Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Deuxième dimanche de l’Avent 2018

Évangile du jour : Luc 3,1-6 « Jean, le fils de Zacharie»

L’an quinze du règne de l’empereur Tibère, Ponce Pilate étant gouverneur de la Judée, Hérode étant alors au pouvoir en Galilée, […] les grands prêtres étant Hanne et Caïphe, la parole de Dieu fut adressée dans le désert à Jean, le fils de Zacharie.
Il parcourut toute la région du Jourdain en proclamant un baptême de conversion pour le pardon des péchés, comme il est écrit dans le livre des oracles d’Isaïe, le prophète : Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers.
Tout ravin sera comblé, toute montagne et toute colline seront abaissées ; les passages tortueux deviendront droits, les chemins rocailleux seront aplanis ; et tout être vivant verra le salut de Dieu.

2018-12-09-Avent-2-désert.jpg

Coucher de soleil sur le désert du Namib à Walvis-bay


Laetitia
Et si je te demandais, comme ça, ce que ça t'évoque le « salut de Dieu » ?

Valérie
Le « salut de Dieu » ? Bah, je ne sais pas si je dois le dire mais écrit de cette façon, je visualise Dieu qui me dirait salut en me faisant un petit coucou de la main !

Laetitia
Comme s'il te faisait signe ?

Valérie
Oui, quelque chose de très familier...

Laetitia
Comme si Dieu s'adressait à toi personnellement ?

Valérie
Oui, mais dit comme ça, pour le coup, ça m’impressionne... Dieu s'adressant à... moi ?
Rien qu'à imaginer son regard, soudain, tout s'efface autour de moi, tout et tous.
Comme téléportée, me voilà seule, debout dans le désert.
Je réalise que son regard a la puissance, le pouvoir de faire ça, effacer tout le reste et m'emmener loin. Et seule au milieu de nulle part (dans l'image que je visualise), je peux voir et entendre que c'est en effet à moi que Dieu adresse son salut. Il faut cette solitude-là.

Laetitia
Tu sais, c'est pour ça que régulièrement, j'aime bien faire l'expérience d'un temps de solitude, pour prendre un temps de cœur à cœur avec Dieu, pour me sentir vivante sous son regard. C'est ce que m'évoque le « salut de Dieu ».

Valérie
Voir le « salut de Dieu », mais aussi voir les « ravins comblés », les « montagnes et collines abaissées », les « chemins aplanis »... J'avais décidément une vision bien différente du temps de l'Avent...genre, la fête approche et voilà, c’est chouette !

Laetitia
Mais avant de voir tout ça, le chemin d’apprentissage continue. Tu te rappelles ? Dieu qui nous prend par la main..?
Et là, je sens que Dieu m'invite à faire comme Jean et a partager autour de moi ce qu'Il nous promet par la venue de l'Enfant-Dieu dans nos vies.

Valérie
De mon côté, après le chaos des textes de dimanche dernier, j'ai juste envie de savourer un peu ce regard de Dieu posé sur moi, ce salut qu'il me tend, dans la solitude d'un désert où il n'y aurait plus que Lui et moi.

Valérie et Laetitia
Et vous ? Où en êtes-vous aujourd’hui ? Dans l'écoute de la « voix de celui qui crie dans le désert » ou dans l'élan de celui qui va de l'avant, et qui, au détour d'un sentier enfin devenu droit, pourrait bien être l'un de ces vivants qui « verra le salut de Dieu » ?


Valérie et Laetitia

Commentaires

  • Le désert ,
    L’homme traverse son propre désert pour découvrir son fond mystérieux dont la beauté le remplit d’allégresse.
    Il oublie les perturbations de son long et périlleux voyage pour ne retenir que la jubilation qui l’envahit dès qu’il découvre sa propre source.
    Il comprend que le désert n’est rien d’autre que le passage par la mort donnant accès à une nouvelle naissance.
    Lise . Référence livre intitulé Silence que dis-tu. Éditions Novalis .

Écrire un commentaire

Optionnel