Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Carême - Page 5

  • Retraite en ligne du Carême 2009

    Retraite dans la Ville du 25 février au 12 avril 2009
    « Tu sais bien que je t’aime ! »


    La Communion Béthanie recommande à ses sœurs et frères Retraite dans la Ville, la retraite spirituelle sur Internet du carême organisée par les frères dominicains de Lille. La Retraite dans la Ville vous offre de faire gratuitement une démarche spirituelle à votre rythme, dans votre vie quotidienne.Retraiteville.jpg

    En vous inscrivant, vous recevrez chaque jour par e-mail une méditation. Vous pourrez écouter le temps de prière, déposer une intention de prière ou être accompagné(e). Avec le Jour du Seigneur, vous découvrirez chaque semaine une vidéo illustrant l’évangile du dimanche, par la troupe des Z’1pros, une troupe d’un quartier populaire de Lille.

    « Tu sais bien que je t’aime ! » est le thème de cette année.
    C’est le cri de Pierre à Jésus. Le soir de la Pâque, alors que Jésus est sur le point d’être arrêté, Pierre promet de donner sa vie pour le défendre. Il sera un des premiers à le renier. Pourtant dans sa rencontre avec le Christ ressuscité au bord du lac de Tibériade, Pierre lui redit, malgré sa faiblesse, son désir de l’aimer et de le suivre cette fois jusqu’au bout. C’est le cri de Dieu à chacun de nous.

    La Bible nous raconte l’histoire passionnante de Dieu qui ne cesse d’appeler l’homme pour lui dire Je t’aime d’un amour d’éternité. Il nous a dit, Lui qui ne meurt pas, qu’Il ne repousserait pas celui qui vient à Lui. C’est la réponse de l’homme à Dieu. Malgré le doute et les épreuves, nous cherchons, dans ce cri, à dire notre désir d’aimer Dieu et de le trouver dans nos vies. Nous avons tout ce carême pour lui répondre à notre manière.

    Pour vous inscrire et en savoir + : www.retraitedanslaville.fr

  • Entrée dans le carême

    Matthieu 6: 1-6,16-18

    Alleluia ! Alleluia ! Alleluia !
    Joie, car voici à nouveau le temps du carême.
    Un Dieu délicat dans son amour : voilà le Dieu en qui je crois, voilà le Dieu qui me comble de joie.
    Un Dieu qui révèle en plénitude sa délicatesse dans la ténèbre de la croix et la première lueur de Pâques.
    Que ce carême 2008 soit pour nous un temps béni, un temps d’allégresse et de grâce, pour cheminer vers la croix et le tombeau vide, tout baignés par la délicatesse de notre Dieu.
    Au seuil de ce temps, je me permets de vous inviter dans mon endroit discret où je prie le Père dans le secret.
    9fc3b4beba0b98124068231340a3c482.jpg
    Père très bon, Dieu de tendresse et ami de l’humanité,
    Béni sois tu d’avoir tracé pour nous le chemin de l’amour où tu t’avances à notre rencontre.
    Béni sois-tu pour ton fils Jésus, devenu l’un de nous pour cheminer avec nous.
    Béni sois-tu pour ta Parole qui vient baliser pour nous ce chemin.
    Tu sais combien de fois je me suis égaré, combien de fois j’ai capitulé ou rebroussé chemin.
    Tu ne cesses de me chercher, béni sois-tu.
    Viens à nouveau me montrer le chemin car j’ai soif de te rencontrer et de me rapprocher de tous ceux que tu m’as donné comme compagnons de route.
    Que ton Esprit Saint me conduise devant toi pour contempler celui en qui tu nous révèles pleinement ta tendresse : Jésus, transfiguré à travers sa défiguration sur la croix, amour délicat à jamais vainqueur dans la douce clarté de l’aurore pascale.

    Alors que je termine ce texte et qu’il est prêt à être envoyé, je ne peux résister à vous partager cette prière que je viens de recevoir du cœur d’un ami de la communion Béthanie.
    Cadeau de la prière partagée : note singulière de notre petite famille contemplative.

    Frère Jean-Michel

    Prière

    Appauvris-moi, Seigneur de toutes ces illusions qui me tiennent.
    Ne me charge pas de tant d’ambitions.
    Appauvris-moi, Seigneur, et fais de moi un amant joyeux de la pauvreté.
    Enrichis-moi, Seigneur de toute sagesse et simplicité.
    Remplis chaque jour mes yeux de ta vision.
    Enrichis, Seigneur, ma maison de toutes les portes que tu voudras, mais ne me donne pas de clés qui ne mènent à toi.
    Par l’élan de mon corps, par la clairvoyance de mon esprit, par la pureté de mon cœur et la beauté de mon âme, rapproche-moi de toi, Seigneur, rapproche-moi de toi, de toute la distance que je peux courir et rajoutes-y quelques pas.


    Lire Miettes de la Table Carême 2008 dans les documents téléchargeables.

  • Mercredi des Cendres

    Matthieu 6 : 1-6 , 16-18

    N’allons pas faire du carême un temps fort ; il est le temps du quotidien.

    Le temps fort, c’est Pâques : passage de la nuit du tombeau à la clarté de la vie. Passage de la Mer Rouge : une nuit pour échapper à la pression de l‘ennemi et s’engager sur la voie de la terre promise. Passage des eaux, baptême, moment furtif où il est dit du Christ et de chacun des baptisés depuis : « Tu es mon fils bien-aimé ; en toi j’ai mis tout mon amour. » C’est important les moments forts, dans nos vies, qui nous retournent comme des crêpes, qui nous convoquent à la vie, comme ça, en un clin d’œil, et tout est transformé... J’espère qu’on a chacun, dans sa vie, le souvenir d’un moment pareil...

    Mais bon, ce n’est pas le tout de la vie chrétienne, ces moments forts. La traversée de la mer se fait en une courte nuit, et puis il y a quarante ans de désert ; le temps pour Jésus d’être plongé dans le Jourdain et d’en ressortir, c’est rapide, et puis aussitôt il y a quarante jours de désert. Notre vie chrétienne, c’est aussi cela : un moment fort, un jour, une nuit, et ça irrigue toute une vie...souvent banale et quotidienne de quarante jours ou quarante ans ou plus... Le temps du carême, il est de cette couleur-là, la couleur du quotidien et du banal.

    De ce temps-là, Jésus nous dit qu’il est pour l’aumône, la prière, le jeûne. L’aumône, la prière, le jeûne, cela ne relève pas d’un temps fort, mais du quotidien banal de nos vies de tous les jours. Le propre du Carême, ce serait juste de nous le rappeler, comme une piqûre de rappel. Et comme cela relève du quotidien sans fard ni esbroufe, point besoin de mise en scène, de spectacle, de publicité ; rien que le quotidien des petites attitudes simples de la vie de tous les jours.

    Il n’y a d’ailleurs pas grand-chose non plus de nouveau dans ce que dit Jésus à ses disciples : un simple rappel de l’unique commandement, celui de l’amour de Dieu, du prochain et de soi. Pas un programme d’exception ; le même et unique programme pour tous les jours ordinaires de la vie. L’aumône, cela concerne ma relation à l‘autre, à mon prochain ; la prière, il en va de ma relation à Dieu ; le jeûne, c’est ma relation avec moi-même... Et tout cela est une affaire de tous les jours. Chaque jour pour vivre comme des justes, c’est-à-dire pour s’ajuster. Et s’ajuster à Dieu d’abord. Mais cela ne va pas sans s’ajuster aux autres et à soi. C’est tout un, dit l’évangile. Et c’est à redécouvrir chaque jour.

    On place souvent le carême sous le signe du renoncement. Mais cela ne marche que si on fait du carême un temps fort ; parce qu’on ne peut pas faire de toute sa vie un renoncement. Symbole du quotidien des jours, le carême est bien plutôt à placer sous le signe de l’abondance de vie à laquelle on aspire. Dieu ne veut pas que nous soyons mesquins dans notre soif de vie. Dieu ne veut pas que nous perdions notre temps à courir après de petites récompenses qui ne valent pas tripette. Non, Dieu veut donner beaucoup, comme d’habitude, c’est pour cela qu’il exhorte à renoncer aux petites récompenses mesquines et vaines de la gloriole et de la frime.

    Voilà donc le temps du carême : pas un temps factice d’exercices pieux à faire d’un air contrit ; mais le temps de Dieu, de la vie véritable, de sa présence en nous ; le temps de l’amour ;le temps de la conversion de nos rapports à Dieu, aux autres, à soi. Le temps de tous les jours de notre vie...et on a quarante jours pour s’en souvenir et s’en convaincre à nouveau !

    Jean-Luc-Marie FOERSTER,
    prieur du Couvent des Dominicains de Lille.