, les artisans de paix, de réconciliation.

  • Pause méditation du lundi 7 novembre 2016

    Frère Roger est un prophète pour notre temps. Il a centré toute sa vie sur le Christ, au nom duquel il accueillait toute personne, quelque soit ses origines, son passé, son âge, sa religion. Homme de prière, le fondateur de la communauté œcuménique de Taizé n’a cessé d’encourager les hommes à se réconcilier. Son testament spirituel continue de soutenir ceux et celles qui souhaitent développer un monachisme intérieur. Nous vous proposons des paroles et des prières de Frère Roger pour nourrir chaque semaine la vie intérieure à la suite du Dieu Trinité. (Citations tirées du livre « Vivre pour aimer » Ed. Les Presses de Taizé, 2010.)

     

    Frère Roger

     

    Dieu de miséricorde, nous avons une si grande soif de la paix du cœur. Et l’évangile nous donne de percevoir que, même aux heures d’obscurité, tu nous aimes et tu nous veux heureux.

     

  • Pause prière - pause regard du 3 novembre 2016

    Terre de silence et de miséricorde, notre Communion Béthanie souhaite offrir à chaque personne un espace d'intériorité, de méditation, de prière. Notre appel, notre désir : vivre une vie de foi, car... « La foi n'est pas l'aboutissement de nos efforts, elle est un don de Dieu. C'est Dieu qui nous donne jour après jour d'avancer dans nos hésitations vers la confiance en lui. » Frère Roger de Taizé.

    Les frères et sœurs de la Communion Béthanie

    2016-11-03-Béatitudes.jpgLes béatitudes ?
    Pas de quoi être béat, car Jésus s’adresse à des victimes, à des visionnaires et à des résistants.
    Des victimes comme les pauvres du souffle, les dépouillés, les endeuillés, les écrasés par l’injustice, les injuriés, accusés, persécutés.
    Des visionnaires comme les pacifiques et les humbles, les translucides, les ravis.
    Des résistants comme les miséricordieux, les non-violents.

    Les béatitudes ?
    Comme le Royaume de Dieu déjà là et commencé dès maintenant mais pas achevé.
    Comme un bonheur encore secret mais promis à un éclatement définitif.
    Comme un bonheur paradoxal malgré la dure réalité des malheurs présents.

    Les béatitudes ?
    Comme un renversement des choses établies en ce monde, de la loi du faible et du fragile toujours bafouée.

    Les béatitudes ?
    Comme une promesse qui se réalise et se conjugue au présent comme au futur et donc à-venir.
    Un grand chantier d’où jaillit une merveille dont nous sommes les témoins.
    Promesse pour les victimes :
    un lieu bien à eux où ils sont rois avec du réconfort et de la justice.
    Promesse pour les visionnaires :
    une terre promise, de la clairvoyance et de la plénitude.
    Promesse pour les résistants, de la miséricorde, une vraie famille de frères,
    Et pour tous de la ré-jouissance.

    Les béatitudes ?
    Comme une bénédiction de Dieu qui dit sa préférence pour les victimes, les visionnaires et les résistants. Comme un appel à se mettre en marche vers un monde meilleur.

    Les béatitudes ?
    Comme le credo de Jésus, sa confession de foi et son testament.

    Jésus nous révèle qui est son Dieu :
    Un Dieu dont les visages sont à découvrir autour de nous
    Un Dieu qui se fait connaître, pas mystérieux du tout ni cachottier
    Un Dieu fragile et donc tout sauf un Dieu tout puissant protecteur
    Un Dieu de douceur et donc savoureux à consommer sans modération
    Un Dieu de réconfort et donc présent et proche
    Un Dieu de justice et de révolte capable de s’indigner
    Un Dieu de miséricorde et donc ni juge et ni bourreau
    Un Dieu aimant sans partage et donc à cent pour cent et sans hypocrisie
    Un Dieu de paix sans division ni blindé
    Un Dieu écrasé, persécuté, exclu et bafoué et donc qui prend des coups

    Un Dieu de joie et de bonheur et donc contagieux !!!

    P. Vincent GRUBER

    0000 2016-09 Prière.jpgEn ta tendresse infinie, Père, par Jésus le Christ, nous somme en action de grâce pour le voyage du pape en Suède, la diversité des dons de l'Esprit dans l'Eglise, le chemin œcuménique et sa poursuite, la rencontre de notre conseil.

    En ta tendresse infinie, Père, par Jésus le Christ, nous te prions pour notre frère E., C., S., K., C., H., D., C., les chrétiens en Syrie, en Irak, le patriarche des chaldéens Louis-Raphaël Sako, le colloque sur l'homosexualité dans le diocèse de Nanterre et ses organisateurs.