Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Vœux de paix pour 2015


    Chères sœurs, chers frères,
    chères amies, chers amis,

    Au nom de toute notre Communion Béthanie, je vous présente mes vœux de paix, au seuil de cette année nouvelle 2015.
    Le vendredi 12 décembre dernier, dans le lycée, où j'ai la joie de servir comme animateur en pastorale scolaire (depuis vingt ans!), nous avons vécu une journée pour la paix.
    Dans l'après-midi, un concert réunissait jeunes et adultes offrant leur art (chant, danse, musique...) pour la paix dans notre monde.
    Avant cela, vers midi, nous avons planté, dans le parc, un olivier.

    2014-12-31-Olivier.jpgDeux lycéens de première, L. juif, N. musulman ont offert ce texte à deux voix, jaillissant de leur cœur. Je suis heureux de vous le partager, de me faire ainsi leur porte-parole.

    « Aujourd'hui! La paix!
    N. : En ce 12 décembre, notre communauté éducative veut marquer cette journée avec les couleurs de la paix. Aujourd'hui avec L., nous voulons porter témoignage et dire à tous : juifs, chrétiens, musulmans, filles et fils de Bouddha, de Confucius, athées ou agnostiques... que ce qui nous rassemble est plus fort que ce qui nous divise.
    L. : Oui N., notre présence à tous ici, autour de l'arbre de la paix doit être un signe fort. Il y a trop de racisme, d'antisémitisme, d'homophobie, de dénigrement. Notre monde est malade de la haine. Il nous faut agir ici et maintenant.
    N. : Chacun a un rôle à jouer pour instaurer un climat de paix authentique. En tant qu'individu, faire déjà la paix avec soi-même en désamorçant ses pensées négatives, en essayant d'être positif avec soi et avec les autres.
    L. : Vivre la paix, c'est aussi partager ensemble, ici dans ce lycée, des valeurs de respect, de tolérance. Oser dire NON à tout acte qui dégrade l'autre et faire taire l'insulte, la médisance, la rumeur, le harcèlement.
    N. : Oui vous tous ici, adultes ou jeunes, faites jaillir autour de vous des étincelles de paix... et ces étincelles de paix embraseront la terre.
    L. : Comme toi, et toi, et toi... La terre est ma patrie, l'humanité est ma famille.
    N. : Alors "Je fais le rêve, qu'un jour les hommes se lèveront et comprendront enfin, qu'ils sont faits pour vivre ensemble comme des frères".
    L. : Je fais le rêve, qu'un jour, chaque femme, chaque homme différent dans le monde entier, sera jugé pour sa valeur personnelle, non sur la couleur de sa peau ou de son appartenance religieuse et que les femmes, les hommes respecteront la dignité de la personne humaine.
    N. : Ce serait merveilleux! "Les étoiles pourraient enfin chanter ensemble!"
    L. : Si tu crois que l'amour est la seule force de dissuasion. Si tu crois que la paix est possible. Alors la paix viendra. »

    Avec vous, je veux croire, pour notre Communion Béthanie, pour nous, pour moi, que l'amour est la seule force de dissuasion.
    C'est bien dans nos qualités, nos limites, nos dons, notre vulnérabilité, nos fragilités, que peuvent germer la justice et la paix.
    Que cette année nouvelle 2015 soit donc, pour nous toutes et pour nous tous, une germination intérieure : transfiguration de notre monde !

    Avec ma tendre proximité,
    votre frère, Jean-Michel+
    prieur de la Communion Béthanie

  • Pause méditation lundi 29 décembre 2014

    Quelques paroles... comme un portail de clarté illuminant l'entrée dans la semaine et accompagnant nos pèlerinages intérieurs au lent rythme de la marche.

    Paroles de feu.

    Paroles qui nourrissent.

    Paroles qui saisissent et permettent de faire encore un pas vers la Source de toute Vie.

    Yallah !
    Belle route avec vos sœurs et frères de la Communion Béthanie+


    2014 avec Dieu appelle et Vivre par l'Esprit +

    En 1932, deux femmes remettent leur existence à Dieu et reçoivent dans leur prière, au jour le jour, des paroles de Vie.
    Deux livres vont naître de ce compagnonnage avec le Christ, que nous vous proposons de découvrir tout au long de cette année.

    allerdel'avant.jpg

    « Allez joyeusement de l'avant. Je suis avec vous. Aux yeux des hommes, votre tâche peut paraître impossible, mais avec Dieu, tout devient possible. »

    29 décembre, Dieu appelle.

  • Pause prière - pause regard du 25 décembre 2014

    La prière n’est pas autre chose qu’une rencontre avec le Christ. Nous nous y entretenons avec Lui comme avec un ami. Pour autant, ce tête-à-tête n’invite ni à l’isolement, ni à la négligence. Il refuse d’exclure autrui… Bien au contraire ! Le monde dans lequel nous vivons, les autres, sont présents dans ce dialogue qui se déroule dans l’intimité de notre prière, riche d’un élan fraternel et universel. 


    En effet, notre premier service, en qualité de sœurs et frères de la Communion Béthanie, est la prière quotidienne. À cette occasion, nous Lui présentons notre peuple homosensible et transgenre, comme nous Lui recommandons tous nos frères et sœurs en humanité : leurs attentes, leur espérance ainsi que leurs souffrances. Certes, nous ne sommes pas des spécialistes, mais nous essayons de répondre à nos mesures à cette invitation : « Priez les uns pour les autres » (Jc 5, 16). 

    Ainsi la prière nous relie-t-elle les uns aux autres, de façon discrète mais fructueuse, ouverte à tous comme respectueuse de l’identité – ou du pudique anonymat – de chacun.

    Les sœurs et frères de la Communion Béthanie
    ___________________________________________

    Il est né le Divin Enfant » avons-nous entonné cette nuit avec force et ferveur !
    Saurons- nous, chaque jour, faire naître Dieu en nos cœurs alors que la magie
    des jours de fêtes s’estompera ?
    Saurons- nous, chaque jour, faire vivre en nos cœurs, la pureté, la douceur, la tendresse ?
    Saurons-nous, chaque jour, faire résonner en nos cœurs, la Parole de la Bonne Nouvelle ?
    Saurons-nous, chaque jour, faire fleurir en nos cœurs, le respect, la liberté et la joie ?
    Saurons-nous, chaque jour, faire rayonner en nos cœurs, la pleine signification du merveilleux don de « Aimez-vous les uns-les autres » ?
    Saurons-nous, chaque jour, faire vibrer en nos cœurs, le OUI inconditionnel de Marie ?
    Saurons-nous, chaque jour, faire habiter en nos cœurs, Joseph le silencieux,
    le charpentier de la maison de Dieu parmi les humains ?
    Saurons-nous, chaque jour, être en nos cœurs, Son disciple ?
    Amen

    Marc Samuel+



    2014-12-25-coeurs.jpgEn ta tendresse infinie, Père, par Jésus le Christ, nous te prions pour N., A., M., R., le pape François, tous les pasteurs, J. sur son chemin d'éternité, notre sœur E., D. en action de grâce, C. et sa santé, P. et son ami, notre ami moine zen, le vénérable F. en cette étape importante sur sa route, N.,  E. et M., en leur fête, E., S. en leur fête, notre nouvelle sœur en alliance, M.-L. et sa communauté, les personnes souffrant de la solitude en cette fête de Noël.

  • Noël 2014


    2014-12-24--Etoile.jpgSeigneur, si tu veux m’attendre encore,
    Je serai le quatrième mage, parti de nulle part.
    Parti sans étoile aux cieux pour un voyage au bout du temps,
    Pour un voyage au bout de moi…
     
    Quand les ténèbres brouillent toutes pistes
    Quand ma boussole intérieure bat la chamade,
    Quand ma route s’emballe sur elle-même,
    Tu me montres quelque part dans la nuit l’étoile inconnue
    Que Tu fais lever pour moi.
     
    Tu me dis que je n’ai pas perdu ma vie,
    Ce temps que j’avais rêvé tout autre !
    Tu me dis que tu m’attends encore,
    Car la fête ne commencera pas sans moi.
     
    Et je t’offrirai mon enfance,
    Tapie sous les décombres de mon passé…
    J’adorerai l’Enfant de Noël,
    Comme on s’agenouille émerveillé
    Devant le miracle fragile d’une Parole enfin devenue vraie.
     
    Maintenant, je te vois en l’Enfant de Noël,
    T’agenouiller devant moi,
    Pour que je devienne enfin ton enfant.

    Lytta Basset

  • Pause méditation lundi 21 décembre 2014

    Quelques paroles... comme un portail de clarté illuminant l'entrée dans la semaine et accompagnant nos pèlerinages intérieurs au lent rythme de la marche.

    Paroles de feu.

    Paroles qui nourrissent.

    Paroles qui saisissent et permettent de faire encore un pas vers la Source de toute Vie.

    Yallah !
    Belle route avec vos sœurs et frères de la Communion Béthanie+


    2014 avec Dieu appelle et Vivre par l'Esprit +

    En 1932, deux femmes remettent leur existence à Dieu et reçoivent dans leur prière, au jour le jour, des paroles de Vie.
    Deux livres vont naître de ce compagnonnage avec le Christ, que nous vous proposons de découvrir tout au long de cette année.

    béthanie 2.jpg

    « Votre propre pensée peut aménager une parcelle de cette terre pour en faire un "jardin de Dieu", un Béthanie où votre Maître pourra se reposer, un endroit où Il pourra amener ses amis, ses pauvres et ses déshérités, afin de s'entretenir avec eux et de leur procurer du repos.»

    19 décembre, Dieu appelle.

  • 4ème dimanche de l’avent 2014

    Pour dire ensemble notre foi.

    2014-12-21-Crèche-sombre.jpgSeigneur de la nuit, Dieu de lumière,
    Visite mon étable obscure !
    Prépare en moi un lieu de naissance
    Pour que Noël ait lieu cette nuit (…)
     
    En tes mains de tendresse
    Je dépose ma peur de ne pas être…
    Cette nuit nous naîtrons
    d’un même souffle ;
    Tu prendras naissance en moi
    Pour venir au monde qui m’entoure,
    Et moi je naîtrai de toi,
    Accueillie comme une reine
    Accueilli comme un roi
    Jusqu’en mes recoins les plus sombres.
     
    Seigneur de la nuit, Dieu de lumière,
    Visite mon étable obscure !
    Prépare en moi un lieu de naissance
    Pour que Noël ait lieu cette nuit (…)
    Alors, enfin, dans mon désert
    Il y aura place pour les autres,
    Ceux que je te nomme maintenant
    Dans un silence
    Qui implore ta compassion.
     
    Lytta Basset

  • Pause prière - pause regard du 18 décembre 2014

    La prière n’est pas autre chose qu’une rencontre avec le Christ. Nous nous y entretenons avec Lui comme avec un ami. Pour autant, ce tête-à-tête n’invite ni à l’isolement, ni à la négligence. Il refuse d’exclure autrui… Bien au contraire ! Le monde dans lequel nous vivons, les autres, sont présents dans ce dialogue qui se déroule dans l’intimité de notre prière, riche d’un élan fraternel et universel. 


    En effet, notre premier service, en qualité de sœurs et frères de la Communion Béthanie, est la prière quotidienne. À cette occasion, nous Lui présentons notre peuple homosensible et transgenre, comme nous Lui recommandons tous nos frères et sœurs en humanité : leurs attentes, leur espérance ainsi que leurs souffrances. Certes, nous ne sommes pas des spécialistes, mais nous essayons de répondre à nos mesures à cette invitation : « Priez les uns pour les autres » (Jc 5, 16). 

    Ainsi la prière nous relie-t-elle les uns aux autres, de façon discrète mais fructueuse, ouverte à tous comme respectueuse de l’identité – ou du pudique anonymat – de chacun.

    Les sœurs et frères de la Communion Béthanie
    ___________________________________________


    C'est bien dans les manières de Dieu: ne rien faire comme prévu, venir alors qu'on ne l'attend pas, surgir là où il n'a rien à faire, emprunter des habits qu'on ne lui connaît pas, s'approcher de celui qui tend la main, se glisser dans les pages de l'agenda si serrées qu'il n'y a pas de place pour personne, se faire entendre dans le coup de téléphone énervant, sourire dans les yeux remplis de tendresse, demander de l'aide avec humilité…
    À croire que Dieu aime à surprendre ! Mais il est vrai que l'amour est la faculté quotidienne de surprendre: quand il n'y a plus de surprise, l'amour est en grand danger.
    Dieu aime à surprendre: c'est sa façon de raviver notre foi et d'éveiller notre attente.
    L'Avent est le temps des surprises de Dieu !

    Christiane SINGER

    2014-12-18-surprises-de-Dieu.jpgEn ta tendresse infinie, Père, par Jésus le Christ, nous te prions pour V., T., T. sur son chemin d'éternité, A. et sa santé, M. notre ami, C. et sa santé, Notre sœur E. et son papa sur son chemin d’éternité, Père O., en action de grâce pour notre sœur M. première religieuse en alliance avec notre Communion Béthanie, Sœur C., les personnes qui souffrent de la solitude en ces fêtes de Noël, les personnes qui (sur)vivent en grande précarité, les travailleurs sociaux, que notre charité se fasse créative, la paix, la réconciliation en notre monde.


  • Pause méditation lundi 15 décembre 2014

    Quelques paroles... comme un portail de clarté illuminant l'entrée dans la semaine et accompagnant nos pèlerinages intérieurs au lent rythme de la marche.

    Paroles de feu.

    Paroles qui nourrissent.

    Paroles qui saisissent et permettent de faire encore un pas vers la Source de toute Vie.

    Yallah !
    Belle route avec vos sœurs et frères de la Communion Béthanie+


    2014 avec Dieu appelle et Vivre par l'Esprit +

    En 1932, deux femmes remettent leur existence à Dieu et reçoivent dans leur prière, au jour le jour, des paroles de Vie.
    Deux livres vont naître de ce compagnonnage avec le Christ, que nous vous proposons de découvrir tout au long de cette année.

    vague.jpg

    « Il faut que les hommes voient et connaissent votre joie, et que, la voyant, ils comprennent qu'elle jaillit de votre confiance en Moi, de votre communion avec Moi.»

    21 novembre, Dieu appelle.

  • 3ème dimanche de l’avent 2014

    Prière à Notre-Dame de l’Avent

    2014-12-14-Notre-Dame-de-l’Avent.jpg La première, ô Marie,
    Tu as vécu l’Avent,
    la joyeuse attente de ton Fils.
     
    Tu étais là, quand Jean,
    le bébé d’Elisabeth,
    l’a reconnu et salué
    dès le sein de sa mère.
     
    Tu as repassé dans ton cœur
    les paroles du prophète Isaïe où déjà
    s’esquissait le visage de ton enfant.
     
    Tu as vu le trouble de Joseph
    se transformer en joie quand lui fût révélé
    le mystère que tu portais.
    Je t’invite donc, Ò Marie, dans mon Avent.
     
    Accompagne-moi chaque jour,
    que ta foi m’aide à pénétrer le mystère de ton Fils ;
    que ton espérance fasse de moi un veilleur,
    que ta joie habite mes journées comme un vêtement de fête.
     
    Marie de l’Avent,
    merci d’être là, toi ma sœur dans la Foi,
    toi la mère de mon Dieu.
     
    Georges Madore.


  • Pause prière - pause regard du 11 décembre 2014

    La prière n’est pas autre chose qu’une rencontre avec le Christ. Nous nous y entretenons avec Lui comme avec un ami. Pour autant, ce tête-à-tête n’invite ni à l’isolement, ni à la négligence. Il refuse d’exclure autrui… Bien au contraire ! Le monde dans lequel nous vivons, les autres, sont présents dans ce dialogue qui se déroule dans l’intimité de notre prière, riche d’un élan fraternel et universel. 


    En effet, notre premier service, en qualité de sœurs et frères de la Communion Béthanie, est la prière quotidienne. À cette occasion, nous Lui présentons notre peuple homosensible et transgenre, comme nous Lui recommandons tous nos frères et sœurs en humanité : leurs attentes, leur espérance ainsi que leurs souffrances. Certes, nous ne sommes pas des spécialistes, mais nous essayons de répondre à nos mesures à cette invitation : « Priez les uns pour les autres » (Jc 5, 16). 

    Ainsi la prière nous relie-t-elle les uns aux autres, de façon discrète mais fructueuse, ouverte à tous comme respectueuse de l’identité – ou du pudique anonymat – de chacun.

    Les sœurs et frères de la Communion Béthanie
    ___________________________________________

    Dieu, je crois qu’il est partout.
    Il est devant, derrière, sur les côtés,
    sous mes pieds, oui, sous mes pieds.

    Pourquoi ?
    Parce que quand sous mes pieds le terrain devient mou,
    eh bien ! il est là justement
    et il rend le terrain capable de recevoir la personne.

    Pourquoi ?
    Parce que Lui, il sait bien que le terrain est mou,
    alors il fait ça pour empêcher qu’on s’enfonce trop.
    Ce Dieu, le Seigneur, il est à l’intérieur de moi.
    Moi, je peux le quitter
    mais, Lui, il ne me quitte jamais.
    Quand je m’aperçois que je l’ai quitté,
    je me sens poussé à revenir vers Lui,
    revenir « dans sa façon »,
    c’est ça, la conversion.

    Comment je le sais qu’il rend le terrain mou
    capable de recevoir la personne ?
    Eh bien, c’est très simple !
    C’est parce que Lui est déjà passé par là,
    bien avant que moi j’y arrive.
    C’est ça qu’il faut comprendre.
    Alors moi, comme ça,
    je suis vraiment plus heureux au fond de moi-même.

    Quand je regarde ma vie,
    je sais ce qu’il faut pour m’empêcher de m’enfoncer trop,
    même si je suis toujours un zonard
    qui n’a pas encore réussi sa vie :
    l’emploi, le logement, l’argent et tout ça.
    Quand je le prie du fond de mon cœur, je lui dis :
    « Merci, Seigneur »,
    comme ça, sans plein de « Gloire à toi ! Alléluia ! »,
    les bras en l’air et tout le reste.

    Non, bien du fond du cœur, je lui dis aussi :
    « Si tu pouvais faire aux autres zonards
    ce que tu as fait pour moi ! »

    Prière de Lahsen, un homme qui vivait dans la rue dans le quartier des Halles.

    2014-12-11-Terrain-mou.jpgEn ta tendresse infinie, Père, par Jésus le Christ, nous te prions pour O., N.et sa santé, M.-C. et sa famille en deuil, D. en sa fête, M. et M. sur leurs chemins d’éternité, G., L. en action de grâce, M. notre nouvelle sœur en alliance, J.-L. le père de notre frère P., les communautés chrétiennes persécutées en Irak, nos sœurs et frères juifs, notre chemin d'Avent, chemin d'accueil de Celui qui vient combler les pauvres.

  • Retraite d’hiver de la Communion Béthanie chez les sœurs du Cénacle de Versailles, du vendredi 28 au dimanche 30 novembre 2014, premier week-end de l’Avent.


    L'Avent comme un temps pour réapprendre à vivre en présence du Seigneur. 
    2014-12-09-sœurs-du-Cénacle-de-VERSAILLES.jpgCette proposition féconde, inspirée des Évangiles, peut aussi bien donner le ton d’une récollection qu’exprimer un sentiment de paix retrouvée au terme d’une belle retraite. Aussi est-ce dans la joie et avec élan que les frères et sœurs de la Communion Béthanie, entourés de quelques-un(e)s de leurs ami(e)s, se réunissent chaque hiver en ce nouvel an liturgique. Ils savent en effet qu’ils seront nourris par la Parole et comblés  par les retrouvailles. 
    Un premier enseignement, animé par sœur Michèle Jeunet, éveille l'intérêt des retraitants dès le samedi matin en (re)situant les femmes dans l'Eglise, tant par la place qu'elles occupent dans les textes que par les fonctions qu'elles assurent dans l'institution. En substance, il s'agit d'éclairer les Écritures par une lecture féministe et inclusive, illustrée à cette occasion par une exégèse du passage de La Samaritaine.  Cette entrée en matière a permis une rencontre et un premier partage, suivis d'une méditation à la manière des exercices spirituels de St Ignace. L’après-midi s’organise ensuite autour d’une seconde intervention, celle d'Alice Chablis, venue parler d'un livre, intitulé Le Déni, dont elle est la co-auteure, et solliciter notre réflexion après avoir exposé son cheminement et son propos en termes clairs et précis. Il s’agit de témoigner des discriminations dont les femmes sont les victimes dans l'église, à l’aune d’une enquête approfondie et parfois sévère, mais toujours honnête et argumentée, à travers une Histoire de l’Eglise, notamment, qu’elle n’hésite pas à parcourir et à exploiter, pour étayer ses affirmations et mettre en lumière ses propositions. Les frères et  sœurs, leurs ami(e)s aussi, ont été sensibles à une approche dialectique qui met en tension la question de la singularité et le principe du bien commun. De même, le droit canon et le magister ont été évoqués dans leurs liens parfois problématiques avec la liberté et le charisme des hommes d’église en exercice, au quotidien, dans leur(s) paroisse(s). Un échange contradictoire a suivi certaines des conclusions énoncées, faisant émerger des variables et des divergences toujours intéressantes, et si les convictions des uns et des autres ont tenu ferme, le ton ne s’est jamais départi de cet esprit de fraternité qui nous unit.
    Au dîner, servi en abondance, avec toute la prodigalité et la bienveillance de nos hôtes,  a succédé une célébration eucharistique animée par Michel-Pierre : la liturgie de la Parole fut tout particulièrement l’occasion d’insister sur le sens et la signification de l’Avent …  à entendre comme le temps du désir, comme une mise en perspective stimulante qui, certes,  ne nie pas nos manques et nos attentes, mais qui choisit plutôt de tendre toute l’assemblée des croyants vers la fête de la Nativité prochaine comme un moment de joie intense et d’espérance confiante qui ne doivent plus faire aucun doute ! Chacun(e) a alors compris qu’une place l’attendait parmi les veilleurs, dans l'église comme dans le monde, durant tout ce mois de décembre, … Chacun(e) a également compris que cette joie, nous la partagions déjà ce soir-là, priant et entourant notre sœur Anne-Marie qui prononçait et fêtait son  entrée dans le Temps de Nazareth, à l'occasion d'un nouveau seuil, ô combien sérieux ! sur ce chemin offert par notre Seigneur au sein de la Communion Béthanie, l'engageant plus avant (Eh oui !) dans sa vocation de service … Si la célébration se veut simple, elle se donne aussi pour solennelle, grave et légère à la fois !  En effet, c’est parce qu’elle nous unit vraiment au Seigneur qu'elle noue plus solidement encore le lien fraternel qui nous rassemble. 
     Ce week-end, lumineusement chargé, est (trop) court mais intense. Il nous invite, chacun et chacune, à rendre grâce  pour tous ces beaux visages, visages nouveaux …  visages renouvelés ; il nous invite à recevoir chaque temps  d'échange et de partage comme un don gratuit qui répare et enchante nos vies, non pas en nous berçant d'une illusion grisante, mais en nous plongeant au cœur et au sein du réel, vigilants mais confiants, avec  Lui, dans le désir, toujours ... dans le déni, jamais !  

    À chacun et à chacune d'être veilleurs, 
    oui, veilleurs … mais veilleurs dans la joie !

    De tout cœur,
    Patrick, un frère de la Communion Béthanie

    Le dimanche matin nous avons partagé en 3 groupes sur « Toute ma vie je vais te bénir, lever les mains en invoquant ton nom. » Psaume 63.5.
    Chaque groupe a préparé une prière que nous avons partagée avant de nous disperser :


    Prière 1 : 

    2014-12-09-slam.jpgPour ces visages,
    Comme des rivages,
    Je te bénis.
     
    Pour ces cœurs d’or,
    Quand je m’endors,
    Je te bénis.
     
    Pour ces rencontres,
    Sans fausse honte,
    Je te bénis.
     
    Pour cette confiance
    Quand je me lance,
    Je te bénis.
     
    Pour l’émotion
    Dans mon action,
    Je te bénis.
     
    Quand dire du bien,
    Ca fait le lien,
    Je te bénis.
     
    Pour tout ce don
    Dans le pardon
    Je te bénis.
     
    Quand je me tais,
    Que tu te tais,
    Je nous bénis.


    Prière 2 :
     
    2014-12-09-croiser-les-poignets.jpgSeigneur, toute ma vie, je veux te bénir.
    Pour la vie que tu nous confies non dénuée de nuit.
    A la grâce de la prière, nous cheminons et pouvons l’accepter.
    Avec toi, j’ai envie de marcher avec plus de joie dans le cœur.
    Avec toi, présent en chaque frère et sœur, je ne serai plus jamais seul.
    Donne-nous envie d’avoir envie même les jours où tout n’est que vanité.
    Je sais, aujourd’hui, que tu ne peux pas lâcher ma main.
    Béni sois-tu, Seigneur.


    Prière 3 :
     
    2014-12-09-chaque-jour-comme-un-cadeau.jpgToute ma vie, je vais te bénir :
    Pour le désir de la rencontre,
    Pour nous accepter tel que nous sommes,
    Pour retrouver la légèreté de l’enfant intérieur,
    Pour considérer chaque jour comme un cadeau.

    Tu es celui qui nous permet
    De dénouer nos nœuds.
    De nous dépouiller de certaines certitudes.

    Aujourd’hui est un présent.
    Veiller, c’est espérer.

  • Pause méditation lundi 8 décembre 2014

    Quelques paroles... comme un portail de clarté illuminant l'entrée dans la semaine et accompagnant nos pèlerinages intérieurs au lent rythme de la marche.

    Paroles de feu.

    Paroles qui nourrissent.

    Paroles qui saisissent et permettent de faire encore un pas vers la Source de toute Vie.

    Yallah !
    Belle route avec vos sœurs et frères de la Communion Béthanie+


    2014 avec Dieu appelle et Vivre par l'Esprit +

    En 1932, deux femmes remettent leur existence à Dieu et reçoivent dans leur prière, au jour le jour, des paroles de Vie.
    Deux livres vont naître de ce compagnonnage avec le Christ, que nous vous proposons de découvrir tout au long de cette année.

    lumière.jpg

    « La gloire du monde, les applaudissements que recueille celui "qui parle les langues des hommes et celles des anges", qui appelle l'admiration et force l'attention, tout cela est voué à la disparition si ce n'est pas pénétré d'Amour ! »

    22 novembre, Dieu appelle.

  • 2ème dimanche de l’avent 2014

    2014 12 07 chemins de la paix.jpgVraiment, Seigneur, nous te disons notre bonheur de te célébrer en ce temps de l’Avent !

    Tu viens partager notre condition humaine et marcher avec nous en ce monde.
    Tu viens enseigner les chemins de la paix. Aux cœurs en attente et aux esprits éveillés tu viens manifester ton inlassable proximité à tous les moments de l’existence humaine.

    Vraiment, Seigneur, c’est un temps pour la joie,
    Car nous te regardons, toi, qui viens partager toutes les heures de notre vie, qu’elles soient tristes ou heureuses, graves ou joyeuses. Aux cœurs vigilants et aux esprits préparés, tu viens révéler la fidélité de ton amour.

    Tu viens ouvrir le chemin du salut pour tous, sans aucune exception, et annoncer que personne ne sera abandonné au pouvoir du mal et de la misère.

    C’est pourquoi, en ce début d’Avent, nous te disons notre bonheur de te chanter et de te célébrer.

    Extrait de réflexions de Salésiens Coopérateurs de Don Bosco

  • Pause prière - pause regard du 4 décembre 2014

    La prière n’est pas autre chose qu’une rencontre avec le Christ. Nous nous y entretenons avec Lui comme avec un ami. Pour autant, ce tête-à-tête n’invite ni à l’isolement, ni à la négligence. Il refuse d’exclure autrui… Bien au contraire ! Le monde dans lequel nous vivons, les autres, sont présents dans ce dialogue qui se déroule dans l’intimité de notre prière, riche d’un élan fraternel et universel. 


    En effet, notre premier service, en qualité de sœurs et frères de la Communion Béthanie, est la prière quotidienne. À cette occasion, nous Lui présentons notre peuple homosensible et transgenre, comme nous Lui recommandons tous nos frères et sœurs en humanité : leurs attentes, leur espérance ainsi que leurs souffrances. Certes, nous ne sommes pas des spécialistes, mais nous essayons de répondre à nos mesures à cette invitation : « Priez les uns pour les autres » (Jc 5, 16). 

    Ainsi la prière nous relie-t-elle les uns aux autres, de façon discrète mais fructueuse, ouverte à tous comme respectueuse de l’identité – ou du pudique anonymat – de chacun.

    Les sœurs et frères de la Communion Béthanie
    ___________________________________________

    Je ne crains pas Dieu qui se fait homme, 
    Dieu fragile, vulnérable, enfant. 
    Je crains bien plus l'homme qui se fait Dieu, 
    violent, barbare, impitoyable. 
    Mais il est plein de tendresse et de miséricorde, 
    le Dieu qui se fait homme. 
    Le Père nous offre sa vie, la vie de son Fils unique. 

    Ce n'est pas une fable, c'est du réel. 
    Aussi réel qu'un enfant en chair et en os. 
    Il s'appelle Jésus, cet enfant, 
    né de Marie ''au temps d'Hérode''. 

    Crois-tu cela ? 
    Vas-tu longtemps garder ton cœur blindé, 
    et convoquer Dieu au tribunal du possible, 
    où siège ta petite raison pleine de suffisance ? 
    Veux-tu te laisser faire un cœur d'enfant 
    pour te hausser à la taille du mystère ? 

    source : www.prier.be

    2014 12 04 Coeur enfant.jpgEn ta tendresse infinie, Père, par Jésus le Christ, nous te prions pour notre ami N. en sa fête, J.-F. sur son chemin d'éternité et sa famille, G. sur son chemin d'éternité, notre sœur A.-M. et sa famille, D., H., la famille de sœur B.-M., sœur M. qui entre en alliance avec notre Communion Béthanie, S., A., J.-B., notre chemin d'Avent, chemin de conversion.

  • 1er mardi de l’avent 2014

    2014 12 02 File attente.jpg









    Dieu,
    Tu as choisi de te faire attendre tout le temps d’un Avent.
    Moi, je n’aime pas attendre dans les files d’attente.
    Je n’aime pas attendre mon tour.
    Je n’aime pas attendre le train.
    Je n’aime pas attendre pour juger.

    Je n’aime pas attendre parce que je n’ai pas le temps
    et que je ne vis que dans l’instant.
    Tu le sais bien d’ailleurs,
    tout est fait pour m’éviter l’attente :
    les cartes bleues, les libres services, etc…

    Mais Toi, Dieu,
    Tu as choisi de te faire attendre le temps de tout un Avent,
    parce que tu as fait de l’attente l’espace de la conversion,
    le face à face avec ce qui est caché, l’usure qui ne s’use pas.
    L’attente de l’attente, l’intimité de l’attente qui est en nous
    parce que seule l’attente
    et que seule l’attente est capable d’aimer.

    Tout est déjà donné dans l’attente,
    et pour Toi, Dieu,
    attendre se conjugue Prier.

    d’après Jean Debruynne.